Alors qu'il désirait avant tout stabiliser sa défense, BerndSchuster n'a pas encore réussi à trouver le bon équilibre tactique. Le Real Madrid est toujours porté vers l'avant et la ligne arrière se retrouve encore très souvent abandonnée à son sort. En Ligue des Champions, on peut dire que la défense a beaucoup dansé. Et elle devrait remercier la Lazio dont l'inefficacité lui a permis de n'encaisser que deux buts.
...

Alors qu'il désirait avant tout stabiliser sa défense, BerndSchuster n'a pas encore réussi à trouver le bon équilibre tactique. Le Real Madrid est toujours porté vers l'avant et la ligne arrière se retrouve encore très souvent abandonnée à son sort. En Ligue des Champions, on peut dire que la défense a beaucoup dansé. Et elle devrait remercier la Lazio dont l'inefficacité lui a permis de n'encaisser que deux buts. En revanche, le coach allemand du Real compte sur un duo d'attaque performant composé par RuudvanNistelrooy et Raul (30 ans). Si, comme l'année dernière, le Hollandais est sans pitié dans les 16 mètres, on parle de retour à l'avant-plan pour l'Espagnol. Symbole du Real Madrid où il est arrivé en 1992, Raul a été contesté ces dernières saisons et au départ de ce championnat alors que les chiffres parlent en sa faveur : en 13 saisons en équipe Première, il a disputé 446 matches, inscrit 198 buts et avec 56 goals il est le meilleur buteur de la Coupe des Champions et de l'équipe d'Espagne. Mais depuis le 18 novembre 2005, le capitaine madrilène a perdu son titre d'incontournable. Ce jour-là, lors d'une confrontation avec Barcelone, il subissait le premier accident grave de sa carrière. Après trois mois de revalidation, il retrouvait sa place mais, en 17 rencontres, ne parvenait pas à inscrire le moindre but. Le débat sur son utilité était lancé. L'année dernière, FabioCapello a absolument tenu à l'aligner, ce que les anti Raul lui reprochèrent renforcés dans leur conviction par deux faits. D'abord, l'attitude du sélectionneur national, LuisAragones, qui osa ne pas convoquer l'attaquant. Ensuite et surtout parce que Raul ne marquait pas beaucoup. 7 buts en une saison, c'est évidemment peu. Schuster a gardé confiance en Raul mais en le faisant évoluer dans son meilleur registre, en pointe. Le coach allemand aligne d'ailleurs Raul et van Nistelrooy très proches l'un de l'autre et, jusqu'à présent, on peut parler d'entente parfaite. Plus dynamique, Raul tourne autour de van Nistelrooy avec l'espoir de profiter au maximum des espaces que le Néerlandais crée. Manifestement Raul est de retour. Un nouveau Raul : alors que pendant des années, il célébrait ses buts en baisant l'anneau que son épouse, MamenSanz, lui avait offert, aujourd'hui, il montre avec ses pouces son nom inscrit sur le maillot numéro 7. FC SéVILLE a conservé sa première place au classement mondial dressé par l'Institut mondial d'histoire et statistiques du sport (IFFHS). Le club andalou devance Colo Colo, Santos, Boca Juniors, Chelsea, Manchester, Milan, Rome, Inter et Liverpool. RAFA MARQUEZ, le défenseur du Barça sorti après quelques minutes de jeu à Stuttgart, s'est occasionné une lésion au muscle jumeau de la jambe droite. Le retour du Mexicain est prévu pour dans un mois. Monté au jeu, CarlesPuyol, a effectué sa rentrée après trois mois d'absence. Cette nouvelle blessure a relancé encore une fois la polémique quant à la mauvaise qualité de la préparation d'avant saison. Polémique qui avait fait suite à des déclarations fracassantes de LudovicGiuly lors de son départ vers Rome. AFRICAINS : les joueurs originaires de ce continent ne seront plus considérés comme extra communautaires. La fédération espagnole, avec l'assentiment de la FIFA, a ratifié un accord qui date depuis 2000 et qui avait été voté par le Parlement en avril. ANGEL, le médian de l'Espanyol, voit la trêve pour les sélections nationales, arriver au bon moment vu que les médecins lui ont accordé deux semaines de repos après avoir diagnostiqué un étirement ligamentaire au genou gauche. DAVID VILLA, l'attaquant de Valence, a décliné sa sélection en vue du match contre le Danemark. L'international espagnol s'est occasionné une entorse en championnat, TOM DE MUL, le médian de Séville, a assisté du banc à la défaite à domicile de son équipe face au Deportivo. Monté au jeu à la 80e, MéméTchité a inscrit le second but de Santander à la 89e. NICOLAS RIBAUDO