Après une saison extrêmement décevante au Lierse, Regi Van Acker était décidé à s'accorder une année sabbatique. L'ambitieux Waeslandien a toutefois été attiré par la perspective d'une aventure étrangère et a accepté l'offre du Casino Bregenz, en Autriche. Il a signé jusqu'à la fin de la saison. Il met à profit la trêve hivernale pour recharger ses accus en Belgique. Le second tour commencera le 22 février.
...

Après une saison extrêmement décevante au Lierse, Regi Van Acker était décidé à s'accorder une année sabbatique. L'ambitieux Waeslandien a toutefois été attiré par la perspective d'une aventure étrangère et a accepté l'offre du Casino Bregenz, en Autriche. Il a signé jusqu'à la fin de la saison. Il met à profit la trêve hivernale pour recharger ses accus en Belgique. Le second tour commencera le 22 février.Regi Van Acker: Didier Frenay m'a téléphoné. Il négociait la prolongation de contrat d'Axel Lawarée et m'a signalé que l'entraîneur avait été limogé, suite à son élimination de la Coupe, face à une équipe de D4. J'ai suivi quelques matches, j'ai eu un entretien avec le président et le manager. Le contact a été positif. Quelle impression avez-vous eue du club?C'est un jeune club qui n'en est qu'à sa quatrième saison parmi l'élite et qui cherche à assurer son maintien de manière durable. C'est la priorité absolue. Le président m'a plu d'emblée. C'est un homme passionné, il ressemble un peu à Eddy Wauters. Il a 73 ans mais il s'occupe quotidiennement du club.A quels problèmes sportifs avez-vous été confronté?Le noyau est déséquilibré. Notre équipe veut pratiquer du bon football mais nous avons trop de joueurs comparables, surtout des médians centraux. Nous n'avons pas assez de talent en défense. J'avais un bon défenseur, un peu comparable à Jonas De Roeck, mais il a été vendu à l'Austria Vienne. Nous cherchons donc des défenseurs. Je ne peux certainement pas me plaindre de l'attaque car avec Lawarée, nous avons le meilleur buteur du championnat.Avec 16 buts. Il est nominé au titre de joueur de l'année et est même suivi par André Van Maldeghem. A juste titre?Absolument. Il a vraiment éclaté. Il avait besoin d'un club familial où il pouvait jouer sans trop de pression. Tout est convivial, ici. Axel a été rapidement accepté commefer de lance de l'équipe. Il n'a pas peur de retrousser ses manches. Sans exagérer, pour l'instant, il a le niveau d'un Diable Rouge. Il est redoutable dans le rectangle, très opportuniste dans ses réactions, et il marque les yeux fermés.Vous êtes neuvième sur dix. Seul le dernier est relégué. Quelles sont vos ambitions pour le second tour?Nous revenons de très loin et nous avons eu un calendrier très difficile jusqu'à présent. Je vise quand même la cinquième ou la sixième place. La saison passée, le club a terminé septième. L'écart entre les équipes est minime. Avec les renforts nécessaires, cet objectif devrait être réalisable. Il est possible que nous recrutions en Belgique. J'y effectue du scouting et d'autres personnes jettent un coup d'oeil dans les pays scandinaves.Pourquoi n'avez-vous pas engagé David Crv, de Mouscron?Parce que la plupart de mes médians restent. J'aurais pu en faire un défenseur central, peut-être, mais ça demande du temps et nous n'en avons pas. (F. Vanheule)REPORTERS