L ukas Van Eenoo joue au Cercle Bruges depuis ses six ans. Il a effectué ses débuts en équipe fanion le 19 octobre 2008, dans le derby brugeois et un mois plus tard, il signait son premier contrat professionnel. Glen De Boeck accorde de plus en plus de confiance au jeune médian, dont l'éclosion définitive ne devrait pas tarder. Mais qui est Lukas Van Eenoo ? Et comment est-il arrivé là ?
...

L ukas Van Eenoo joue au Cercle Bruges depuis ses six ans. Il a effectué ses débuts en équipe fanion le 19 octobre 2008, dans le derby brugeois et un mois plus tard, il signait son premier contrat professionnel. Glen De Boeck accorde de plus en plus de confiance au jeune médian, dont l'éclosion définitive ne devrait pas tarder. Mais qui est Lukas Van Eenoo ? Et comment est-il arrivé là ? " Nous essayons de faire passer les jeunes dans une catégorie supérieure au moment le plus adéquat mais s'il le faut, nous les rétrogradons aussi ", constate Ronny Desmedt, le directeur de la formation. " Faire monter Lukas était une mauvaise idée car il manquait de puissance. Nous avons toujours été très prudents avec lui, voulant saisir le bon moment. Il est assez raisonnable pour le comprendre. C'est une de ses qualités. Il connaît ses limites. Jamais il n'essaiera de dribbler quatre ou cinq adversaires, même pas quand il est bien dans le match. Il sait qu'il accroît son rendement en pensant en termes collectifs. Pour transposer cet esprit sur le terrain, il faut une excellente vision du jeu. Pour un garçon de son âge, il effectue souvent les bons choix. Il comprend tout ce qu'on lui enseigne aussi. Quand on lui explique un point tactique, il ne l'exécute pas à 100 % lors du match suivant mais il y a déjà un progrès. Parmi ses autres qualités, je relève son aptitude à se mouvoir entre les lignes et son excellente maîtrise du ballon. Il le perd peu. En plus, il a un abattage appréciable. Il est médian offensif mais il ne rechigne pas à travailler en perte de balle. C'est clair : Lukas atteindra son meilleur niveau dans l'axe, que ce soit dans un registre offensif ou défensif. Il doit bien sûr améliorer sa stabilité et sa force. On voit aussi qu'il n'offre guère de résistance aux grands gabarits dans les duels. Ce n'est pas indispensable mais nous essayons de le renforcer. C'est un projet qui s'étend sur plusieurs années car il faut doser la musculation ; mais il en retirera les fruits. "" Je ne le connais pas personnellement et je n'avais encore jamais joué contre lui avant février, mais je l'avais vu quelques fois avec les Espoirs du Cercle ", dit Vincent Provoost, le médian défensif de Roulers qui va affronter Lukas ce soir en demi-finales de la Coupe. " Il a un grand rayon d'action, une technique parfaite et un excellent pied gauche. Son audace me frappe : il prend en charge tous les corners et les coups francs. A son âge, c'est un gage de classe et de qualité. Il doit évidemment améliorer certains aspects : il n'est pas très grand et doit gagner en force. Il doit aussi travailler son jeu de tête et son pied droit est perfectible. Il est difficile de le comparer à un autre joueur mais je dirais Stijn De Smet. Celui-ci se meut bien entre les lignes aussi et a une belle technique de base. Lukas est un peu la version gauchère de De Smet. " " Lukas possède un caractère facile ", dit Bastiaan, son frère. " Il est parfois nonchalant. Par exemple, quand nous mangeons un dessert, il joue et chipote avec. Il oublie souvent de ranger ses affaires et de jeter ses déchets. Mes parents ne sont donc pas contents de sa participation aux tâches ménagères. Cette nonchalance ne se reflète pas en football : jamais il n'arrivera en retard à l'entraînement car de ce point de vue, il est très strict. Mon frère et moi entretenons une bonne relation, ne serait-ce que parce que nous partageons les mêmes centres d'intérêts : je suis arrière droit à l'Excelsior Zedelgem, en 1re Provinciale. Nous faisons beaucoup de choses ensemble. Nous avons un grand jardin, avec un but. Nous y avons beaucoup joué et ça n'a guère changé ! Quand Lukas a un moment de loisir, il va jouer dans le jardin. C'est là qu'il a développé sa technique. Nous avons passé de longues soirées estivales dans ce jardin. Il émerge techniquement mais il est frêle. Avant, c'était encore plus marqué. Il n'était pas bon dans les duels. Il travaille son physique et a déjà beaucoup progressé, même s'il peut encore se bonifier. A 14 ans, il était capable de passer des hommes de 20 ans mais ceux-ci le rattrapaient grâce à leur force et à leur vitesse. Nous aimons jouer l'un contre l'autre. Avant, je parvenais à gagner grâce à ma vitesse mais ce temps est révolu. Parfois, nous nous exerçons à jouer ballon entre les jambes mais je n'ai pas l'ombre d'une chance ! Le soir, nous nous retrouvons devant la PlayStation, mais là aussi, je ne gagne pas. Maintenant que j'y pense, je le surpasse dans un domaine : les sorties, car il s'en prive. Il vit comme un pro depuis son enfance. Mes parents ont joué un rôle-clef dans son succès. Il est très réaliste mais mes parents ont toujours insisté : il ne pouvait signer de contrat qu'à condition de ne pas négliger l'école. Il l'a promis et il effectue sa première année de comptabilité à la Haute Ecole catholique de Bruges. La combinaison est difficile mais il vient d'obtenir les résultats des examens de janvier et a tout réussi. Mes parents en sont sans doute encore plus fiers que de ses prestations en football. ""Il déborde d'audace et prend en charge toutes les phases arrêtées."