Au niveau du ratio buts/assists en Europa League, Jonathan Legear a trouvé son maître avec Angel Di Maria. L'Argentin de Benfica a éclaboussé de sa classe plusieurs rencontres et pointe à six assists pour trois buts en Coupe d'Europe. Zona a planté davantage (5 buts) mais compte trois passes décisives. Voilà pour les chiffres.
...

Au niveau du ratio buts/assists en Europa League, Jonathan Legear a trouvé son maître avec Angel Di Maria. L'Argentin de Benfica a éclaboussé de sa classe plusieurs rencontres et pointe à six assists pour trois buts en Coupe d'Europe. Zona a planté davantage (5 buts) mais compte trois passes décisives. Voilà pour les chiffres. Pour ceux qui ne sont pas des férus de la Liga Sagres (division un portugaise), l'Argentin n'est pas encore une star planétaire. Son principal fait d'armes médiatique remonte à l'été 2008. C'est lui qui, aux côtés des Lionel Messi, EzequielLavezzi ou SergioAguero, va donner à l'Argentine la médaille d'or aux JO de Pékin en inscrivant l'unique but de la finale face au Nigéria. Un an plus tôt, ce milieu virevoltant au pied gauche désarçonnant avait quitté Rosario pour Benfica et trois millions d'euros. Angel a alors 19 ans et arrive chez les Lisboètes avec le statut de meilleur buteur de la Coupe du Monde des -20 ans organisée chez lui. Cette facilité à remuer les filets, Di Maria va toutefois la mettre en veilleuse à son arrivée en Europe. Lors de ces deux premières années, il bute une seule fois en championnat. Mais personne n'est dupe, le gamin a de l'or dans les pieds et devrait très bientôt les faire monnayer. Car cette saison, Angel est l'attraction numéro un au Portugal. Ses sorties européennes ont invité les plus grands clubs à s'intéresser à celui que plusieurs journaux anglais décrivent comme la future sensation du foot international. Et pour ceux qui en doutent, direction YouTube pour le but de l'année 2009 (en tout cas celui de beaucoup d'internautes) inscrit face à l'AEK Athènes ; une merveille ponctuée par le coup du foulard. Même Diego Maradona, pourtant avare en compliments, est charmé par le bonhomme : " Il a la qualité pour être une superstar mondiale dans les deux prochaines années. " Sauf surprise, il devrait être du voyage en Afrique du Sud mais ne plus retourner au Portugal par après. Les plus grands clubs font la file depuis maintenant quelques mois. Benfica peut en tout les cas se frotter les mains grâce à la prolongation, en octobre dernier du contrat jusqu'en 2015 de Di Maria avec une clause libératoire élevée à 40 millions d'euros. Seul hic pour les Lisboètes, le joueur ne leur appartient qu'à 70 %, les 30 % restants sont partagés entre son agent et une banque argentine. Un filet-garni qui rappelle le cas Carlos Tevez. Cet hiver, Manchester City était déjà prêt à faire tourner sa planche à billets puisque le club de Roberto Mancini aurait proposé 38 millions de Livres (environ 42 millions d'euros !). Mais les Citizens ne sont évidemment pas les seuls sur le coup : Chelsea, Manchester United, l'Inter de Mourinho, qui en fait sa chasse gardée, et même Barcelone sont à l'affût. Les Marseillais qui rencontrent Benfica ce jeudi en huitièmes de finale de l'Europa League devront l'être car l'homme est dangereux. THOMAS BRICMONT