LA STAR : RAUL

Capitaine emblématique du Real Madrid, RaulGonzalezBlanco (né le 26 juin 1977) a commencé par jouer au ballon chez le voisin de l'Atletico. Mais lorsque JesusGil, le fantasque président de l'époque, prit en 1992 la décision de rogner sur le budget des équipes de jeunes pour alléger la trésorerie de son club, le joueur déménagea vers la MaisonBlanche. Là, il explosa en peu de temps et sa carrière prit son envol. Après 7 matches et 16 buts en équipe C, en 94-95, et un seul match avec l'équipe B au cours de la même saison, ...

Capitaine emblématique du Real Madrid, RaulGonzalezBlanco (né le 26 juin 1977) a commencé par jouer au ballon chez le voisin de l'Atletico. Mais lorsque JesusGil, le fantasque président de l'époque, prit en 1992 la décision de rogner sur le budget des équipes de jeunes pour alléger la trésorerie de son club, le joueur déménagea vers la MaisonBlanche. Là, il explosa en peu de temps et sa carrière prit son envol. Après 7 matches et 16 buts en équipe C, en 94-95, et un seul match avec l'équipe B au cours de la même saison, JorgeValdano l'appela en équipe Première. Il débuta en octobre 1994 à Saragosse, un match perdu 3-2, mais prit sa revanche peu de temps après en marquant face à son ancienne équipe dans le derby madrilène. A partir de ce moment, il accumula les prestations trois étoiles et les buts. Devenu incontournable, il a établi des statistiques records chez les merengues. En équipe nationale, il débuta sous JavierClemente lors d'un match en République Tchèque le 9 octobre 1996. Depuis ce jour-là, il est également devenu une pièce maîtresse en seleccion. Pourtant, ces derniers temps, les critiques ne l'ont pas ménagé. Certains le considèrent déjà usé, et avant la Coupe du Monde, on s'est même demandé s'il méritait d'aller en Allemagne car son rendement avait été plutôt décevant au cours des mois précédents. Mais, pour LuisAragonés, il ne faisait aucun doute qu'il ferait partie des sélectionnés. Pour beaucoup d'observateurs, c'était également une évidence. Car, au-delà de ses qualités footballistiques, Raul reste avant tout un leader, sur le terrain comme dans les vestiaires. Son influence est énorme. Il marque facilement, et a remporté le titre de meilleur buteur de la Liga à deux reprises (en 1998-1999 et en 2000-2001), mais il est plus à l'aise dans un rôle d'attaquant en retrait. Malgré les sollicitations dont il a fait l'objet, il semble avoir juré fidélité à vie au Real Madrid. La fin de carrière de ZinédineZidane et l'arrivée de RuudvanNistelrooij dans le rôle de centre-avant type ont redistribué les cartes. Le Real Madrid devrait évoluer dans une sorte de 4-5-1, avec Raul dans le rôle de soutien du buteur néerlandais. IkerCasillas défendra toujours les filets. En défense, un seul changement d'envergure : l'arrivée de l'Italien FabioCannavaro en défense centrale. Il pourrait être épaulé par RaulBravo, un produit du cru. Les flancs sont toujours arpentés par MichelSalgado et RobertoCarlos. Deux apports importants aux postes de récupérateurs dans l'entrejeu : Emerson, arrivé de la Juventus, et Mahamadou Diarra, acquis à Lyon. On aura deux vrais joueurs de flanc : DavidBeckham à droite, et JoséAntonioReyes, transféré d'Arsenal dans les dernières heures de la période des transferts, à gauche. Ces joueurs doivent donc alimenter Ruud van Nistelrooij, qui évolue tout devant. Raul le soutient dans un rôle d'attaquant en retrait. Ronaldo est en rééducation après l'opération subie il y a un mois et demi.