Retour au mois d'avril 2018. Malines s'efforce de digérer la relégation. La nouvelle direction est désormais aux commandes, avec à sa tête Olivier Somers, l'un des principaux actionnaires de la nouvelle S.A. Malgré la descente, la rénovation de la tribune principale est effectuée. Le club délie aussi largement les cordons de la bourse pour composer un nouveau groupe. L'objectif est un retour en D1A endéans les trois ans, affirme Somers. Malgré la descente, le contrat de l'entraîneur Dennis van Wijk est prolongé. Le KaVé débute la saison dans la peau du favori. Le Beerschot Wilrijk semble être son principal concurrent.
...

Retour au mois d'avril 2018. Malines s'efforce de digérer la relégation. La nouvelle direction est désormais aux commandes, avec à sa tête Olivier Somers, l'un des principaux actionnaires de la nouvelle S.A. Malgré la descente, la rénovation de la tribune principale est effectuée. Le club délie aussi largement les cordons de la bourse pour composer un nouveau groupe. L'objectif est un retour en D1A endéans les trois ans, affirme Somers. Malgré la descente, le contrat de l'entraîneur Dennis van Wijk est prolongé. Le KaVé débute la saison dans la peau du favori. Le Beerschot Wilrijk semble être son principal concurrent. Après un match d'ouverture décevant qui s'est soldé par 1-1 sur la pelouse de Louvain, Malines n'arrache également qu'un partage 2-2 lors de son deuxième match en déplacement à Roulers. Cinq mois après son dernier match à domicile, Malines rejoue enfin devant son public. Malgré la relégation et le 2 sur 6 initial, plus de 13.000 supporters répondent présent. La nouvelle tribune principale n'est pas encore tout à fait terminée, mais peut déjà être utilisée. Lommel érige un véritable mur défensif, et les hommes de Van Wijk ne trouvent pas la solution pour le contourner. Au terme des 90 minutes, le marquoir affiche 1-2 en faveur des visiteurs. Ce 2 sur 9 jette une ombre sur le projet de lutter pour le gain de la première période. Malines envoie son C4 à Van Wijk. Somers admet qu'un an plus tôt, sous Yannick Ferrera, le club avait peut-être attendu trop longtemps pour procéder à un changement d'entraîneur et ne veut plus commettre la même erreur. Car la perspective de remporter la première période s'éloigne. Somers semble déjà avoir oublié sa première déclaration : retrouver la D1A endéans les trois ans. Malines présente Wouter Vrancken comme le successeur de Van Wijk. Vrancken a, certes, réalisé un long parcours dans le foot pro, mais il n'a encore jamais été l'entraîneur principal d'un club. Malines s'impose 3-0 contre Louvain. Vrancken commence par un 13 sur 18 et l'équipe remonte au classement. Après 9 des 14 matches de la première période, les Yellow-Reds occupent la deuxième place à un point du leader, l'Union Saint-Gilloise. Malines brille aussi en Coupe de Belgique, où il élimine l'Antwerp, club de D1A. L'opération Mains Propres est lancée. Le parquet fédéral procède à des perquisitions, y compris au KaVé, dans le cadre d'une enquête sur d'éventuels blanchiments d'argent et une possible falsification du championnat en fin de saison dernière. L'un des personnages centraux de l'affaire est l'agent de joueurs serbe Dejan Veljkovic, qui avait ses entrées au KaVé les années précédentes. Somers, le directeur sportif Stefaan Vanroy et le directeur financier Thierry Steemans sont entendus. Dieter Penninckx, le deuxième actionnaire principal du KaVé, est cité bien malgré lui. Somers, Vanroy et Steemans sont soupçonnés de blanchiment, d'appartenance à une organisation criminelle et de corruption privée. Pour ce dernier point, le parquet se réfère particulièrement au match entre Malines et Waasland-Beveren lors de la dernière journée. Suite à l'opération Mains propres, la 10e journée de championnat est reportée. Malgré cela, des centaines de supporters du KaVé se rendent au stade pour discuter. Johan Timmermans, le président malinois, doit également se présenter à la police fédérale pour une audition. Le KaVé joue son premier match depuis le lancement de l'opération Mains propres, à domicile contre le Beerschot Wilrijk. Même si Somers est critiqué par la légion Yellow-Red et si les supporters du Beerschot charrient leurs collègues malinois, les fans du KaVé se comportent dans l'ensemble d'une manière positive. Ils déploient une grande banderole avec le message : The only loyality in football is between supporter & club. Ils encouragent également leur équipe, qui s'impose largement 3-0. C'est précisément ce soir-là que Malines prend pour la première fois la tête du classement. Sous la direction de Vrancken, l'équipe joue de manière plus dominante. Het Nieuwsblad et Le Soir publient des extraits d'enregistrements téléphoniques. Ces extraits laissent penser que Veljkovic aurait approché Waasland-Beveren la saison dernière, avec la bénédiction de Steemans et de Somers. Ils laissent également penser que des perspectives de transfert auraient été proposées, au nom du KaVé, à au moins un joueur du club du Freethiel, en fonction du résultat du match contre Waasland-Beveren. Le nom de Timmermans apparaît aussi dans ces enregistrements téléphoniques. Les journaux publient une conversation mystérieuse entre Timmermans et Steemans à propos de l'équipe que va aligner Waasland-Beveren. Les péripéties qui se déroulent en dehors du terrain ne perturbent pas les joueurs de Vrancken. À Westerlo, l'équipe remporte sa sixième victoire d'affilée par 3-0. Timmermans fait un pas de côté. " Je constate que mon audition par la police crée l'instabilité et engendre un manque de sérénite ", explique-t-il. Malines remporte la première période après une victoire 2-1 contre l'Union et est donc déjà certain de disputer la finale de D1B. L'Union belge annonce qu'elle a lancé une enquête disciplinaire en référence à l'opération Mains propres. Cette affaire place une épée de Damoclès au-dessus de la tête du KaVé, car si la fédération juge qu'il y a eu falsification du championnat et que Malines est impliqué, le règlement prévoit une relégation comme sanction. Ce qui signifie que, même en cas de titre en D1B, le club descendrait en D1 Amateurs. Après l'Antwerp et Lokeren, Malines élimine un troisième club de D1A en Coupe : Courtrai est balayé sur le score sans appel de 3-0. On ne constate donc aucune trace de décompression après le gain de la première période. En championnat, le KaVé poursuit son chemin tel un rouleau compresseur. Il est invaincu en compétition officielle depuis 16 matches. Avec 14 sur 18, les Kakkers se révèlent des prétendants très sérieux au gain de la deuxième période. Si tel devait être le cas, ils seraient promus directement, sans devoir jouer une finale pour le titre. Mais, dans cette deuxième période, le Beerschot Wilrijk fait aussi bien en termes de points et même un peu mieux au niveau de la différence de buts. Le Beerschot Wilrijk et Malines ont toujours le même nombre de points, et aussi la même différence de buts désormais, mais les Anversois occupent la première place du classement parce qu'ils ont inscrit un but de plus. Les deux équipes s'affrontent au Kiel. Elles mènent un véritable combat et le KaVé se retrouve à neuf dans les dernières minutes. Le match se termine malgré tout sur un nul blanc : 0-0. L'entraîneur du Beerschot, Stijn Vreven, surprend tout le monde en déclarant que son équipe était le vainqueur mental. Dans les couloirs du stade, c'est l'agitation car le joueur de Malines Joachim Van Damme, furieux, recherche un journaliste qui suit le Beerschot au quotidien pour la Gazet van Antwerpen. Il a écrit que les Mauves devaient " prendre le KaVé à la gorge et en finir avec les Malinois ". Lors de la conférence de presse, Vrancken surprend également en quittant directement la salle après son analyse, avant même que Vreven n'ait pris la parole. " Amateur ! ", crie celui-ci à l'intention de son collègue. Avec son action, Vrancken rend à son collègue du Beerschot la monnaie de sa pièce. Celui-ci s'était comporté plus ou moins de la même manière une semaine plus tôt à Westerlo. En quittant la salle, Vrancken tente de démontrer que le Beerschot Wilrijk fait tout pour déstabiliser Malines dans les médias, en portant des coups sous la ceinture et de manière délibérée. À quoi fait-il référence ? On l'ignore. Peut-être à une chronique. Peut-être à une petite phrase prononcée par Walter Damen, le vice-président du Beerschot, à la télévision régionale d'Anvers, ATV : " On n'achète pas un ticket pour la D1A. Certains ont essayé, mais ça ne marche pas. " Les nerfs sont à fleur de peau, sur et en dehors du terrain. Damen tente d'inciter la fédération à prendre rapidement une décision concernant l'opération Mains propres. Car, si le Beerschot Wilrijk ne parvient pas à monter avec ses résultats sur le terrain, il pourrait malgré tout être promu si la fédération décidait de reléguer Malines. Après le 0-0 du match aller, Malines s'impose 1-2 au Parc Duden lors de la demi-finale retour de Coupe de Belgique contre l'Union Saint-Gilloise et se qualifie pour la finale, alors que cette épreuve n'était pas considérée comme une priorité cette saison. La série du KaVé est désormais portée à 22 matches officiels sans défaite. L'attaquant malinois Igor De Camargo inscrit son 14e but en championnat. Le Belgo-Brésilien est en tête du classement des buteurs. Malines s'impose 2-1. Mais le Beerschot Wilrijk continue à gagner également. En début de soirée, le Beerschot ne peut faire mieux qu'un partage 1-1 contre Lommel. Les joueurs de Malines savent que, s'ils battent l'Union ils auront déjà un pied et quatre orteils en D1A. Mais les Yellow-Reds encaissent une cinglante défaite 0-5. Leur série de 25 matches sans défaite prend fin. Pire : à une journée de la fin, le Beerschot Wilrijk compte un point d'avance et une meilleure différence de buts. Le Kavé n'a plus son sort en mains. Lors de la dernière journée, le Beerschot se déplace à Louvain, tandis que Malines se rend à Lommel. Malines ouvre la marque à la 29e minute. À Louvain, c'est toujours 0-0. Si le score en restait là, Malines s'emparerait aussi de la deuxième période. Le KaVé est alors virtuellement champion. Mais à la 52e, le Beerschot Wilrijk ouvre la marque à son tour et Malines n'est plus que deuxième au classement. Ce n'est pas le dernier rebondissement : Louvain prend alors l'avance (2-1). À nouveau, Malines est virtuellement champion. C'est encore le cas à la 77e minute, même si le Beerschot égalise (2-2). Mais le KaVé se fait encore rejoindre à la 86e minute : 1-1. Suite à ce double partage, une finale pour le titre aura bel et bien lieu entre les deux principaux candidats à la montée. Pendant la première mi-temps de cette finale, un sérieux contretemps ébranle les Malinois : De Camargo se blesse à la 40e minute. Peu de temps après, les joueurs du KaVé peuvent remercier leur gardien Michael Verrips qui réalise deux arrêts éblouissants. À la 60e minute, le Beerschot Wilrijk se retrouve à dix, mais Malines ne profite pas de sa supériorité numérique. On en reste à 0-0. L'Afas Stadion de Malines est en ébullition : 16.298 spectateurs. Le Beerschot Wilrijk se retrouve à nouveau à dix, cette fois après 32 minutes. En tout début de deuxième mi-temps, Nikola Storm ouvre la marque : 1-0. La voie royale vers le titre semble ouverte. Mais à la 74e minute, l'arbitre accorde un penalty aux Rats. Dante Vanzeir égalise. Les Anversois sont alors virtuellement promus en vertu de la règle du but inscrit à l'extérieur. Les supporters voient les minutes s'égrener au chronomètre du stade et l'anxiété les gagne. Jusqu'à ce que Clément Tainmont, monté au jeu, ne les délivre en inscrivant le but victorieux en toute fin de match. Lawrence Visser donne le coup de sifflet final, Malines est champion. Les joueurs et le staff technique font la fête. Les déboires extra-sportifs n'ont pas eu d'incidence sur les résultats sur le terrain. Il reste à voir, désormais, si l'enquête de l'opération MainsPropres aura des conséquences et si le club ne sera pas relégué au lieu d'être promu.