Un début de championnat dingue : Anderlecht et le RC Genk à domicile, La Gantoise, Malines et Ostende en déplacement. Ajoutez-y une préparation pimentée par un nouveau joueur tous les deux jours, un stade en cours de rénovation et un entraîneur qui parle français et n'est plus tout jeune : le retour du Great Old parmi l'élite a été tout sauf simple. On ne s'attendait pas à ce que l'équipe promue, qui n'avait été que troisième du championnat régulier de D1B, joue immédiatement un rôle en vue. On pensait tout au plus qu'elle ferait preuve de beaucoup d'enthousiasme au début...
...

Un début de championnat dingue : Anderlecht et le RC Genk à domicile, La Gantoise, Malines et Ostende en déplacement. Ajoutez-y une préparation pimentée par un nouveau joueur tous les deux jours, un stade en cours de rénovation et un entraîneur qui parle français et n'est plus tout jeune : le retour du Great Old parmi l'élite a été tout sauf simple. On ne s'attendait pas à ce que l'équipe promue, qui n'avait été que troisième du championnat régulier de D1B, joue immédiatement un rôle en vue. On pensait tout au plus qu'elle ferait preuve de beaucoup d'enthousiasme au début... Début septembre, l'Antwerp raisonne déjà en ces termes : il suffit d'ajouter vingt points aux dix déjà acquis et nous sommes sauvés. À la mi-juillet, Laszlo Bölöni pensait que l'équipe ne serait prête qu'en novembre mais à ce train, elle aura déjà assuré son maintien en automne et pourra revoir ses objectifs. L'ambition : d'ici quelques années, disputer les PO1 et lutter pour les premières places. Le Roumain a procédé à sa façon habituelle : faute de talents offensifs - ils sont chers et ne viennent qu'en fin de mercato, il a misé sur l'organisation et la rage de vaincre. La seule fois où ces deux ingrédients ont fait défaut, contre le RC Genk, le résultat a été dramatique mais il n'a pas entamé l'enthousiasme des fans. Physiquement, l'Antwerp semble paré, avec ses solides gaillards, et il améliore progressivement son niveau technique et sa vitesse d'exécution. Bolat rétablit son honneur, la défense, qui a encaissé sept buts dans les trois derniers matches, reçoit le soutien de Van Damme et le compartiment offensif se complète progressivement. Un tir comme celui de Jaadi sur le poteau à Gand, ça n'arrive pas tous les jours. Donc, ça promet. Mais il faut préserver la discipline car si Haroun et Cie planent ou commencent à rêver des PO1, l'Antwerp se révélera très fragile. Un des vieux serviteurs de Sclessin. LucianoD'Onofrio l'avait transféré au Standard avant que Roland Duchâtelet ne reprenne l'équipe et ne pousse D'Onofrio vers la sortie. En janvier 2017, après un début difficile et peu de chances de se refaire, il a été mis à la poubelle à Liège et a rejoint Mouscron. Il en est devenu le capitaine mais a rejoint l'Antwerp juste avant le début de la saison. Il joue à droite de la défense et mesure 1m91. Ses tâches ? Gagner les duels aériens et marquer sur les phases arrêtées. Va-t-il enfin répondre aux attentes ? Patience, même si Laszlo Bölöni lui attribue un potentiel inouï. En août, il a porté à lui seul le poids de l'attaque et il s'est révélé trop court physiquement. Il s'est blessé à Malines et doit donc se battre pour revenir, une fois de plus, mais en faisant face à plus de concurrence. Son potentiel est énorme. Il a tout : une détente prodigieuse, de la technique, de la vitesse, un tir formidable mais aussi l'ADN de son père, qui avait parfois besoin d'un coup de pied au derrière pour être performant. Il est issu de Lokeren mais c'est au Beerschot que sa carrière s'est envolée. Il boucle la boucle en revenant à Anvers. De California Beach à Sint-Anneke. Pourvu que son corps plus âgé soit en mesure de répondre aux attentes. Diriger de la voix un vestiaire hétérogène ne sera pas un problème car c'est dans sa nature. Il peut jouer dans l'axe et à gauche, c'est un leader, il est belge et chevronné, ce qui constitue un atout dans notre championnat. Il a tout pour devenir une idole au Bosuil. À condition, on le répète, que son corps suive. " Bölöni croit dans les jeunes ", déclare le Portugais, qui était considéré comme un grand talent en devenir dans son pays mais a perdu ses qualités au fil des locations. On le revoit encore arriver au stage, timide. Deux mois plus tard, il semble avoir trouvé ses marques, sur le terrain - avec deux buts à Ostende - et en dehors. Dans une équipe physique, il peut apporter une touche de génie, du gauche comme du droit. Bölöni a par le passé lancé Ronaldo et Quaresma, Rodrigues espère être le troisième Portugais de la série. De son nom complet Matheus Borges Domingues. Brésilien, âgé de 25 ans, et arrière gauche pour la première fois de sa vie, Jelle Van Damme n'étant pas encore disponible et Alexander Corryn ayant été mauvais contre Genk. Matheus s'est acquitté avec peu de mal de sa tâche et a même marqué à Ostende. Il est grand (1m92) et fort dans les duels. Son transfert ressemble à un pari : il est issu de la division deux brésilienne, de Londrina, une formation de Parana qui est passé de la D4 à la D2 en l'espace de deux ans.Ivo Rodrigues 2 Dino Arslanagic 1 Joeri Dequevy 1 Frédéric Duplus 1 Faris Haroun 1 Reda Jaadi 1 Stallone Limbombe 1 Matheus 1 William Owusu 1 Kudimbana (Union Saint-Gilloise), Omolo (Cercle Bruges), Vansteenkiste (Roda JC, Ned), Biset (Westerlo), Koné (Cercle Bruges), Dierckx (Waasland-Beveren), Camus (contrat rompu), Duplus (RC Lens, Fra).L'Antwerp a été promu le 11 mars en gagnant 1-2 à Roulers. Cinq mois plus tard, l'Antwerp s'est imposé 3-4 à Ostende. Dans le onze de base anversois, malgré treize transferts, on trouvait quatre joueurs ayant participé au match de la montée : Corryn, Haroun, Duplus et Hairemans.