D irk Geeraerd entame la campagne avec beaucoup de points d'interrogation. L'entraîneur flandrien, dont c'est la deuxième saison parmi l'élite, est confronté à l'exode de titulaires, comme Sébastien Dufoor, Wagneau Eloi, Tom Peeters, Sami Allagui et Steve Barbé. Les nouveaux, eux se sont blessés - Izzet Akgül, David Vanhoyweghen, Kenny Thompson, Jonathan Joseph-Augustin. Le coach n'a donc pas pu insuffler d'automatismes à l'équipe. Ajoutons-y des problèmes avec le mercenaire du Sporting Club de Portugal, Alison Almeida, dont les allures de star ont suscité l'ire générale. Enfin, in extremis...

D irk Geeraerd entame la campagne avec beaucoup de points d'interrogation. L'entraîneur flandrien, dont c'est la deuxième saison parmi l'élite, est confronté à l'exode de titulaires, comme Sébastien Dufoor, Wagneau Eloi, Tom Peeters, Sami Allagui et Steve Barbé. Les nouveaux, eux se sont blessés - Izzet Akgül, David Vanhoyweghen, Kenny Thompson, Jonathan Joseph-Augustin. Le coach n'a donc pas pu insuffler d'automatismes à l'équipe. Ajoutons-y des problèmes avec le mercenaire du Sporting Club de Portugal, Alison Almeida, dont les allures de star ont suscité l'ire générale. Enfin, in extremis, un dernier pilier est parti : Martijn Monteyne. Jurgen Sierens a souffert d'une inflammation de l'aine mais son état n'est pas alarmant. Il reste le titulaire, grâce à son expérience et au grand nombre de points qu'il a pris la saison écoulée. Pour conserver un bon niveau, cependant, Sierens a besoin de beaucoup d'entraînements. Les Roulariens peuvent compter sur le suppléant Wouter Biebauw. Jeune, il est fort sur les hauts ballons comme sur sa ligne. La défense, quant à elle, a subi beaucoup de changements. Chemcedine El Araichi passe du flanc gauche au droit. Battant, il ne lâche pas son adversaire direct. Il est rapide et a l'esprit d'équipe. Anthony Van Loo est en apprentissage. Au c£ur de la défense, Joseph-Augustin est en ballottage avec Vanhoyweghen pour le poste plus à droite. Le Français est physique, il s'appuie sur sa force dans les duels mais distille aussi d'excellents longs ballons et ose jouer assez haut. Il est un rien plus rapide et plus puissant que Vanhoyweghen, dont la passe n'est pas aussi pure et qui obtient son meilleur rendement face à de grands et solides avants comme Nicolas Frutos ou Salou Ibrahim. Daan Vaesen reste le leader mais il est très calme et doit améliorer sa communication, apprendre à commander. A gauche, Davy Oyen est une certitude quand il est en forme. Le Limbourgeois a de l'abattage, une bonne passe et une technique à l'avenant. Autre option, Kenny Thompson. Il joue sur ses émotions et son caractère, il est parfois emporté mais il a un bon jeu de tête et ses centres sont précis. Le capitaine Frederik Vanderbiest reste le symbole de l'équipe. Le médian défensif est un modèle d'engagement et de rage de vaincre. Yves Vanderhaeghe peine à se remettre de son opération au genou gauche. Agé de 37 ans, il n'a plus joué depuis sept mois. L'abattage et l'opportunisme de Koen De Vleeschauwer apportent un plus, sur le flanc droit. Benjamin Lutun, encore frêle mais rapide, découvre son environnement. Il doit pouvoir grandir en paix. Stefaan Tanghe est un vrai numéro dix, le meilleur transfert du club depuis des années, malgré son âge. Il est un meneur de jeu authentique, il réclame le ballon, dirige les attaquants et s'infiltre lui-même. A gauche, Roulers compte sur le jeu de tête de BjörnSmits, qui peut surgir dans le rectangle adverse en possession du ballon mais doit redescendre immédiatement dans le cas contraire. S'il n'est pas des plus rapides, il perd peu de ballons. Le coach n'a que trois possibilités pour l'instant. Akgül est un killer, un vrai finisseur. Il tire de n'importe quel angle du rectangle. Paul Kpaka a retrouvé sa meilleure forme, comme quand il se produisait pour le Germinal Beerschot. Il a en Tanghe un fournisseur idéal, il déborde de confiance, travaille d'arrache-pied et a également retrouvé sa vitesse d'antan. Mahamadou Dissa garde assez bien le ballon pour un avant de poche mais il a besoin de beaucoup d'occasions pour marquer. Le départ tardif de Monteyne est une lourde perte. Il révèle aussi la fragilité du SV Roulers. Le début de saison est difficile, l'équipe manque d'automatismes. La batterie de tests et le mauvais comportement du Brésilien Almeida ont entaché la préparation. Pourtant, la mentalité de quelques éléments chevronnés doit permettre au club de faire honneur à sa réputation à domicile et de vivre une saison paisible dans le ventre mou. par Frédéric Vanheule