La commune et le Sporting ont toujours eu des intérêts divergents. ÉricTomas, maïeur d'Anderlecht depuis 2012, en a fait l'expérience. Après moult palabres, il a autorisé le Sporting à construire un troisième anneau au stade Constant Vanden Stock et à aménager un parking à l'endroit où se trouve encore un hall sportif. Le bourgmestre part du principe que cette option reste préférée au déménagement dans un nouveau stade national mais il se pose beaucoup de questions : " Imaginez que le Sporting parte....

La commune et le Sporting ont toujours eu des intérêts divergents. ÉricTomas, maïeur d'Anderlecht depuis 2012, en a fait l'expérience. Après moult palabres, il a autorisé le Sporting à construire un troisième anneau au stade Constant Vanden Stock et à aménager un parking à l'endroit où se trouve encore un hall sportif. Le bourgmestre part du principe que cette option reste préférée au déménagement dans un nouveau stade national mais il se pose beaucoup de questions : " Imaginez que le Sporting parte. Que va-t-il advenir de l'ancien stade ? Il est propriété du club et je ne peux pas m'imaginer qu'il laisse une infrastructure de 150 millions se déglinguer. " La teneur générale de l'opinion ? La commune serait contente que le club s'en aille. On n'a pas fait beaucoup d'efforts pour aider les Mauves. Eric Tomas : " Je le nie. Nous avons souvent fait preuve de bonne volonté. Nous avons mis des terrains communaux à la disposition du club pour le nouveau complexe d'entraînement de Neerpede. Nous avons accepté l'agrandissement à 30.000 sièges du stade, certes sous certaines conditions, comme un parking de trois étages et non de huit. Voir Anderlecht quitter la commune constituerait une grande déception car nous étions justement en bonne voie : depuis 2000, le nombre de problèmes a diminué et nous nous entendons bien. " Walter Vandenbossche, un mandataire CD&V, juge qu'un départ du RSCA provoquerait un bain de sang social. Éric Tomas ne partage pas son opinion. " Le club emploie peu d'Anderlechtois. Son départ serait certainement dramatique pour les établissements horeca proches du stade. 90 % de ces commerces pourraient fermer leurs portes. Quant aux rentrées que génère le club dans les caisses communales, elles sont grosso modo en équilibre avec les frais occasionnés. Là aussi, l'impact est très faible. " Le RSCA polit toutefois l'image de la commune. Celle-ci risquerait de ne plus faire la une que de manière négative en cas de départ... " En effet, notre commune ne jouit pas d'une excellente réputation. Nous nous situons au milieu. Nous ne sommes pas aussi riches qu'Uccle ou Auderghem sans être aussi pauvres que Saint-Josse. Cette commune est très complexe : Cureghem est très différent des nouveaux quartiers situés aux alentours de Neerpede. La majorité des habitants souhaite que le club reste. Tout le monde sait que c'est la meilleure équipe du pays et de fait, sa réputation rejaillit sur nous mais en même temps, il faut bien reconnaître que peu d'Anderlechtois assistent aux matches. "