C'est devant leur téléviseur que les Lyonnais sont devenus champions de France. Dans un hôtel de Boulogne-Billancourt - Lyon rencontrait le PSG dimanche soir (0-1)-, les hommes de Gérard Houllier n'ont pas manqué de fêter la victoire de Lille face à Bordeaux (3-2) en sabrant le champagne avant de descendre dans les rues de Paris et arrêter des automobilistes incrédules.
...

C'est devant leur téléviseur que les Lyonnais sont devenus champions de France. Dans un hôtel de Boulogne-Billancourt - Lyon rencontrait le PSG dimanche soir (0-1)-, les hommes de Gérard Houllier n'ont pas manqué de fêter la victoire de Lille face à Bordeaux (3-2) en sabrant le champagne avant de descendre dans les rues de Paris et arrêter des automobilistes incrédules. Grâce à ce sacre, les Lyonnais entrent de plein pied dans l'histoire du championnat de France car l'OL devient la première équipe à conquérir cinq titres d'affilée. Le club rhodanien supplante Saint-Etienne (1967-1970) et Marseille (1989-1992) qui avaient vu leur règne ne s'étendre que sur une période de quatre ans. " Il y a une défaite à Milan qui nous a enlevé notre deuxième objectif mais il ne fallait pas oublier de devenir champion pour la cinquième fois d'affilée car cet objectif-là, si nous ne l'avions pas obtenu cette année, nous ne l'aurions jamais concrétisé ", a réagi le président Jean-Michel Aulas. Devoir accompli tout simplement car jamais, lors de cette édition 2005-2006, Lyon n'a semblé douter de sa force. Sans véritable concurrent, Lyon a filé dès le début du championnat - et ce contrairement aux autres années - vers le titre. Pour preuve, les Gones décrochent le titre à quatre journées de la fin de ce championnat. Certains joueurs continuent ainsi à garnir leur palmarès. C'est le cas de Gregory Coupet, Claudio Caçapa, Sydney Govou et Juninho, les quatre Lyonnais à avoir fêté les cinq titres. Seuls les Stéphanois Hervé Revelli et Jean-Michel Larqué (sept couronnes), Georges Beretta et Robert Herbin (six titres) ont fait mieux. Le tout fut obtenu dans la continuité. Cette saison, peu de changements ont émaillé le onze de base lyonnais. Seul un nouvel attaquant de pointe ( John Carew ou Fred), le remplacement de Michaël Essien par le Portugais Tiago et l'éclosion de François Clerc au poste d'arrière droit ont modifié le visage d'une formation conduite par Houllier qui décroche son premier titre de champion de France à la tête de l'effectif lyonnais, le deuxième de sa carrière après le sacre du PSG en 1986. S. VANDE VELDE