Les 18 bergers de la D1 ont calmement préparé leurs troupeaux au c£ur de l'été. Ils avaient besoin de repos après une saison 2006-2007 épuisante avec ses rayons de soleil (Anderlecht champion, qualifié pour la Ligue des Champions tout comme Genk, le Club Bruges vainqueur de la Coupe et détenteur d'un billet pour l'UEFA, comme le Standard, troisième en championnat) et les orages qui ont emporté tant Beveren que le Lierse en D2. De jeunes joueurs se sont révélés et ont confirmé leur potentiel en équipe nationale Espoirs, effaçant ainsi les énormes déceptions générées par les Diables Rouges.
...

Les 18 bergers de la D1 ont calmement préparé leurs troupeaux au c£ur de l'été. Ils avaient besoin de repos après une saison 2006-2007 épuisante avec ses rayons de soleil (Anderlecht champion, qualifié pour la Ligue des Champions tout comme Genk, le Club Bruges vainqueur de la Coupe et détenteur d'un billet pour l'UEFA, comme le Standard, troisième en championnat) et les orages qui ont emporté tant Beveren que le Lierse en D2. De jeunes joueurs se sont révélés et ont confirmé leur potentiel en équipe nationale Espoirs, effaçant ainsi les énormes déceptions générées par les Diables Rouges. Les défis et les responsabilités des clubs n'en sont que plus grands. Les coaches doivent tenir compte intelligemment de la moisson de jeunes qui attirent de plus en plus le regard des clubs étrangers. Ce n'est pas pour rien que Nicolas Lombaerts a pris le chemin de la Russie et Sébastien Pocognoli celui des Pays-Bas. Le président des Buffalos s'est frotté les mains car ce transfert lui garantit un bon waterzooi à la gantoise. C'est bien mais il ne faudrait pas que des loups se servent à leur guise dans nos bergeries. Il s'agira d'y penser sérieusement durant la grande transhumance qui, durant une saison, autorise à 18 clubs de vivre dans les alpages les plus élevés du football belge. Permettra-t-elle de mieux utiliser les richesses du foot belge ? Le bon berger tient compte de tout (gardiennage, altitude, pente, exposition au soleil, météo) pour que ses bêtes profitent d'une herbe fraîche durant toute la saison. Cette bonne gestion des effectifs réclame de multiples connaissances. Les équipes et les hommes seront soumis à rudes épreuves de la première à la dernière journée du championnat. Le Club Bruges a été très actif durant la campagne des transferts. L'équipe de Michel D'Hooghe ne peut plus se permettre de jouer à la cigale en cours de route. Elle a déclamé ses ambitions sur ses beffrois en dépensant pas mal de sous pour acquérir une star ( François Sterchele), en garantissant un solide salaire à un bon lieutenant ( Karel Geraerts) ou au prometteur Jeroen Simaeys venu des prairies de Saint-Trond. Le cheptel des prés salés brugeois vaut le coup d'£il mais le gardien, Jacky Mathijssen, devra couler ces diverses qualités dans un moule. Même si l'homme a fait ses preuves au Staaienveld ou au Stade du Pays de Charleroi, il a du foin sur la fourche. Chez les Zèbres, il pouvait sourire quand on lui parlait du titre. Ici, il doit le viser impérativement. La différence est énorme mais le nouveau coach brugeois a la carrure de l'emploi afin d'embêter le grand favori : Anderlecht où Frankie Vercauteren travaille beaucoup le mental. Il reste à passer le cap de l'hiver sur la scène européenne et à mieux lécher le jeu. Chose qui ne semble pas aisée. Malgré l'un ou l'autre départ, la formation d' Hugo Broos garde les moyens d'animer le débat dans les hautes sphères. Le Standard et MPH ont misé sur des jeunes qui ont éclaté la saison passée. Il était logique de leur faire confiance et de leur permettre de voler de leurs propres ailes. Ce sera un des thèmes de réflexion les plus intéressants du championnat. Il y en aura d'autres. Trond Sollied fera-t-il oublier Georges Leekens à Gand ? Philippe Vande Walle sera-t-il le gardien des habitudes positives que Mathijssen inculqua à Charleroi ? Les Montois de José Riga ajouteront-ils l'efficacité à leurs £uvres techniques ? Les Hurlus passeront-ils une saison tranquille ? Le FC Brussels négociera-t-il une saison capitale ? Les Malinois revivront-ils les grandes soirées d'antan ? A gauche et à droite, les clubs progressent, bâtissent, avancent plus que les... Diables Rouges. Un troupeau de plus de 400 joueurs rêve des plus beaux pâturages. Qui aura droit aux honneurs en fin de saison ? Où couleront les larmes de chagrin ? Qui seront les bons pasteurs ou les damnés de la D1 ? Il faudra attendre la fin de la longue transhumance (saison) afin de répondre à ces questions : bon championnat 2007-2008 à tous. PAR PIERRE BILIC