Les championnats du monde de cyclisme sur piste débutent mercredi prochain dans le très beau décor de Saint-Quentin-en-Yvelines. Le Vélodrome National, un temple du vélo inauguré en janvier 2014, a coûté pas moins de 68 millions d'euros et peut accueillir 5.000 spectateurs.
...

Les championnats du monde de cyclisme sur piste débutent mercredi prochain dans le très beau décor de Saint-Quentin-en-Yvelines. Le Vélodrome National, un temple du vélo inauguré en janvier 2014, a coûté pas moins de 68 millions d'euros et peut accueillir 5.000 spectateurs. Le sélectionneur belge Peter Pieters espère ramener une médaille de la banlieue parisienne - c'est la moyenne des dix derniers championnats - mais il n'est pas irréaliste de penser que notre pays peut faire aussi bien qu'en 2012 (l'or pour Gijs Van Hoecke et Kenny De Ketele dans la course par équipes, le bronze pour De Ketele dans la course aux points et pour Kelly Druyts en scratch). Druyts (25) a été championne du monde à Cali l'an dernier et elle veut faire aussi bien ici, que ce soit en scratch ou dans la course aux points même si, dans cette discipline, elle devra compter avec Lotte Kopecky (19). L'Anversoise, déjà médaillée d'argent aux championnats d'Europe en octobre en Guadeloupe, a préparé le championnat du monde en disputant le Ladies Tour of Qatar, la semaine dernière. Jolien D'Hoore (24) y participait également avec l'équipe anglaise Wiggle Honda Pro Cycling. La Gantoise figure déjà depuis quelques années parmi les meilleures du monde en omnium (cinquième place aux JO de Londres, médaille d'argent aux championnats d'Europe) et seule une médaille pourrait la satisfaire, même si le but ultime de la championne de Belgique sur route, c'est le titre de championne olympique à Rio. Notre pays a aussi ses chances en omnium chez les messieurs avec Jasper De Buyst (21). L'an dernier, il avait remporté la Coupe du monde mais aux championnats du monde, il avait été disqualifié dans la course par éliminations alors qu'il était bien parti pour décrocher une médaille. Il est donc avide de revanche. Après un hiver difficile, notamment marqué par une lourde chute au Mexique, il a démontré lors de la dernière épreuve de Coupe du monde à Cali qu'il retrouvait la forme puisqu'il y a décroché une deuxième place. Aux championnats du monde, le coureur de l'équipe Topsport Vlaanderen devra cependant compter avec le sprinter colombien Fernando Gaviria, qui vient de battre à deux reprises Mark Cavendish au Tour de San Luis. A Saint-Quentin-en-Yvelines, De Buyst formera aussi une paire avec Kenny De Ketele (29) dans la course par équipes. Là aussi, un podium est du domaine du possible puisque les deux hommes ont remporté les Six Jours de Gand, fin novembre. Les deux pistiers de Topsport Vlaanderen font également partie du sextet sélectionné par la Belgique pour l'épreuve de poursuite par équipes. On retrouve à leurs côtés, Dominique Cornu, Moreno De Pauw, Jonathan Dufrasne et Otto Vergaerde. Peter Pieters sélectionnera quatre coureurs parmi eux en fonction du programme et de l'état de forme de chacun. Pour espérer se qualifier pour les Jeux olympiques, la Belgique doit se classer dans le Top 8 car les six meilleurs pays européens au ranking seront sélectionnés. Cornu (29) prend également part à la poursuite individuelle, épreuve dans laquelle il avait décroché la médaille de bronze en 2009. Il y a toutefois peu de chances qu'il fasse aussi bien. Vergaerde (20), par contre, pourrait décrocher une médaille en scratch puisqu'il a été sacré champion d'Europe de la discipline en octobre. PAR JONAS CRETEURLa Belgique a une chance de remporter trois médailles, comme en 2012.