En 2007, quand Nico Vaesen a remisé ses gants, il a entamé une carrière d'agent de joueurs dans le bureau de Didier Frenay, son ancien coéquipier au Cercle et à Alost. Sa spécialité ? L'Angleterre, où il a vécu huit ans évoluant notamment pour Birmingham, Crystal Palace, ou Bradford, et où il a gardé d'excellents contacts.
...

En 2007, quand Nico Vaesen a remisé ses gants, il a entamé une carrière d'agent de joueurs dans le bureau de Didier Frenay, son ancien coéquipier au Cercle et à Alost. Sa spécialité ? L'Angleterre, où il a vécu huit ans évoluant notamment pour Birmingham, Crystal Palace, ou Bradford, et où il a gardé d'excellents contacts. Nico Vaesen : Ce championnat est un peu moins relevé que l'espagnol mais il est exigeant : il se joue à un rythme élevé, il faut s'y livrer à fond, gérer la pression pendant les matches et en dehors des terrains. Les footballeurs sont des figures médiatiques, encore plus que les acteurs ! Les clubs vous protègent aussi. Un officier de liaison règle tout de A à Z pour vous. On y est plus libre que dans d'autres championnats. Il ne faut pas être au club de 8 à 18 heures. Il suffit de se présenter une heure et demie avant le début des matches à domicile. Une fois le championnat entamé, on s'entraîne une fois par jour, pendant trois heures et à 14 heures, vous êtes libre. Les jours de congé sont respectés, même si on a perdu trois fois de suite. Si on n'est pas à l'écoute de son corps, on échoue. Pour tenir le rythme, il faut se reposer et se nourrir intelligemment. Il faut de l'autodiscipline. Trond Sollied a un peu cette approche. Celui qui ne respecte pas ces règles est simplement écarté. Les écoles de jeunes fonctionnent bien mais il faut relever le niveau du championnat. Le scout de Chelsea se moque qu'Axel Witsel se distingue lors du match Eupen-Standard. Il le suivra plutôt en équipe nationale ou se penchera sur sa dernière campagne européenne. Ivan Perisic peut évoluer dans le sub-top, comme Thibaut Courtois et Kevin De Bruyne, à terme. Un jour, De Bruyne va émarger à l'élite absolue mais il doit gagner en puissance et être dominant dans tous les matches. Par contre, placez Witsel à Arsenal demain et il réussira. Il est déjà prêt. Il était trop irrégulier pour la Premier League, à mes yeux. Il manque de qualités. Par contre, Mbokani peut viser n'importe quel club entre la sixième et la 14e place. Je ne sais pas si un club offrira dix millions mais pour cinq, certains prendront le risque car c'est un bon footballeur. Si Witsel jouait à Dortmund, il vaudrait 40 millions mais le faible rayonnement du championnat belge fait baisser la valeur des joueurs. Je pense que oui, mais je ne crois pas qu'Anderlecht percevra 30 millions. Il possède les qualités requises : il est grand, fort, rapide, mais il a encore une marge de progression. Le club qui l'embauchera doit savoir qu'il achète un produit non fini. Lukaku peut devenir un nouveau Drogba mais ne l'est pas encore. Il doit améliorer sa touche de balle, son jeu dos au but et marquer davantage. Comment vont réagir Chelsea et Lukaku s'il ne joue pas après quelques mois ? Va-t-il accepter d'être loué à Fulham ou à Bolton ? Il est encore trop tôt pour affirmer qu'il va à Chelsea pour y jouer. Disons qu'il a joué dans une équipe moins bonne, dont l'approvisionnement posait problème. Dans ces circonstances, il s'est bien tiré d'affaire. Il a eu la chance que je connaisse tout le staff technique personnellement. Steve Bruce n'a pas vu Simon mais a suivi le conseil de l'entraîneur des gardiens, qui a refermé son calepin après une demi-heure d'observation. Je l'y ai renseigné. Je ne l'aurais pas fait si je n'avais été certain qu'il puisse réussir. Simon savait qu'à 21 ans, il n'allait pas jouer tous les matches mais en fait, il a disputé plus de matches que prévu : 26 sur 38. Il a deux étapes d'avance sur nos projets. Non, car j'étais convaincu de son talent. Simon est raisonnable, bien élevé, dénué d'impulsivité. Il ne va pas s'acheter une Ferrari parce qu'il a de l'argent. Il doit peaufiner certains aspects mais n'a pas de point faible. Sunderland n'est pas son terminus. Il est le meilleur gardien belge du moment. Thibaut Courtois est un grand gardien en devenir mais il fait partie d'une équipe qui tourne, qui est bien organisée. Il a intérêt à rester encore un an à Genk pour découvrir le revers de la médaille. Contre le Standard, il intervient brillamment sur l'envoi d'Aloys Nong puis intercepte deux ballons que n'importe quel bon portier arrête. On a parlé de classe mondiale mais l'année prochaine, ce sera normal. Aucun grand club anglais ne le ferait jouer actuellement. Il est certes connu car je vois des scouts anglais dans les tribunes toutes les semaines, surtout à Genk : une jeune équipe championne attire les regards. Des scouts viennent aussi souvent voir les matches de jeunes du Club, du Standard, d'Anderlecht et de Genk dès 15 ans. Ils n'ont pas besoin que je leur refile des noms. Quand City l'a enrôlé, je lui ai demandé si sa fragilité ne posait pas problème. On m'a répondu que le staff médical s'occuperait de lui et il n'a pratiquement plus été blessé. Etre capitaine de City alors qu'on est étranger, chapeau ! Le Standard a eu la chance que David Moyes ait un budget de vingt millions et n'ait besoin que d'un joueur. Durant la première saison de Fellaini au Standard, j'ai accompagné des représentants de deux clubs anglais à ses matches mais ils doutaient. C'est le problème : en cas de doute, les Anglais préfèrent les noms connus. Ils ne veulent pas prendre de risques. C'est pour ça que les bons avants sont les plus transférés. Contrairement à ce qu'on pense, les clubs anglais ne claquent pas l'argent par les fenêtres. Il y a deux ans, 14 millions pour Mbokani, c'était trop. Jelle est sensible et a l'esprit de famille. Il est fait pour le championnat anglais mais il a échoué pour des motifs extra sportifs. Il était mal dans sa peau. Il ne pouvait pas être à 100 %. L'entraîneur, qui l'avait voulu, le comprenait, mais un moment donné, il a dû prendre une décision. Il a besoin d'une ambiance chaleureuse. Jelle était aussi un leader, l'homme dont le Standard avait besoin à ce moment-là, puisque Defour était blessé. Jelle a été bien accepté. Alors qu'il n'était qu'un joueur parmi 30 autres à Wolverhampton, il était le gros transfert du Standard. Il l'a apprécié. Si Pocognoli, qui vacillait, a mieux joué après l'arrivée de Jelle, ce n'est pas un hasard. Jelle a apporté un plus au Standard. PAR GEERT FOUTRÉ - PHOTO: REPORTERS/ GOUVERNEUR" Witsel peut déjà réussir à Arsenal. "" En Angleterre, les footballeurs sont plus adulés que les acteurs. "" Les clubs anglais veulent des noms. "