Que s'est-il passé ?

Il était environ 22 h quand ma copine et moi avons failli être renversés par...une voiture de police. J'ai découvert l'événement via des alertes sur mon mobile. À l'hôtel, nous avons suivi l'évolution sur la BBC. Un cousin et des amis assistaient au concert de Depeche Mode. Je les ai directement prévenus. Ils m'ont téléphoné car ils n'arrivaient pas à rentrer dans leur hôtel. Les trois terroristes étaient en fuite et, en gros, les policiers leur ont demandé...

Il était environ 22 h quand ma copine et moi avons failli être renversés par...une voiture de police. J'ai découvert l'événement via des alertes sur mon mobile. À l'hôtel, nous avons suivi l'évolution sur la BBC. Un cousin et des amis assistaient au concert de Depeche Mode. Je les ai directement prévenus. Ils m'ont téléphoné car ils n'arrivaient pas à rentrer dans leur hôtel. Les trois terroristes étaient en fuite et, en gros, les policiers leur ont demandé de partir. On leur a proposé de dormir à notre hôtel et on a stressé jusqu'à ce qu'ils arrivent. J'avais failli les accompagner au concert et je leur avais même conseillé Borough Market comme lieu à fréquenter ! Ma copine et moi avions prévu de nous y rendre le lendemain. Il y avait peu de communication de la police. Personne ne savait rien et beaucoup d'informations fausses circulaient. Certains imaginaient croiser les tueurs à chaque coin de rue. Une dame était en pyjama dans la rue et prétendait qu'un tireur était embusqué dans son hôtel. Mais la fouille n'a rien révélé. Par après, la tension est retombée et la population s'est montrée rassurante. La majeure partie des gens ne s'est pas laissé gagner par la terreur. Non. Suite aux événements de Manchester, j'étais un peu plus sur mes gardes, notamment dans le métro. Mais, quand tu es sur place, tu n'y penses pas. Le lendemain de l'attentat, ma copine et moi avons repris le cours de notre existence. Nous n'allions pas commencer à nous terrer. On doit apprendre à vivre avec cette menace. Je pourrais très bien me faire agresser par un type dans les rues de Londres. C'est moche mais plus personne n'est à l'abri. Non. En fait, tout dépend des endroits. J'étais à Wembley en début d'année et les consignes de sécurité n'avaient pas changé. Par contre, l'aéroport de Manchester est connu pour sa sévérité. Dans les stades européens, les journalistes rentrent par des accès réservés et nous devons ouvrir notre sac. En Belgique, il y a peu de stades où les règles sont strictes. Waasland a imposé le contrôle du sac pour la presse. En même temps, même en fouillant tout le stade, le risque 0 n'existe pas. Et si on durcit les règles, il faudra contrôler les gens chez eux ! par SIMON BARZYCZAK" Les attentats de Londres ne vont pas changer mon état d'esprit " - Quentin Volvert