" Le regretté Laurent Verbiest, décédé en 1966 à l'âge de 26 ans (accident de la route à Ostende), le plus grand arrière central belge de tous les temps, ne redoutait que deux attaquants en D1 : le bulldozer du FC Liégeois, Victor Wégria (4 fois meilleur buteur de l'élite en 1959, 60, 61 et 63), et le sprinter du Club Bruges, Raoul Lambert, surnommé Lotte. L'attaquant flandrien était l' Usain Bolt du foot belge avec ses petites foulées avant qu'il enclenche son turbo. Il s'ap...

" Le regretté Laurent Verbiest, décédé en 1966 à l'âge de 26 ans (accident de la route à Ostende), le plus grand arrière central belge de tous les temps, ne redoutait que deux attaquants en D1 : le bulldozer du FC Liégeois, Victor Wégria (4 fois meilleur buteur de l'élite en 1959, 60, 61 et 63), et le sprinter du Club Bruges, Raoul Lambert, surnommé Lotte. L'attaquant flandrien était l' Usain Bolt du foot belge avec ses petites foulées avant qu'il enclenche son turbo. Il s'appuyait sur le même geste (contrôle de l'intérieur du pied suivi par un extérieur) avant de plonger en profondeur. Quand Lotte était lancé, on ne le reprenait plus et ça se terminait par un terrible tir du gauche. Il était un des cinq fils ( Urbain, Eric, Grégoire, Georges et Raoul) d'une famille de 11 enfants. Eric joua à Gand et Waregem. Raoul était le plus doué de ces cinq frères footballeurs et Bruges l'a acquis à Steenbrugge pour 10.000 euros : une affaire en or massif. Il a été meilleur buteur de D1 en 1971-72, cinq fois champion (1973, 76, 77, 78, 80), remporta trois Coupes de Belgique (1968, 70, 77), disputa une finale de la Coupe de l'UEFA en 1976 (3-2 à Liverpool, 1-1 au retour. Lambert marqua un but en Angleterre et à Bruges). Deux ans plus tard, Lotte, blessé, ne participa pas à la finale de la C1, devenue Ligue des Champions, contre le même Liverpool à Londres (défaite 1-0). Explosif, il était régulièrement victime de déchirures, élongations, contractures, etc. S'il avait été actif de nos jours, médecins et kinés se seraient mieux occupés de lui. Lotte aurait droit à des traitements et entraînements spécifiques qu'on ignorait durant les années 60 et 70. Lotte n'a joué que dans un club en D1 (Bruges) même s'il a probablement eu des tas d'offres. A 65 ans, Lambert est resté extrêmement populaire et a même été élu Brugeois du Siècle. Le Club s'apprête à quitter le Jan Breydelstadion alors qu'en 1975, il abandonna sa première enceinte mythique, le Klokke, lors d'un match de gala consacré à Lambert contre une sélection des meilleurs joueurs belges. Bruges l'emporta (4-3) et Lotte signa le dernier but de l'histoire au Klokke, celui de la victoire : tout un symbole... Avec le recul, je ne comprends pas qu'un tel attaquant ne figure pas au palmarès du Soulier d'Or. Ce garçon réservé a évolué en D1 de 1962 à 1980 et méritait d'être Membre émérite de l'Union belge. Pour obtenir ce titre, il faut compter 35 caps en équipe nationale. Lotte ne fut que 33 fois international de 1966 à 1977 (18 buts) en raison de ses nombreuses blessures. " lné en 1941, heylens fut un excellent back droit (67x diable rouge, équipe d'europe 65, mondial 70 au mexique, 7 titres et 3 coupes de belgique avec anderlecht). coacha une douzaine de clubs (passa 5 ans au losc et fut coach belge 1984 à seraing).propos recueillis par pierre bilic