Pour la deuxième année consécutive, Charleroi a lutté pour une place en play-offs 1 la saison dernière. S'il a manqué le top 6 en fin d'exercice, le Sporting est devenu une valeur sûre de la Pro League et entame une quatrième saison sous la houlette de Felice Mazzù. Une nouvelle fois, le mentor carolo devra reconstruire sa division offensive pour maintenir les Zèbres dans le haut du tableau.
...

Pour la deuxième année consécutive, Charleroi a lutté pour une place en play-offs 1 la saison dernière. S'il a manqué le top 6 en fin d'exercice, le Sporting est devenu une valeur sûre de la Pro League et entame une quatrième saison sous la houlette de Felice Mazzù. Une nouvelle fois, le mentor carolo devra reconstruire sa division offensive pour maintenir les Zèbres dans le haut du tableau. Les certitudes de la saison écoulée sont toujours présentes dans un secteur qui ne devrait pas connaître de modifications. L'incertitude concerne le poste de gardien de but, Penneteau étant suspendu pour la première journée. Mandanda entamera donc la saison, et il est de notoriété publique que Mazzùn'écarte pas facilement un joueur qui réalise des prestations abouties. Si un système à trois défenseurs centraux a été testé pendant la préparation, et pourrait être utilisé dans certaines situations de matches, Charleroi devrait entamer la saison en 4-2-3-1. Martos dirigera la défense en compagnie de Willems ou de Dessoleil. Le Français part favori, sur la lancée de ses play-offs 2 réussis. Mata, très affûté lors de la préparation, profite de la blessure de Marinos pour rester une valeur sûre à l'arrière droit, tandis que N'Ganga est incontestable à gauche. Le polyvalent Zajkov, qui a été acquis à titre définitif, peut continuer son écolage tactique dans l'ombre tout en étant prêt à devenir un titulaire potentiel dans les mois à venir. L'association entre Marcq et Diandy était l'une des satisfactions de la fin de parcours de Charleroi, et l'ossature défensive du Sporting devrait être reconduite cet été. Saglik reste une carte intéressante pour relayer le milieu sénégalais face à des adversaires plus défensifs, pour orienter les échanges plus bas sur le terrain. Un quatrième milieu de terrain, jeune et belge de préférence, pourrait encore débarquer afin que tous les postes soient doublés. À droite, Fall semble tout désigné pour prendre la succession de Ndongala grâce à sa pointe de vitesse et à sa percussion. Le nouveau venu, Bakar, doit encore faire des progrès tactiques et retrouver la forme pour postuler à une place dans le onze. De l'autre côté, la lutte va faire rage entre Tainmont et Baby pour le poste de titulaire. Le Français démarrera la saison grâce à la suspension de son concurrent, mais la préparation réussie de Baby et son excellent début d'année 2016 lui ont fait gagner du galon dans l'estime du staff et du public carolos. Le poste de meneur de jeu semble dévolu à Ninis, qui doit devenir l'homme fort du Sporting après six mois d'adaptation. Le Grec, capable de délivrer un caviar des deux pieds depuis n'importe quel endroit du terrain, a l'avantage sur Benavente, impressionnant techniquement mais pas encore assez régulier pour prétendre à une place dans le onze. Le départ de Perbet, auteur de 24 buts la saison dernière, a relancé la course au poste d'attaquant de pointe. Pollet semblait initialement avoir une longueur d'avance sur Ferber et Stevance, mais la blessure du numéro 10 des Zèbres et l'arrivée de Bedia pourraient chambouler la hiérarchie. Puissant, mais adroit dos au but, l'attaquant venu de Tours semble capable d'entamer la saison dans la peau d'un titulaire avec la mission délicate d'alimenter un secteur offensif en difficulté durant la préparation. Charleroi poursuit sa mutation, et son nouveau statut semble mener le club sur la voie d'un football entreprenant, de moins en moins basé sur les contres. Le départ de Ndongala a fait perdre de la vitesse à un secteur offensif qui n'était déjà pas très pourvu en la matière, et doit inciter les Zèbres à développer leur jeu de façon plus patiente dans le camp adverse. La présence de Ninis, impressionnant techniquement mais trop lent pour mener efficacement des contres rapides, au coeur du projet est un indice supplémentaire dans cette direction. L'impact du Grec dans les chiffres sera l'une des clés de la saison de Charleroi, qui devra se montrer plus conquérant à domicile pour retrouver une place dans le top 6. PAR GUILLAUME GAUTIER