Au départ de ce match opposant deux équipes dont les résultats sont loin d'être satisfaisants, les données sont simples : aucun des deux entraîneurs ne vise autre chose que la victoire. Les deux clubs viennent également de se faire éliminer de la Coupe UEFA et le Germinal Beerschot est la seule entité de l'élite à avoir déjà, à ce moment-là, décidé d'un changement de coach en licenciant Marc Brys.
...

Au départ de ce match opposant deux équipes dont les résultats sont loin d'être satisfaisants, les données sont simples : aucun des deux entraîneurs ne vise autre chose que la victoire. Les deux clubs viennent également de se faire éliminer de la Coupe UEFA et le Germinal Beerschot est la seule entité de l'élite à avoir déjà, à ce moment-là, décidé d'un changement de coach en licenciant Marc Brys. Jos Daerden et Hugo Broos décident d'évoluer tous les deux dans leur système favori : le 4-4-2 ! Les tactiques ne changent pas jusqu'au moment où un fait de match bouleverse les données. Daerden effectue bien un changement à la mi-temps, mais c'est simplement poste pour poste ( IgorLolo pour KrisDe Wree). Le fait de match se situe à la 51e minute avec l'exclusion du capitaine anversois MarioCvitanovic pour un coup de coude volontaire complètement stupide sur Kevin Vandenbergh. La réaction de Daerden ne se fait pas attendre, et cinq minutes plus tard il décide de retirer l'attaquant Pius N'Diéfi pour faire entrer le défenseur Edwin Ouon. Wim De Decker, qui avait reculé en défense pendant ce laps de temps, se repositionne en milieu de terrain. De son côté, Broos a réagi beaucoup plus tardivement ; le changement de Mirsad Beslija par Jordan Remacle à la 60e n'étant pour moi qu'un changement poste pour poste. Broos attend la 76e minute pour enfin prendre des risques et lancer Bob Peeters à la place de Tomislav Mikulic, un défenseur. Bien lui en prit, puisque sur sa première touche de balle, le grand Bob égalise une minute après sa montée au jeu. Beaucoup de gens vont sans doute qualifier ce coaching de génial mais personnellement, j'aurais fait ce changement dès l'exclusion de Cvitanovic. Broos est donc passé au moment de l'entrée de Peeters d'un 4-4-2 à un 3-4-3 beaucoup plus audacieux. Pour l'anecdote : Marvin Ogunjimi, un attaquant lui aussi, est rentré à la place de Peeters, blessé à trois minutes de la fin. J'aurais également laissé Beslija sur le terrain car lui et Tom Soetaers sont d'excellents centreurs, ce que le style de jeu de Peeters demande. C'est d'ailleurs sur un centre de Soetaers qu'il a égalisé. Une exclusion, en fonction du moment où elle intervient et par rapport à la situation au marquoir, demande généralement une adaptation tactique, soit avec les joueurs déjà sur le terrain, soit en introduisant du sang neuf. Certains entraîneurs vont réagir très vite, d'autres pas ; d'autres coaches vont réagir offensivement, d'autres plus défensivement. Tout dépend évidemment de se retrouver ou non en supériorité ou en infériorité numérique.létienne delangre