L'£il pétillant de malice, le visage creusé par le jeûne du ramadan, Maâmar Mamouni se porte comme un charme. Après une excellente première saison en Belgique, il avait été cité au Standard mais, alors que son passage à Sclessin en resta au niveau des hypothèses médiatiques, Gand fut concret et engagea cet impitoyable pare-chocs défensif.
...

L'£il pétillant de malice, le visage creusé par le jeûne du ramadan, Maâmar Mamouni se porte comme un charme. Après une excellente première saison en Belgique, il avait été cité au Standard mais, alors que son passage à Sclessin en resta au niveau des hypothèses médiatiques, Gand fut concret et engagea cet impitoyable pare-chocs défensif. " La Louvière avait la priorité ", dit-il " J'ai dit aux Loups que j'écouterais leur proposition de prolongation avant celle des autres. Je n'oublierai jamais tout ce que j'ai vécu au Tivoli avec le groupe, le président Filippo Gaone, Ariel Jacobs, Roland Louf, etc. Il y a eu des départs, dont le mien, mais le club continue et je me réjouis de ses excellents résultats depuis le début de cette saison. C'est chouette pour ce club sympa et familial qui ne doit rien à personne. Tout s'explique par le travail et la confiance. Gand m'a proposé un défi intéressant. Ce club a l'ambition de tutoyer les grands de D1 : j'avais envie de participer à cette progression ". De l'eau ! On ne le mesure peut-être pas assez : il n'y a rien de plus précieux au monde. L'eau, c'est la vie. Il en faut pour boire, cuisiner ou se laver. Je suis sidéré en constatant que tant de pays n'ont quasiment pas d'eau potable. Cela provoque évidemment des dégâts au niveau de l'hygiène et de la santé. L'eau appartient à toute l'humanité. Il faudrait mieux la partager, tout faire afin de lutter contre la pollution des nappes aquifères. Le jour où l'être humain n'aura plus une goutte d'eau potable, il sera trop tard pour prendre des précautions. Je suis dans la joie comme tout musulman qui vit son ramadan. C'est un mois important, marqué par le jeûne diurne, certes, mais aussi par la joie de se retrouver en famille, avec les amis, pour les repas du soir. Les ruptures de jeûne sont des moments festifs formidables. Ils représentent les vraies valeurs, la chaleur humaine, des plaisirs simples mais vrais, le partage, etc. Sur le plan sportif, j'apprécie de travailler avec un coach qui croit en moi. Je ne suis pas encore à mon top, suite à de petites blessures bien soignées par le staff médical de Gand, mais je progresse. Je veux apporter ma force de travail et mon métier à cette équipe. Gand a tout : un sacré coach, un bon groupe, un beau stade, un agréable centre d'entraînement. Le désir d'avancer est général. Il y a une très bonne mise en place sous la houlette de Georges Leekens. Les grands sont plus avancés que nous mais je ne dirai jamais que Bruges, Anderlecht ou le Standard nous sont supérieurs. Je suis intransigeant. Quand je signe un mauvais match, je ne me cache pas. J'assume mes responsabilités et la critique. Quand cela n'a pas tourné, j'actionne tout de suite la manette des gaz à l'entraînement. Si quelque chose cloche, il faut me le dire de suite, en face, de vive voix. J'en fais de même. Je suis un homme positif et honnête : je ne critique jamais personne dans le dos. Tout ne va pas toujours tout droit dans le monde du football, je sais, mais l'essentiel est de ne rien avoir à se reprocher. Je suis paisible, je m'occupe de ma famille, je vis ma foi musulmane, je ne sors pas, je ne bois jamais. Je respecte les autres mais je veux qu'on me respecte aussi. Etre heureux et rendre les gens heureux. Cette petite phrase peut se résumer par un simple verbe : donner. Cela ne passe pas nécessairement par l'argent. On peut offrir du temps d'écoute, de l'attention, de la politesse, de la gentillesse. Dans la société, la solitude est un terrible fléau. Alors, quand on sourit à une personne âgée, par exemple, cela signifie beaucoup pour elle. Elle compte, elle se sent estimée par des jeunes et cela vaut tout l'or du monde. Quand je suis heureux, il faut que cela irradie afin que d'autres, même si je ne les connais pas, bénéficient de cette chaleur. L'argent, cela compte, c'est évident, mais ce n'est pas le baromètre du bonheur. Quand je me rends dans ma famille, en Algérie, pas loin d'Oran, je suis remarquablement accueilli par des gens qui n'ont pas grand-chose si ce n'est ce sourire impayable et le sens de l'hospitalité. Je m'énerve vite avant de me calmer aussi rapidement. Ce fut le cas la saison passée à Lokeren : intervention très dure, exclusion, attitude déplacée à l'égard du public. J'ai accepté ma suspension pour trois matches. J'ai retenu la leçon. Si ma femme, mes deux filles et ma famille sont heureuses, c'est le paradis terrestre. Si on parle d'endroit, c'est évidemment La Mecque. J'aimerais les emmener un jour là-bas et j'envisage de m'y rendre personnellement bientôt. C'est important pour un musulman de faire le hadj, mot qui désigne le pèlerinage de La Mecque et celui qui l'a fait. C'est un autre monde. La Mecque est évidemment célèbre pour la Grande Mosquée, le Kaaba dont les pèlerins font sept fois le tour, la Pierre noire, etc. Ce rassemblement est immense. Il unit magnifiquement des musulmans venus des quatre coins du monde : d'Afrique, d'Asie, d'Europe, d'Amérique, des Etats-Unis. L'islam ne se résume pas aux pays arabes. J'irai voir les endroits où a vécu le Prophète Mahomet comme Médine en Arabie Saoudite. Cela dit, j'ai déjà beaucoup voyagé à l'Ile Maurice, en République Dominicaine, en Egypte, en France, en Hollande, en Allemagne, en Belgique notamment. Notre planète recèle de très beaux endroits. J'aime bien voir tout cela même si je suis un peu fainéant quand je quitte mon chez-moi. Je lis le Coran, j'apprends des versets. Il m'aide à comprendre ma vie, l'existence en général. Rien n'est facile. Chaque jour apporte son lot de joies et d'épreuves. J'ai récemment dévoré un livre sur la guerre d'Algérie afin de comprendre ce que mes parents et mes beaux-parents ont vécu. J'essaye aussi de découvrir les secrets de l'informatique mais ce n'est pas évident. Le marron, comme celui des yeux de mes enfants. Le vert aussi car c'est la couleur du printemps, de la prospérité. C'est une des couleurs de La Louvière. Je n'avais jamais joué en vert sauf avec l'équipe nationale d'Algérie. Les animaux sauvages. J'adore regarder les documentaires animaliers à la télé. A chaque fois, je vois des animaux qui se battent pour protéger et nourrir leurs familles. Ils donnent leur vie pour protéger leurs petits. Je suis intrigué par les loups. Leur survie passe par la meute, par l'esprit d'équipe. Ils ont été réintroduits en Europe occidentale d'ailleurs et dans les Pyrénées, ils suscitent la colère des bergers. Les loups s'en prennent à leurs troupeaux mais se contentent le plus souvent des animaux malades. Le monde sauvage continue d'étonner alors que tout semble si bien organisé dans nos sociétés. Les Dix Commandements et Moïse mais mon numéro 1, c'est le Messager avec Anthony Quinn. Ce film retrace l'histoire du Prophète, l'évolution de l'islam. J'ai vu Fahrenheit 9/11 de Michael Moore et cela m'a intrigué à propos de dessous des cartes d'une décision politique, la guerre d'Irak en l'occurrence. Je ne sais pas si tout ce qu'avance ce cinéaste est totalement vrai mais cela fait réfléchir. Avant de me faire une opinion, je consulte pas mal de sources. J'aime bien le cinéma qui m'aide à comprendre, à savoir ce qui se passe. J'ai vu des films d'action et d'amour pour faire plaisir à ma femme, mais aussi sur la shoah afin de mieux cerner ce qui est arrivé au peuple juif durant la Deuxième Guerre mondiale. J'adore la musique algérienne, que ce soit rai ancien ou pop rai. Dans un tout autre style, j'aime bien Jean-Jacques Goldman ou Serge Gainsbourg qui n'avait peur de rien. Gainsbourg était en avance sur son temps. Il osa interpréter la Marseillaise à sa façon, même si cela ne plaisait pas à tout le monde. Je regarde une émission de variétés musicales comme Star Academy sans flasher. Cela me fait rire, au bout du compte, et ma femme aime découvrir ces talents de demain. Autant le faire en famille. Tant mieux si ces émissions très populaires peuvent ouvrir des portes aux jeunes chanteurs. J'ai toujours apprécié les héros du style Batman, Spiderman, Zorro et surtout Superman. Ils interviennent, sauvent des gens, poursuivent les malhonnêtes et les méchants. J'ai été très touché par le récent décès de Christopher Reeve qui fut un Superman exceptionnel. Cet acteur américain était paralysé suite à une chute de cheval. Fauché en pleine gloire, cloué sur une chaise roulante : cela ne l'a pas empêché de vivre, d'être un exemple de courage et de motivation pour les handicapés mais, surtout, pour les valides. J'ai été ébahi par la beauté et la noblesse des sportifs handicapés lors des jeux paralympiques. Extraordinaire. Eux, ils ont redéfini le sport après que certaines vedettes des JO se soient dopées pour la gloire et l'argent, pour attirer le regard des autres sans se rendre compte qu'ils vivent dans l'illusion. A mon avis, le prochain Sportif de l'année, en Belgique et ailleurs, devrait carrément être un handicapé. Chapeau, je les félicite. Gargamel et Asraël, son vilain chat. Enfant, j'adorais les Schtroumpfs mais eux deux, c'était l'horreur. Les Dalton aussi... Je citerai d'abord des personnages religieux : le Prophète Mahomet, Abraham, Adam et Eve, Jésus, etc. Je suis intéressé par la trajectoire d'un personnage comme Malcolm X qui s'est battu en faveur de la minorité noire aux Etats-Unis. J'ai vu le film consacré à sa vie où l'on évoque l'islam des Noirs de son pays dont Mohammed Ali. Je dois citer le pasteur Martin Luther King, apôtre de la non-violence dont le fameux discours fait partie, pour moi, du patrimoine de l'humanité : - I have a dream. Ce prix Nobel de la paix est finalement mort pour son idéal sous les balles d'un assassin. Je retiens l'arrivée de l'homme sur la Lune, lors d'un vol Apollo XI en 1969, de Neil Armstrong qui a dit que c'était " un petit pas pour l'homme mais un bond de géant pour l'humanité ". Cet astronaute avait raison car plus rien ne fut comme avant. John Kennedy a aussi eu un apport considérable dans l'histoire américaine. Il signa des lois mettant fin à la ségrégation raciale, encouragea les habitants de Berlin alors que les Soviétiques bâtissaient le mur de la honte, contra Nikita Khrouchtchev qui installait des ogives nucléaires à Cuba. John Kennedy a donné un coup de jeune à la vie politique aux States. Ce sont des destinées hors du commun. J'ai cité beaucoup d'Américains parmi les personnages historiques que j'apprécie mais il y a un de leurs compatriotes que je déteste. Et dire qu'il va se représenter aux présidentielles : George W. Bush. Tony Blair n'a fait que le suivre : quel manque de grandeur. Adolf Hitler a été abominable. Je pense aussi au sinistre Maurice Papon, complice des nazis, assassin durant le deuxième conflit mondial et pendant la guerre d'Algérie. Et il fut même ministre avant d'enfin rendre des comptes à la justice. Comment peut-on en arriver là ? Tout le monde doit pouvoir se soigner afin de vivre dignement. Le législateur a pris des tas de mesures afin que la route ne soit pas un cimetière. Il y a trop de tués et de blessés sur les routes. Le port obligatoire de la ceinture de sécurité et les réductions de vitesse sont de bonnes mesures. Et puis, les jeunes des couches sociales défavorisées accèdent plus qu'avant aux études supérieures. Je songe à l'interdiction du port du foulard islamique dans les écoles françaises. La loi y est tombée comme un couperet et j'aurais préféré une évolution plus lente, placée sous le signe du dialogue. L'actualité a focalisé sur ce détail vestimentaire. Ces filles ne posent généralement aucun problème et sont souvent brillantes dans leurs études. La plupart ont décidé de porter librement le foulard. Maintenant, je sais aussi que certaines subissent des pressions familiales ou autres pour porter le foulard et c'est intolérable. Mais si elles assument leur décision, je comprends mal l'interdiction. C'est leur vie. Je suis content de mon sort mais, durant ma jeunesse, je rêvais de devenir architecte. Sans le foot, j'aurais pris cette direction : bâtir et laisser des traces pour plusieurs générations dans une ville. J'adore me promener à Paris qui regorge de belles maisons, de grandes avenues sans oublier la Tour Eiffel, l'Arc de Triomphe et le Louvre. Mon père était grutier et a participé à la construction de beaux bâtiments... Le cinéma de ceux qui oublient d'où ils viennent et par où ils sont passés. Il y en a pas mal dans le monde du sport. Cela me fait rigoler. Pablo Picasso. A l'école, les profs nous parlaient de ses £uvres. Quand on aime, cela ne s'explique pas nécessairement. Son univers est incomparable. Il m'arrive, au hasard de promenades avec ma femme, d'acheter un tableau, généralement un paysage, parce qu'il me plaît. Le couscous sous toutes ses formes. J'ai grandi avec. Je l'adore surtout bien pimenté. Et puis, le canard à l'orange. Cela doit être très bon. Je n'en ai jamais goûté mais ce plat m'a toujours fait rêver et saliver. L'eau. Les sodas, les jus de fruit. Je n'ai jamais trempé mes lèvres dans un verre d'alcool. Le vin ne me dit rien et je n'en boirai pas même si je devais mourir de soif. Mais cela dit, je peux comprendre ceux qui marient des vins avec leurs plats. Ils évoquent la robe du vin, son bouquet, ses arômes. Il y a là toute une poésie mais je ne céderai jamais. " Au nom de Dieu, le clément, le miséricordieux, j'atteste qu'il n'y a qu'un Dieu unique et que Mahomet est son Prophète ". Celui qui a la foi arrivera à le dire. Je n'aurais pas envie de lui dire autre chose et ce sera la clef qui m'ouvrira les portes du paradis. Pierre Bilic" Je suis ébahi par LA NOBLESSE DES SPORTIFS PARALYMPIQUES "