Cela fait des années que l'Autriche ne fait plus parler d'elle dans les coupes européennes.... sauf le Red Bull Salzbourg cette saison ! Il a été éliminé avant le stade des groupes en Ligue des Champions face au Maccabi Haïfa mais l'Europa League a redonné une chance au club de la ville de Mozart.
...

Cela fait des années que l'Autriche ne fait plus parler d'elle dans les coupes européennes.... sauf le Red Bull Salzbourg cette saison ! Il a été éliminé avant le stade des groupes en Ligue des Champions face au Maccabi Haïfa mais l'Europa League a redonné une chance au club de la ville de Mozart. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le Red Bull Salzbourg l'a saisie et surprend l'Europe entière. Demain, on saura si le club autrichien, entraîné par le Néerlandais Huub Stevens, bouclera son parcours en poule par un sans-faute. Avec 15 points sur 15, au sein d'un groupe relevé avec la Lazio Rome et Villarreal, Salzbourg a assuré. Ce succès ne doit rien au hasard. En 2005, le milliardaire Dietrich Mateschitz, patron de la célèbre boisson arborant un taureau rouge, reprenait, en effet, l'Austria, le dotant d'un budget conséquent, d'un nouveau nom (le Red Bull Salzbourg), d'un nouvel emblème, d'un nouveau sponsor, d'un nouveau stade et de nouvelles couleurs (le violet étant remplacé par les couleurs de la boisson) et faisant de ce fleuron du foot autrichien " un club sans histoires ". Cette OPA fit, à l'époque, des vagues. Les supporters de l'Austria, vénérable club de 72 ans, se mobilisèrent et tentèrent de trouver un accord avec le président mais claquèrent la porte après cinq mois de palabres. Certains restèrent, d'autres fondèrent en septième division, un nouveau club, le SV Austria Salzbourg. Entre-temps les dirigeants du Red Bull durent cependant faire une concession à la Fédération autrichienne : retirer du site internet la mention " fondé en 2005 ". En agissant de la sorte, Mateschitz a appliqué la même tactique qu'avec ses équipes de Formule 1 (Red Bull et Toro Rosso), visant à imposer sa marque. Sur le plan sportif, l'arrivée de Mateschitz a pourtant donné des ailes à la formation. Champion en 2007, champion en 2009, grâce notamment au travail d'entraîneurs de renom ( Giovanni Trapattoni et Lothar Matthäus en 2006, Co Adriaanse l'année passée). Cette saison, le club a attiré l'ancien entraîneur de Schalke et d'Hambourg, Stevens, qui a décidé de modifier le football offensif d'Adriaanse afin de donner à l'équipe davantage de rigueur défensive. Le pivot autrichien, Marc Janko, auteur de 39 buts en 36 matches la saison passée, a donc appris à défendre. " C'est comme si vous demandiez à un descendeur de faire du slalom ", a-t-il lâché en début de saison mais la méthode Stevens a fonctionné. En Europa League, le Red Bull n'a encaissé que deux buts... STéPHANE VANDE VELDE