Pourquoi ils vont la gagner

L'hégémonie du Bayern, tellement plus riche, est progressivement menacée par l'hyper ambitieux Borussia Dortmund et aussi par le RB Leipzig. Sous la houlette de Julian Nagelsmann, le directeur Oliver Mintzlaff parvient, via une excellente cellule de scouting, à détecter des joueurs très jeunes, puis à leur donner une chance.
...

L'hégémonie du Bayern, tellement plus riche, est progressivement menacée par l'hyper ambitieux Borussia Dortmund et aussi par le RB Leipzig. Sous la houlette de Julian Nagelsmann, le directeur Oliver Mintzlaff parvient, via une excellente cellule de scouting, à détecter des joueurs très jeunes, puis à leur donner une chance. Pour sa première saison comme coach, Nagelsmann a conduit son équipe à la troisième place du championnat et l'a qualifiée pour les quarts de la Ligue des Champions, avec un jeu attractif. Pour continuer sa progression vers les sommets internationaux, Leipzig doit réaliser l'un ou l'autre coup d'éclat. Nagelsmann, qui est passé par Hoffenheim, utilise des méthodes d'entraînement particulières, en mettant l'accent notamment sur l'enthousiasme et la motivation. Comme Liverpool, Leipzig a l'art de mettre une grosse pression sur l'adversaire et on sait que cette équipe se créera des occasions de but à tous les coups. Le but consiste à arracher le ballon et à essayer de frapper dans les huit secondes qui suivent. De plus, le coach est très flexible sur le plan tactique et il change facilement de système. Par exemple, ça ne lui pose pas de problème de passer subitement d'une défense à quatre à une ligne à trois. Nagelsmann croit en lui. Une preuve ? Il a fait inclure dans son contrat une prime de victoire en Ligue des Champions, jusqu'en 2023. Dans cette épreuve, Leipzig n'a encore perdu qu'un match lors de cette campagne : 0-2 face à Lyon, en octobre de l'année passée. Toutes compétitions confondues, cette équipe ne s'est inclinée que six fois en 45 rencontres. La première star de l'équipe, Timo Werner, est partie à Chelsea. Et ce Werner a prévenu dès le mois de juin qu'il ne continuerait pas la campagne en cours avec Leipzig. International allemand, il a marqué 28 goals et donné huit assists en 34 matches de championnat. Il a vite prévenu le directeur du club, Markus Krösche, qu'il souhaitait être à Londres dès que possible pour préparer ses débuts en Premier League. " Chelsea me paie à partir de début juin. J'en ai directement informé mon agent et on est parvenus à une bonne solution pour toutes les parties concernées. Je ne voulais pénaliser aucun des deux clubs. " Cet attaquant était arrivé de Stuttgart. Pendant ses quatre années à Leipzig, il y a écrit quelques belles pages. Il est explosif et il a souvent été un cauchemar pour les défenseurs latéraux d'en face. " J'ai grandi à Leipzig et j'y suis devenu un homme. " Le problème principal de Nagelsmann est que Werner était le joueur le plus productif de l'équipe, il était aussi celui qui tirait ses coéquipiers. Avec 34 buts marqués en 45 matches officiels, il devance de très loin les autres réalisateurs, Patrick Schick (dix buts) et Marcel Sabitzer (neuf). On le surnomme Turbo Timo. Vous comprenez ?