À Paris, tous les rêves sont permis. Alors que le marché européen est muselé par la crise du Covid, le PSG compose petit à petit sa "dream team". Après avoir enrôlé le taulier du Real Madrid Sergio Ramos, c 'est au tour d 'un des meilleurs joueurs du monde de déposer ses valises dans la capitale. Aussitôt le communiqué de Barcelone sorti pour annoncer le départ de Lionel Messi, les dirigeants parisiens étudiaient la faisabilité du transfert. Il n 'aura fallu qu 'une semaine pour qu 'un accord soit trouvé entre les différentes parties et que l'Argentin devienne un joueur QSI. Si les supporters ont des étoiles plein les yeux, un tout autre travail attend Mauricio Pochettino. Il aura pour tâche de trouver l'équilibre dans son effectif étoilé. Entre tactique, composition et egos de star, c 'est une saison chargée que s 'apprête à affronter le technicien argentin.
...

À Paris, tous les rêves sont permis. Alors que le marché européen est muselé par la crise du Covid, le PSG compose petit à petit sa "dream team". Après avoir enrôlé le taulier du Real Madrid Sergio Ramos, c 'est au tour d 'un des meilleurs joueurs du monde de déposer ses valises dans la capitale. Aussitôt le communiqué de Barcelone sorti pour annoncer le départ de Lionel Messi, les dirigeants parisiens étudiaient la faisabilité du transfert. Il n 'aura fallu qu 'une semaine pour qu 'un accord soit trouvé entre les différentes parties et que l'Argentin devienne un joueur QSI. Si les supporters ont des étoiles plein les yeux, un tout autre travail attend Mauricio Pochettino. Il aura pour tâche de trouver l'équilibre dans son effectif étoilé. Entre tactique, composition et egos de star, c 'est une saison chargée que s 'apprête à affronter le technicien argentin. Depuis plusieurs années, le trio offensif du PSG fait saliver l'Europe. Le club n'a cessé de compter dans ses rangs des attaquants de classe mondiale. D' Edinson Cavani à EzequielLavezzi, en passant par Zlatan Ibrahimovic et plus récemment KylianMbappé ou encore Neymar. Comme si cela n'était pas suffisant, le club français a une nouvelle fois tapé un grand coup sur le marché des transferts. Pochettino pourra compter sur le sextuple Ballon d'Or Lionel Messi pour perfectionner son attaque. L'équipe parisienne n'a jamais été aussi offensive. Mais à la différence des saisons précédentes, le reste du mercato montre que les dirigeants ont appris de leurs erreurs. Des joueurs comme Georginio Wijnaldum, Sergio Ramos ou encore Achraf Hakimi (bien que lui aussi porté vers l'avant) seront là pour venir équilibrer l'ensemble parisien. Selon le dispositif choisi par l'ancien entraîneur de Tottenham, il pourra miser sur une attaque explosive en affaiblissant sa défense, ou alors se passer de joueurs offensifs pour sécuriser l'arrière. Si un petit déséquilibre ne portera pas préjudice en Ligue 1, où le PSG ne devrait pas connaître trop de difficultés, la véritable question est de savoir si, en Europe, la machine sera bien rodée. On le sait, Pochettino aime le pressing haut et mettre tout le monde à contribution. Et c'est sans doute là que se situe le véritable casse-tête pour le coach parisien, car si l'arrivée de Messi est un véritable plus pour l'équipe, cela change considérablement les plans du tacticien. C'est un dispositif apprécié par le technicien argentin. Durant ses six premiers mois au PSG, il l'a reconduit à de nombreuses reprises. Ce dispositif permet d'aligner Ángel Di María, très apprécié par les supporters parisiens. Messi jouerait en tant que numéro 10 et couvrirait une grande partie de terrain comme il en a l'habitude. Si offensivement rien ne leur fait peur, Neymar ou encore Mbappé ont déjà été critiqués pour leur travail défensif insuffisant. Messi est lui aussi connu pour ne pas quitter la partie de terrain adverse. Le double pivot composé de Marco Verratti et Wijnaldum (ou IdrissaGueye), devrait alors fournir bien plus d'efforts pour compenser cela. Encore une fois, ce dispositif ne devrait pas connaître de difficultés en Ligue 1, mais pourrait montrer ses limites sur la scène européenne.Sur papier, cette équipe du PSG a tout pour jouer avec une défense à trois. L'équipe peut se reposer sur la qualité de ses trois défenseurs centraux. Presnel Kimpembe, Marquinhos et le nouveau venu Sergio Ramos. À droite, Hakimi pourra s'épanouir dans son rôle préféré en tant que piston. La saison passée à l'Inter, il jouait aussi dans une défense à trois et son apport offensif a clairement été un point fort pour Antonio Conte. À gauche, JuanBernat, qui revient de sa blessure au genou, jouera derrière Neymar. Devant, Mbappé devrait évoluer en pointe. Messi jouerait sur le flanc droit, comme souvent à Barcelone. Au milieu, Verratti et Wijnaldum constitueraient toujours le double pivot. La défense à trois n'est pas le dispositif le plus utilisé ni le plus apprécié des entraîneurs. Cela demande une certaine rigueur tactique, mais aucun doute que les joueurs expérimentés du PSG s'accommoderont facilement de ce schéma. Selon la physionomie du match, Pochettino pourrait alors basculer en 3-5-2 avec un joueur du trio Messi-Neymar-Mbappé qui devrait effectuer un plus grand travail défensif en se plaçant dans le milieu. Le grand absent de ce 11 n'est autre que l'Argentin Di María, sacrifié au profit de son compatriote, Lionel Messi. Système bien connu de Neymar et Messi, qui ont gagné la Ligue des Champions en 2015 avec le Barça dans cette configuration, ce dispositif est sans doute celui qui offrira le plus d'équilibre au PSG. Sur les flancs, Messi et Neymar rentreront dans l'axe pour permettre aux pistons, Hakimi et Bernat, de monter. Le milieu à trois permettra plus facilement de rééquilibrer la balance en coulissant si nécessaire. En termes de complémentarité, le milieu aligné devrait être composé de l'Italien Marco Verratti, l'Argentin Leandro Paredes et, soit du nouveau venu Wijnaldum, soit du Sénégalais Gueye. Le milieu à trois peut permettre plus facilement de combler les lacunes défensives du trio d'attaquants. Le petit souci avec ce 4-3-3, c'est de savoir qui aligner en défense centrale. Marquinhos semble indéboulonnable. La place devrait donc se jouer entre le Français Kimpembe et l'ancien capitaine du Real, Sergio Ramos. L'histoire du football nous a montré à maintes reprises qu'une bonne équipe n'est pas forcément composée de onze stars. Rappelons-nous des Galactiques du Real Madrid. Bien qu'alignant un des meilleurs 11 de l'histoire, ils ont connu plusieurs désillusions, notamment en CL. Plus récemment, l'équipe de France était éliminée en huitièmes de finale de l'EURO alors que sur papier, c'était peut-être la plus belle équipe du tournoi. C'est pourquoi il ne faut pas s'attendre à ce que le PSG remporte tous les trophées dès cette année. Pochettino devra en deux voire trois ans trouver un véritable équilibre: une efficacité offensive mêlée à une solidité défensive. Le milieu sera aussi très important pour envisager au mieux les phases de transitions entre la défense et l'attaque. Même si les attentes sont élevées autour de cette équipe, il faudra lui laisser du temps pour qu'une véritable unité soit trouvée. Et puis le foot est loin d'être une science exacte, et c'est bien le terrain qui restera à jamais le juge suprême.