Le nouveau président du Real Madrid, c'est Florentino Perez (62 ans), qui avait occupé ce poste de juillet 2000 au 27 février 2006. Ce n'est pas une surprise : il était seul en lice, les autres candidats déclarés n'ayant pas été en mesure de déposer la garantie bancaire de 58 millions. Depuis le jour où il avait été obligé de démissionner, Perez ne rêvait que de son retour. Fernando Martín, qui lui avait succédé, a dégagé le 26 avril : seul un des 16 membres du conseil d'administration lui avait accordé sa confiance. Luis Gómez-Montejano a duré à peine plus longtemps : le 2 juillet 2006 il cédait le relais à Ramón Calderón, vainqueur des élections qui, a...

Le nouveau président du Real Madrid, c'est Florentino Perez (62 ans), qui avait occupé ce poste de juillet 2000 au 27 février 2006. Ce n'est pas une surprise : il était seul en lice, les autres candidats déclarés n'ayant pas été en mesure de déposer la garantie bancaire de 58 millions. Depuis le jour où il avait été obligé de démissionner, Perez ne rêvait que de son retour. Fernando Martín, qui lui avait succédé, a dégagé le 26 avril : seul un des 16 membres du conseil d'administration lui avait accordé sa confiance. Luis Gómez-Montejano a duré à peine plus longtemps : le 2 juillet 2006 il cédait le relais à Ramón Calderón, vainqueur des élections qui, accusé de trucage d'un vote interne et d'utilisation des cartes de crédit du club à des fins personnelles, a démissionné en janvier dernier. Depuis, c'est le vice-président Vicente Boluda, qui assurait l'intérim. PDG de Actividades de construcción y servicios, le milliardaire Perez n'a toujours pas oublié l'époque des Galactiques et des transferts spectaculaires principalement ceux de Luis Figo en 2000 pour plus de 60 millions d'euros et celui de Zinédine Zidane (75 millions) l'année suivante. Sa politique de recrutement sera une copie conforme de celle de son premier mandat qui débuta par deux titres et la Ligue des Champions 2002 suivie de la Supercoupe d'Europe et la Coupe Intercontinentale. La suite fut moins heureuse : le Real n'enleva plus aucun trophée et payait la passion sans fin que Perez portait aux stars de l'attaque au détriment de la stabilité de l'équipe. En attendant la venue de différents grands footballeurs, Perez a fait appel à de prestigieux noms pour l'entourer : Jorge Valdano deviendrait son nouveau bras droit et ZinédineZidane jouerait les conseillers sportifs. Perez n'a évidemment pas que des amis. Sur le plan sportif, certaines personnes redoutent que sa politique glamour ne se révèle pas plus efficace aujourd'hui. Sur le plan des affaires, d'autres craignent le conflit d'intérêts vu que c'est sa société qui construit la nouvelle cité sportive et assure les travaux de rénovation du stade Santiago Bernabeu. Et puis, certaines personnes n'ont pas oublié le pelotazo, le stratagème au relent de scandale politico-financier qui avait permis de vendre les terrains de la Ciudad Deportiva à la Ville de Madrid pour 480 millions au détriment des citoyens. Et si le Real est le club le plus riche avec 365,8 millions de chiffre d'affaires, il a aussi une dette de 200 millions. DANIEL ALVES, l'arrière droit de Barcelone suspendu lors de la finale de LC, a rapporté gros au... FC Séville. En effet, lors de son transfert l'été dernier outre les 32 millions, le Barça s'engageait à verser certains bonus : 750.000 euros pour le titre, 500.000 en cas de doublé avec la Coupe 750.000 pour la Ligue des Champions et 250.000 pour la qualification pour les poules de la LC soit total : 2.250.000 euros. PEP GUARDIOLA a vu clair au moment de signer son contrat à Barcelone qui court jusqu'à la fin de la prochaine saison. Il avait accepté le modeste salaire d'1,5 million avec à la clé de nombreuses primes : 500.000 euros pour la qualification en Ligue des Champions, 600.000 pour le titre, 400.000 euro pour la Coupe du Roi et 1 million pour la victoire en Ligue des Champions. GONZALO RODRIGUEZ, le défenseur central argentin, a prolongé de trois saisons, soit jusqu'en 2014, le bail le liant à Villarreal, club qu'il a rallié voici cinq ans déjà. SANTI CAZORLA, le médian de Villarreal, a renoué avec la compétition deux mois après sa fracture du tibia. Son coach, Manuel Pellegrini, est cité au Real Madrid, qui devrait verser 4 millions en cas de rupture de contrat. NICOLAS RIBAUDO