" J'ai la chance de coacher le White Star Femina Woluwé. Depuis cette saison, mes dames évoluent sur le terrain principal du Stade Fallon. J'adore cet endroit car plus d'un sport y sont à l'honneur. On a peut-être oublié qu'un match de Coupe de l'UEFA s'y est disputé en 1972-1973 avec la visite des Portugais du C.U.F Barreiro (0-1). J'évoque un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître mais, à cette époque, ce stade était un lieu en vue de la D1. Eddy Merckx était un des supporters les plus connus de ce club. En 1972-1973, le RW avait l...

" J'ai la chance de coacher le White Star Femina Woluwé. Depuis cette saison, mes dames évoluent sur le terrain principal du Stade Fallon. J'adore cet endroit car plus d'un sport y sont à l'honneur. On a peut-être oublié qu'un match de Coupe de l'UEFA s'y est disputé en 1972-1973 avec la visite des Portugais du C.U.F Barreiro (0-1). J'évoque un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître mais, à cette époque, ce stade était un lieu en vue de la D1. Eddy Merckx était un des supporters les plus connus de ce club. En 1972-1973, le RW avait la meilleure défense de D1 (19 buts encaissés en 30 matches) et termina troisième derrière le Club Bruges et le Standard. Mais, plus remarquable, c'était la première équipe de la capitale : Anderlecht décrocha la sixième place seulement, tandis que l'Union Saint-Gilloise (15e) et le Crossing de Schaerbeek (16e) plongeaient un étage plus bas. Une page se tournait et on n'a plus jamais vu quatre clubs bruxellois en D1. A la fin de cette saison, le RW fusionna avec le Daring de Bruxelles. Qui dit Racing White dit évidemment Robert Waseige, Willy Tack, Eddy Koens, Kris Bjerre, Henri Depireux, Pierrot Crombez, André Stassart, Jacques Teugels, Jean Dockx, Fons Haghedooren, Maurice Martens, etc. La liste est longue. En 1971, Raymond Goethals, coach des Diables Rouges rappela Dédé Stassart pour une dernière mission au Portugal : garder le grand José Torres de Setubal. Stassart, c'était un stopper style meuble en chêne qu'on ne bouge pas tant c'est costaud. Et celui qui jouait aussi à la balle pelote chassa et rechassa Torres loin de Christian Piot. Venu de Malines en 1966-1967, JeanDockx a été la tête, le c£ur et les poumons du RW. En 1972, Anderlecht l'a acquis en échange de Martens et Gérard Desanghere plus un capital qui a permis de transférer Koens et Teugels. Bien plus tôt, en 1963, le White Star et le Racing de Bruxelles étaient inquiets pour leur avenir sportif et financier et ce qui incita Emile Michiels (administrateur du Racing de Bruxelles avant de devenir patron du White Star) à lancer le projet d'une fusion. Il entendait mettre sur pied une grande équipe à Bruxelles. Même si Lucien Halbart (président du Racing) et Henri Mabille rêvaient de jouer aux Trois-Tilleuls, le nouveau club s'installa au Stade Fallon car le White Star avait encore un bail avec la commune de Woluwé-Saint-Lambert. Après deux ans en D2, le RW intégra la D1 en 1965-1966. Toute une époque. Le White Star fait actuellement revivre le football au Stade Fallon (D3). C'est magnifique et j'espère de tout c£ur que ce club se retrouvera vite en D2. " né en 1941, heylens fut un excellent back droit (67x diable rouge, équipe d'europe 65, mondial 70 au mexique, 7 titres et 3 coupes de belgique avec anderlecht). coacha une douzaine de clubs (passa 5 ans au losc et fut coach belge 1984 à seraing) propos recueillis par pierre bilic