Il existe plusieurs manières de préparer une Coupe du Monde. Et le fait de devoir vivre pendant plus de six semaines avec dans le noyau de joueurs quelques éléments qui ne fouleront même pas une minute les pelouses allemandes, n'est pas une chose évidente à gérer pour un coach d'équipe nationale. On peut choisir la formule très décontractée ou la méthode style camp de concentration chère aux anciennes URSS et Allemagne de l'Est. L'idéal est peut-être de trouver un compromis entre les deux, histoire de ne pas tomber d'un côté dans la décontraction pure et simple et de l'autre dans l'ennui également nuisible au moment de...

Il existe plusieurs manières de préparer une Coupe du Monde. Et le fait de devoir vivre pendant plus de six semaines avec dans le noyau de joueurs quelques éléments qui ne fouleront même pas une minute les pelouses allemandes, n'est pas une chose évidente à gérer pour un coach d'équipe nationale. On peut choisir la formule très décontractée ou la méthode style camp de concentration chère aux anciennes URSS et Allemagne de l'Est. L'idéal est peut-être de trouver un compromis entre les deux, histoire de ne pas tomber d'un côté dans la décontraction pure et simple et de l'autre dans l'ennui également nuisible au moment de se libérer en match pour de grands résultats. Le Brésil, grand favori de la compétition, a choisi, culture oblige probablement, de se la jouer super cool. Quand on voit les Brésiliens, Ronaldinho en tête, se rouler par terre avec une admiratrice au milieu du terrain en pleine séance d'étirements, sans aucune intervention du moindre bodyguard et avec l'approbation souriante du Ballon d'Or, on se dit que les Sud-Américains ont décidé de la jouer relax et de faire plaisir au nombreux public présent à chaque entraînement. L'ambiance bon enfant qui règne au sein de la Seleçao pourrait bien, en-dehors du talent pur, être prépondérante au décompte final. Bien que les séances brésiliennes soient payantes, on est très loin de la nouvelle mode des séances à huis clos pour éviter l'espionnite aiguë. Quand on voit dans notre championnat, une équipe en tête de la compétition à trois journées de la fin et qui à la veille de ses matches utilise cette stratégie, on se demande si c'est vraiment la bonne tactique à adopter par rapport au résultat obtenu ! Ce fut sans doute pour trouver des stratagèmes exceptionnels et pour surprendre l'adversaire... Résultat des courses : un point sur neuf et zéro but marqué lors des trois derniers matches. Il ne faut négliger aucun détail mais ne pas tomber non plus dans le repli sur soi et croire, en tant que coach, qu'on a réinventé le football et que l'on va pouvoir battre l'opposant par des tactiques révolutionnaires. Le présent championnat du monde va prouver qu'il n'y aura pas de nouvelles trouvailles de la part d'entraîneurs aussi expérimentés soient-ils ! Comme préparation, les Français, eux, ont d'abord décidé d'inviter toute la famille en stage à Tignes puis le public à Saint-Etienne à la veille du match préparatoire contre la Chine. Mais les Coqs devront faire face à la pression des journalistes et des supporters, Jacques Chirac en tête, qui déclarait avant la rencontre contre les Chinois, que la seule incertitude pour le 9 juillet était de savoir qui de l'Allemagne ou du Brésil rencontrera la France en finale. Enfin, chaque nation se prépare selon sa propre culture et selon les desiderata de son staff technique. Comme d'habitude, ce sont les résultats qui décideront et c'est le pays qui soulèvera le trophée à Berlin dans un mois qui pourra dire qu'il a choisi la meilleure approche ! Espérons en tout cas que le vainqueur soit pour une fois spectaculaire et ayant pratiqué le plus beau jeu. Mais ne rêvons pas trop !etienne delangre