DIVISION 2 Lamah, Cousin et Lecomte

" Potentiellement, il y a des Luigi Pieroni dans toutes les séries, jusqu'en 1re Provinciale ", affirme Philippe Saint-Jean, le coach de Tubize. " Un centre avant issu des divisions inférieures qui devient meilleur buteur du championnat de Belgique, c'est assez rare, mais le cas s'était déjà produit avec Gilles De Bilde. Si l'on parle simplement de joueurs talentueux susceptibles d'évoluer un cran au-dessus, il y en a plein. Je pourrais citer toute une équipe issue de D2, du gardien de but à l'extérieur gauche, avec laquelle je me débrouillerais sans aucun problème une division plus haut. Des noms ? Je ne vais pas dévoiler mon propre scouting. Mais, par exemple, il y a le petit Roland Lamah à Visé, ou encore les deux Français d'Ostende, le milieu Bob Cousin et l'attaquant Alex Lecomte. Ces joueurs-là ont incontestablement le potentiel, mais il y en a dans tous les clubs. Y compris à Tubize, bien sûr. Leur éclosion dépend de la manière dont ils sont pris en mains. En D2, on ne leur dispense pas toujours des entraînements appropriés, mais il n'y a aucune garantie qu'ils les reçoivent en D1. Il faudrait, pour cela, que les clubs disposent d'un deuxième entraîneur professionnel pour s'occuper individuellement des jeunes promesses, chose qu'Anderlecht a comprise avec Franky Vercauteren. L'âge crucial se situe entre 14 et 17 ans. Pour que les jeunes puissent éclore plus facilement, il faudrait d'une part une D2 un peu plus professionnelle, et d'autre part des clubs satellites où l'on pourrait placer les jeunes talents.
...

" Potentiellement, il y a des Luigi Pieroni dans toutes les séries, jusqu'en 1re Provinciale ", affirme Philippe Saint-Jean, le coach de Tubize. " Un centre avant issu des divisions inférieures qui devient meilleur buteur du championnat de Belgique, c'est assez rare, mais le cas s'était déjà produit avec Gilles De Bilde. Si l'on parle simplement de joueurs talentueux susceptibles d'évoluer un cran au-dessus, il y en a plein. Je pourrais citer toute une équipe issue de D2, du gardien de but à l'extérieur gauche, avec laquelle je me débrouillerais sans aucun problème une division plus haut. Des noms ? Je ne vais pas dévoiler mon propre scouting. Mais, par exemple, il y a le petit Roland Lamah à Visé, ou encore les deux Français d'Ostende, le milieu Bob Cousin et l'attaquant Alex Lecomte. Ces joueurs-là ont incontestablement le potentiel, mais il y en a dans tous les clubs. Y compris à Tubize, bien sûr. Leur éclosion dépend de la manière dont ils sont pris en mains. En D2, on ne leur dispense pas toujours des entraînements appropriés, mais il n'y a aucune garantie qu'ils les reçoivent en D1. Il faudrait, pour cela, que les clubs disposent d'un deuxième entraîneur professionnel pour s'occuper individuellement des jeunes promesses, chose qu'Anderlecht a comprise avec Franky Vercauteren. L'âge crucial se situe entre 14 et 17 ans. Pour que les jeunes puissent éclore plus facilement, il faudrait d'une part une D2 un peu plus professionnelle, et d'autre part des clubs satellites où l'on pourrait placer les jeunes talents. Un Lamah doit continuer à jouer avec Visé, mais devrait déjà avoir des entraînements du niveau de ceux du Standard. Luigi Pieroni n'a découvert la D1 qu'à 23 ans. C'est déjà fort tard, et d'ailleurs Georges Leekens n'y a cru qu'à partir du moment où il a commencé à marquer. Sans cela, il serait peut-être sur le départ, ou prêté à un autre club. Généralement, la plupart des joueurs ont soit la technique, soit le physique, mais rarement les deux. On voit encore que Luigi Pieroni manque de technique en dehors des 16 mètres. C'était aussi le cas avec Gonzague Vandooren, du temps où j'étais à Mouscron et cela avait fait l'objet d'une discussion que j'avais eue avec Hugo Broos. J'avais conseillé à Broos d'utiliser Vandooren autant qu'il le pouvait, mais en demandant de me laisser affûter individuellement sa technique. Il m'avait répondu : - Non, ils'entraîneraaveclecollectif, celavavenir !Je suis certain qu'à Anderlecht, à peine leur match terminé, Anthony Vanden Borre et Vincent Kompany se voient encore mettre l'accent sur leurs défauts par Vercauteren, et c'est comme cela qu'ils progresseront " " Je ne vois qu'un seul attaquant, dans notre série, susceptible de se tirer d'affaire avec bonheur au plus haut niveau ", dit Manu Ferrera, tour à tour manager puis entraîneur du KV Courtrai après avoir coaché Charleroi et Alost en D1. " C'est le Ghanéen Ibrahim Salou, qui évolue au FC Turnhout. Je l'ai vu à l'£uvre à diverses reprises cette saison et chaque fois il m'a vraiment épaté. J'aurais aimé pouvoir compter sur ses services en prévision de la saison prochaine mais il m'a dit qu'il visait plus haut. C'est tout à son honneur, évidemment, et parfaitement compréhensible, compte tenu de ses qualités. Grand, costaud, aussi habile dos que face au but, il me fait irrésistiblement penser au Kenyan d'Heusden-Zolder, Mike Origi, à cette nuance près qu'il accuse 12 ans de moins, puisqu'il doit encore fêter ses 25 printemps cette année. Doté d'une belle frappe et d'un fameux jeu de tête, le Ghanéen est aussi fort dans les 16 mètres adverses que quand il peut partir de loin. Dans ce cas, il étale à la fois une fameuse vitesse de course ainsi qu'une couverture de balle rarement prise en défaut. Ce qui ne gâte rien, il est capable aussi de prendre le dessus sur un adversaire grâce à des dribbles déroutants. De fait, je ne lui vois qu'un seul défaut : à l'image de la colonie ivoirienne de Beveren, qui a déjà collectionné les cartons rouges depuis le début de la saison, en raison de réactions souvent épidermiques, Ibrahim est, lui aussi, quelque peu soupe au lait. Au match aller, il était d'ailleurs suspendu contre nous en raison d'un renvoi prématuré au vestiaire. Mais ce défaut ne représente pas grand-chose en regard de ses immenses qualités. Honnêtement, je ne comprendrais pas que les pensionnaires de l'élite ne s'intéressent pas à lui, sous peu ". Arrière latéral droit, Sander Debroux, d'Oud-Heverlee/Louvain, est un des joueurs les plus réguliers de l'équipe entraînée par Jean-Pierre Vande Velde qui fut naguère l'adjoint d' Aad de Mos. A 21 ans, Debroux a le potentiel afin de défendre un jour ses chances en D1. " Pour moi, cela ne fait pas de doute ", annonce Jacques Urbain, l'entraîneur de l'Union Saint-Gilloise. " C'est un jeune arrière complet et de belle stature. Le Louvaniste est doté d'une relance très précise avec, à la clef, un niveau technique intéressant ". A Bocholt, le secteur offensif est animé par deux footballeurs néerlandais de couleur. A 27ans, Giovanni Christina doit être surveillé du regard mais c'est surtout son frère, Aschwin, qui fait parler son réalisme en pointe. " Il est râblé et ajoute un intéressant capital technique ", avance Urbain. " Il est explosif et percutant. Ses tirs sont très bien cadrés ". Les frères Christina sont originaires de Rosmalen, en Hollande. Liège a toujours été un terreau intéressant pour les jeunes et malgré la faillite, d'autres minots montrent le bout du nez sous la direction de Dominique Renson. " C'est le cas de Benjamin Maréchal et du Français Abdoulaye Soumare (22 ans) ", poursuit Urbain. " Maréchal prend régulièrement la route du Stade Roi Baudouin pour les entraînements des équipes nationales de jeunes. Ce demi droit soutient bien son attaque, est rapide et conserve précision et lucidité à la percussion. Soumare, ne serait pas un modèle de régularité à gauche mais son potentiel vaut le coup d'£il. C'est un joueur à la Andres Mendoza. Il n'est pas super explosif mais la balle lui colle au pied. Sa foulée est large mais cela ne l'empêche pas de se faufiler comme une anguille entre ses adversaires " Urbain a noté aussi les atouts offensifs (technique en mouvement) d'un joueur du club coaché par Etienne Delangre, Sprimont : SofianeEl Khadri. A signaler aussi qu'un joueur de l'Union Saint-Gilloise, Christian Kinkela, 20 ans, est plus que cité à Mouscron où il a passé des tests positifs. Il s'agit d'un arrière droit ou d'un demi qui fréquenta les centres de formation du Red Star et de Laval. Droitier, complet, on devine qu'il travailla tout autant ses qualités que ses défauts en France. " Dans notre série, je pourrais citer le centre-avant de Zottegem, TimMatthijs ", commente Gérald Lefebvre, le coach de Templeuve. " Il est très fort. C'est un garçon de 1m80 et 80 kg, assez rapide, qui possède une assez bonne technique. Un attaquant complet. Sans être le meilleur buteur de la série, il a impressionné beaucoup d'autres coaches. Au RC Waregem, il y a un défenseur, XavierNottebaert, qui est très fort en marquage, mais qui peut aussi se montrer très offensif. Cette équipe débute généralement en 4-4-2, mais dans les faits, ce système se transforme très vite en 3-5-2 tant son défenseur aime créer le surnombre dans l'entrejeu. Matthijs et Nottebaert sont deux jeunes joueurs qui ont encore la possibilité d'évoluer au niveau tactique, technique ou physique. Il y a d'ailleurs, au RC Waregem, beaucoup de joueurs susceptibles d'évoluer plus haut, car c'est de loin la meilleure équipe de la série. Ces joueurs sont au-dessus du lot. Dans l'ensemble, pourtant, je trouve cette série promotionnaire moins forte que celle que j'avais connue il y a trois ans, mais ce sont toutes des équipes qui témoignent d'une grande rigueur défensive et des joueurs qui appliquent les consignes à la lettre. C'est caractéristique des équipes flamandes. Chez nous, à Templeuve, il y a notre capitaine Cédric Dorchy, un milieu de terrain qui s'est malheureusement blessé à l'entraînement, alors qu'on venait à peine de jouer la 5e journée de championnat, et qui revient à peine dans le parcours. Il nous a beaucoup manqué. C'est un garçon de 25 ans, très fort en récupération du ballon et toujours le premier à relancer l'offensive. Il se laisse rarement piéger en un contre un. Il dispose d'une très bonne technique et d'un très bon physique. Il a été formé à Mouscron en équipes d'âge et est à Templeuve depuis cinq ou six saisons. Il a fait monter le club en Promotion et commence aujourd'hui à être convoité par des équipes de divisions supérieures. On est déjà quasiment certain de ne pas pouvoir le conserver ". Dans cette série, plusieurs noms sont d'emblée cités : Fabio Vergucht, le puncheur de Verbroedering Denderhoutem, actif au Cercle Bruges par le passé, Richard Burgo, le piston offensif d'Uccle-Léo-Forest, Steven Hilaerts, de Londerzeel, mais qui transita lui aussi par Alost autrefois. Ou encore Yves Etumba, le jeune avant de Rhode-Verrewinkel. Mais le nom qui revient le plus souvent chez nos divers interlocuteurs, et qui constitue en quelque sorte le dénominateur commun, est celui de Jean-Paul Kielo-Lezi, le partenaire d'attaque de Fabio Vergucht chez les leaders de la série. " Vergucht, c'est la puissance à l'état pur ", observe Claude Molle, entraîneur des Merles ucclois lors du premier tour de la compétition. " Il a une frappe de mule qui lui permet de faire mouche de 25 ou même de 30 mètres. Mais il n'a pas le talent intrinsèque de son compagnon d'attaque. Kielo-Lezi m'apparaît comme le digne successeur de Tosin Dosunmu, qui l'a barré chez les Flandriens avant de se réaliser au FC Malines d'abord puis, à Westerlo. Le Congolais n'a peut-être pas le même sens du but aussi aiguisé que Dosunmu, mais il est plus fin. Il s'impose toujours sans avoir l'air d'y toucher. Au plan de la facilité de geste, je citerai également mon ancien élève chez les coalisés bruxellois, Richard Burgo. Avec ses qualités techniques au-dessus de la moyenne, il est parfaitement à même de tirer son épingle du jeu à un niveau supérieur ". Cet avis, Dominique Jonckheere, le coach de Rhode-Verrewinkel, le partage aussi : " Il y a l'un ou l'autre bons éléments dans la série. Kielo-Lezi évidemment, qui a d'ailleurs marqué deux buts contre nous, mais je mentionnerai aussi un jeune joueur de chez nous : Yves Etumba, âgé de 19 ans à peine, et qui regorge de qualités. Repris cette année dans le noyau A après avoir été formé à Molenbeek, il a dépassé toutes les espérances, au point d'être désigné révélation du premier tour, l'hiver passé, par un quotidien bruxellois. Elancé, rapide, doté d'un bon jeu de tête, il est promis à un bel avenir. Son seul péché mignon : il est parfois nonchalant. Mais ne dit-on pas la même chose de Vincent Kompany ?" Patrick Dekeyzer, arrière central au long cours de Tempo Overijse a l'habitude de fréquenter les fines gâchettes de Promotion. Son club s'est retrouvé cette saison dans la série fréquentée par des clubs limbourgeois et anversois. Les bons joueurs ne manquent pas dans ce vivier. " Je croise régulièrement des attaquants au profil et aux atouts très intéressants ", avance Dekeyser. " Et c'est certainement le cas de Bjorn Ruytinx, le canonnier de Kermt-Hasselt. Il y a deux ans, je crois, ce puissant attaquant militait encore dans l'anonymat des séries provinciales. On dit qu'il y collectionnait les cartes rouges. Hasselt le repéra et le transféra afin d'élargir son noyau. Cette saison, il a trouvé son rythme de croisière. Je me suis frotté à lui et je peux assurer que ce n'est pas une chose aisée ". La tour de la défense des Serristes a du métier et des arguments athlétiques avec son 1,87 m. " Ruytinx est très agressif sur la pelouse ", continue-t-il. " Il sait se faire respecter, que ce soit balle au pied ou dans le trafic aérien. Il possède un bon crochet et, surtout, un tir redoutable et bien cadré. Fort comme un ours, l'attaquant de Kermt-Hasselt est rapide, a du caractère, et présente toutes les qualités d'un déménageur qui, d'après moi, peut réussir en D1. Il m'en a fait voir de toutes les couleurs. L'intérêt de Westerlo, et surtout de Saint-Trond, ne m'étonne pas du tout ". Ruytinx (23 ans) avait réalisé 24 des 70 buts signés par son équipe, soit 33 % de ce total, avant d'aborder la 28e journée de championnat. Le baroudeur du leader hasseltois, entraîné par Francis Van Hamel, a eu droit à 1851 minutes de temps de jeu pour réaliser cette récolte. Il marque toutes les 77 minutes. Manu Karagiannis l'a récemment retenu dans une sélection des meilleurs joueurs de la P1 à la D2 qui rencontra son équivalent anversois. Un autre joueur figure sur les listes de Manu Karagiannis : Nicky Stoffels (22 ans, 1,72 m, 60 kg), le médian de Hedera Millen, un excellent technicien très mobile qui distribue bien le jeu. Il a fréquenté les équipes de jeunes de St-Trond et du Standard avant de prendre un recul qui lui fait du bien. D'autres joueurs de Promotion C ont déjà joué en D1. C'est le cas de Johan Bal (ex-Malines) qui maîtrise bien son sujet en tant que libero de Tempo Overijse. " Pieroni venait de D2 et les joueurs dont je vais parler évoluent deux échelons plus bas ", précise Stéphane Huet, le coach de La Calamine. " Ils auront besoin d'un suivi particulier pendant deux ou trois saisons mais sont tous capables d'évoluer au plus haut niveau. J'ai retenu des éléments dotés d'une grande explosivité et d'une endurance au-dessus de la moyenne et qui sont en mesure de s'adapter à un espace temps réduit pour donner le ballon. Il y a Frédéric Hanssens (21 ans) de Woluwé. C'est un parfait pivot qui fait jouer les autres. Comme il élimine facilement un adversaire, il se retrouve souvent à la conclusion des phases. C'est donc aussi un buteur même s'il faut avant tout le considérer comme un donneur d'assists. Adam Salles (19 ans) de Couvin est un petit gabarit qui compense son manque de physique par une explosivité au-delà de la moyenne et une fameuse vision du jeu. C'est un soutien d'attaque qui sait servir les siens et qui peut aller au but grâce à une grande force de pénétration de la deuxième ligne. Je me demande pourquoi le Sporting de Charleroi s'en est débarrassé. Il y a aussi Ronald Averna (20 ans) de Montegnée. Un soutien d'attaque parfait, qui a fait ses classes au Standard et au FC Liège où il a fait quelques apparitions en D2. Malheureusement, il s'est occasionné une grave blessure et a pris la décision de descendre en Promotion pour avoir du temps de jeu. Il a bien fait : il est sollicité par plusieurs clubs. Il sait jouer en déviation, en jeu court et long, ce qui est plus rare. Il sait conserver le ballon. Abidou Mokabila est plus âgé avec ses 23 ans mais l'attaquant de Couillet possède une vitesse exceptionnelle, il est attiré uniquement par la cage adverse et travaille en rupture. Dommage pour lui qu'il soit individualiste. Il a évolué à La Louvière l'année de la montée en D1 et a même disputé quelques matches. Un défenseur : Jean-Yves Mercenier (21 ans) de Bas-Oha. Cet arrière gauche possède un bon jeu court et long. Il doit cependant améliorer son explosivité sur les premiers appuis. C'est probablement pour cette raison que son entraîneur l'a aligné dans l'axe mais il a une meilleure carte à jouer sur le flanc. A La Calamine, il y a le gardien Boris Dome et le centre-avant François Sterchele. Boris est né en 79 et a fait toutes ses classes au Standard. Il doit travailler son mental, plus important encore chez les gardiens que chez les joueurs de champ. Quant à mon goleador de 22 ans, il est très rapide, dribble facilement un adversaire, excelle dans le un contre un. C'est clair que plusieurs clubs sont dessus ". Pierre Bilic, Daniel Devos, Bruno Govers et Nicolas Ribaudo