Ce club n'a rien gagné d'extraordinaire, mais il a quand même eu droit à une page entière dans le New York Times. C'était en novembre 2012 et le Real Oviedo semblait condamné à disparaître. Le club des Asturies, prisonnier entre mer et montagne dans le nord-ouest de l'Espagne, avait joué pendant 38 saisons dans la Liga, mais retrouver ce niveau était devenu une utopie. Des nuages noirs obscurcissaient l'horizon.
...