"Y o brother, ça roule ? La semaine a été bonne ? Moi, peinard, cool. " Faut dire mercredi on était à Marseille, le Prince Philippe Albeurte et moi pour un match style non-match. Un match qui pousse à redéfinir l'essence même du foot. Le... but du jeu n'est plus d'en marquer un de plus que l'adversaire mais bien de ne même pas en encaisser un de moins. Ça nous a... marqué.
...

"Y o brother, ça roule ? La semaine a été bonne ? Moi, peinard, cool. " Faut dire mercredi on était à Marseille, le Prince Philippe Albeurte et moi pour un match style non-match. Un match qui pousse à redéfinir l'essence même du foot. Le... but du jeu n'est plus d'en marquer un de plus que l'adversaire mais bien de ne même pas en encaisser un de moins. Ça nous a... marqué. DD et Alex avaient dû beaucoup visionner, graver sur DVD et puis gaver leurs joueurs d'images. Résultats ? Les voici figés sur la pelouse devant 58.000 doux rêveurs frustrés. Un match très baballe, très terre-à-terre. Pour planer, fallait regarder ailleurs. Moi j'ai flashé sur le maillot de l'OM. Noir avec les couleurs rasta. Yo man ! Les couleurs de l'Afrique. Symboles de cette ville ouverte sur le continent foot. Symboles des valeurs de tolérance, de mixité sociale et ethnique de cette Marseillaise ouverte à tous. Ça m'a donné envie d'en savoir plus sur les maillots de foot. A l'autre bout de l'Hexagone, il y a Lens. En 1924, lors d'une balade, le président de l'époque et ses joueurs passèrent devant les ruines d'une église. On leur expliqua que ces tas de décombres étaient les restes de l'occupation espagnole. Tilt pour le président. Nous jouerons maintenant avec les couleurs de l'Espagne. Notre stade sera une arène. La Juve, elle, a débuté en noir (short et cravate) et rose car quand il fallut acheter du tissu pour fabriquer les chemises, le rose était le moins cher. Puis en 1903, la direction demanda à John Savage, un industriel anglais (grossiste en produits textiles) qui était proche du club, s'il ne connaissait personne en Angleterre qui puisse leur donner des maillots. Originaire de Nottingham, il contacta un ami fan de Nott's County qui lui envoya un jeu de cette équipe, rayé blanc et noir. Actualité oblige : il y a quelques années le club turinois a obtenu 110 millions pour 5 ans de sponsoring de la société pétrolière Tamoil, propriété de la famille... Kadhafi. Et oui, y a pas de petits profits. Décidément la Juventus est chargée de beaucoup d'exploits mais aussi de beaucoup de maladresses dans son histoire. Beaucoup plus réjouissant est le magnifique maillot auriverde du Brésil. Au départ, la Seleçao jouait en blanc et puis le 16 juillet 1950, le Brésil subit la pire humiliation de son histoire dans son Maracaña gavé de 200.000 Brésiliens. Il est battu en finale de Coupe du Monde par l'Uruguay. Leur maillot blanc est associé à la défaite. Deux ans plus tard, le Brésil participe aux Jeux panaméens avec les couleurs du drapeau : jaune et liseré vert. Il gagne la compétition, ces couleurs portent donc chance, ils n'en changeront plus jamais. A propos de couleurs nationales, pourquoi l'Italie ne joue-t-elle pas en rouge, vert et blanc ? En 1910, ses créateurs avaient opté pour le blanc en l'honneur de l'équipe-phare du moment, la Pro Vercelli. Mais lors de son troisième match contre la Hongrie en janvier 1911, on décide de faire honneur à la famille royale issue de la Maison de Savoie dont la couleur est le bleu azur. Ils n'en changeront plus. La Squadra Azzurra est née. Puisqu'on parle de royauté, partons du côté de la Principauté. Ce fameux et tellement unique maillot de l'AS Monaco. C'est Grace Kelly qui l'a imposé. En 1960, elle trouve les rayures rouges et blanches trop banales. Elle propose de garder les deux couleurs mais coupées par une diagonale. Bonne idée puisque cette même année, Monaco remporte son premier titre de champion de France. Et les Hollandais... qu'il ne faut jamais appeler équipe de Hollande mais bien des Pays-Bas car leur célèbre couleur orange est tout simplement la couleur historique des Pays-Bas. Couleurs des armoiries de Guillaume1er d'Orange. Quand on parle de Hollande, on pense évidemment à Johan Cruijff. Le génie n'était pas seulement unique balle au pied, il l'était aussi dans son caractère. Lors de la Coupe du Monde 1974, les Oranje sont sponsorisés par la célèbre marque aux trois bandes. Le roi Johan par Puma. Son altesse refuse de jouer pour le concurrent, il enlèvera une bande. Personne n'osa broncher. C'était le bon vieux temps... PAR FRÉDÉRIC WASEIGE JOURNALISTE BE/TV" L'ennui, c'est que nous négligeons le football au profit de l'éducation " Groucho Marx (membre des Marx Brothers). Il y a quelques années le club turinois a obtenu 110 millions d'euros pour 5 ans de sponsoring de la société pétrolière Tamoil, propriété de Kadhafi !