Il vole, il vole, Bertrand Crasson. De l'aéroport à un rendez-vous avec nous à Waterloo, du Qatar à l'Argentine qui l'attend dans 10 jours, de son ancienne vie de commentateur de Belgacom TV à celle de chroniqueur de La Tribune ( RTBF) et de son nouveau métier d'agent de joueurs. Et le bougre a deux visas : son dynamisme et sa connaissance du football. Fasten your seatbelt, éteignez vos portables, les gilets de sauvetage se trouvent sous les sièges : Crasson Airlines décolle...
...

Il vole, il vole, Bertrand Crasson. De l'aéroport à un rendez-vous avec nous à Waterloo, du Qatar à l'Argentine qui l'attend dans 10 jours, de son ancienne vie de commentateur de Belgacom TV à celle de chroniqueur de La Tribune ( RTBF) et de son nouveau métier d'agent de joueurs. Et le bougre a deux visas : son dynamisme et sa connaissance du football. Fasten your seatbelt, éteignez vos portables, les gilets de sauvetage se trouvent sous les sièges : Crasson Airlines décolle... Bertrand Crasson : Chacun se souvient de ce qu'il faisait ce jour-là car le monde entier a basculé. J'étais à Moscou où le Sporting devait affronter le Lokomotiv dans le Groupe A du premier tour de la Ligue des Champions. Nous nous trouvions dans le hall de l'hôtel, sur le point de monter dans l'autocar qui devait nous emmener au stade quand les terribles images venues de New York ont inondé les écrans. C'était irréel et quand on a réalisé que ce n'était pas du cinéma, ce fut l'effroi et je vous assure qu'il ne fut pas facile de préparer et d'aborder le match tant nous étions choqués. Il y avait des militaires dans le stade et j'entendais que les spectateurs étaient étonnés : - America, America... Que voulaient-ils dire de plus ? Je ne sais pas, personne n'était à l'aise et il y a eu une minute de silence. C'est bizarre, mais le destin européen d'Anderlecht a probablement basculé ce soir-là en plus. Le Sporting a décroché un nul (1-1) mais nous avons quand même mesuré que ce ne serait plus comme avant ; c'était la fin d'une époque. Anderlecht n'avait plus les moyens de ses ambitions en Ligue des Champions. Au retour, le Lokomotiv nous infligea un... 1-5 douloureux mais qui signifiait bien, malgré les mérites des Ivica Mornar ou Aruna Dindane, que Jan Koller et Tomasz Radzinski n'avaient pas été remplacés. Avec eux, l'équipe était complète, à maturité, avec une défense expérimentée (Staelens, De Boeck, Doll, Ilic, Dheedene), une ligne médiane avec du travail (Hasi, Vanderhaeghe, Goor), de la jeunesse et de la classe (Baseggio, Dindane, Stoica) et avec le duo Koller-Radzinski de la taille et de la vitesse. C'était un 11 bien balancé, un système de jeu simple en 4-4-2 parfaitement monté par Aimé Anthuenis. Quand je vois Lukaku, je me dis que Koller avait de la chance. Anthuenis avait tout compris. Il a su utiliser sa tour alors qu'on ne peut pas en dire de même pour Ariel Jacobs et Georges Leekens. Anthuenis aurait fait un meilleur usage de Romelu. Pour le moment, il n'a pas de rendement en équipe nationale et il ne peut pas en avoir. Dans des jeux fermés, il était compliqué de garder Jan et Tomasz car ils présentaient des atouts divers. Koller savait garder un long ballon en utilisant bien sa taille et son poids même s'il n'était parfois pas assez méchant. Radzinski plongeait dans les espaces et les défenses adverses ne savaient jamais sur quel pied danser avec ces deux gars dans les pattes. Lukaku est isolé entre deux arrières centraux et ne peut s'évader dans les coins car il y a des ailiers en 4-3-3 bien contrôlés par les backs. Exactement : quand Lukaku est pris dans un étau, il ne sert à rien. En Azerbaïdjan, on ne l'a pas vu car il n'était pas placé dans les conditions idéales. Seul en pointe, il est inutile, même si l'aide vient de la deuxième ligne. C'est quand même simple à comprendre, non ? Oui et j'estime que Romelu est plus fort techniquement que Jan qui n'a jamais dribblé un adversaire. Le Tchèque était un joueur fait à 80 % quand il a été transféré à Dortmund où il a travaillé ses lacunes. Romelu est plus jeune et n'a plus progressé en Belgique après des débuts d'enfer. Ce n'était pas de sa faute mais celle d'un système qui ne lui convenait pas et qui ne lui conviendra jamais. Lukaku n'aurait pas dû rester deux ans de plus à Anderlecht car ce club stagne ou tire vers le bas pour le moment : champion, troisième, une qualité de jeu qui régresse en Belgique, etc. Tout à fait. A Chelsea, il progressera même à l'entraînement et lors de ses montées au jeu, même si c'est 20 minutes de temps en temps en championnat seulement et pas en Ligue des Champions. Dans son cas, il vaut mieux être sur le banc à Chelsea ou au Real Madrid que titulaire dans un club moins bien coté. Les Anglais savent qu'ils ont peut-être le successeur de Didier Drogba sous la main et le fait de ne pas l'avoir payé cher, selon les normes de la Premier League, leur laisse largement le temps de bien travailler avec lui. Non, faux : réserviste à Chelsea, il ne perdra jamais sa valeur financière. Il ne dévaluera que s'il cire le banc à Marseille ou à Bolton. A son âge, il est en apprentissage mais détient un potentiel au-dessus de la moyenne. Romelu avancera car on s'occupe individuellement de lui en Angleterre. A Anderlecht, personne n'avait peut-être le temps de le faire... Je plaisante mais il s'améliorera vite à Chelsea, c'est tellement évident. Et il rendra des services à l'équipe nationale où les problèmes les plus criards se situent en défense. Lui, il a mûri et est top. Jan Vertonghen ou Toby Alderweireld sont de bons jeunes joueurs qui ne sont pas des arrières mais bien des milieux de terrain. Ils manquent de vista et sont bouffés par des roublards. On n'apprend pas à défendre aux Pays-Bas. A 15 ans et demi, Ronaldo y marquait déjà 35 buts par an. Björn Vleminckx ou Dmitry Bulykin crachent le feu en Hollande mais n'en touchent pas une chez nous. Pourquoi ? C'est la vérité. Alderweireld ? Pfff... Vertonghen ? Pfff... Je peux repasser les dvd : il y a plusieurs buts pour sa pomme. Alderweireld a été catastrophique dans son placement sur le but égalisateur de l'Azerbaïdjan à Bakou. J'ai aussi vu cela en D1 durant mes six ans passés à Belgacom TV : les défenseurs regardent le centreur et pas les autres attaquants. Aux Pays-Bas, quand on encaisse trois buts, on en marque cinq. Les clubs y soignent la circulation du ballon, le football offensif et la finition, ce que je respecte, mais défensivement, c'est mauvais. J'aime bien Nicolas Lombaerts et Thomas Vermaelen manque trop. Pour moi, Timmy Simons apporte beaucoup. C'est du vécu, du sérieux, du calme. Leekens a bien fait de le rappeler. Je veux de vrais arrières qui ne laissent rien passer car tout devient de plus en plus dur. L'Italie a gagné 1-0 contre les Iles Feroë mais n'a pas d'Alderweireld ou de Vermaelen dans sa défense. Avec eux, elle n'aurait peut-être pas gagné. Cela dit, la Belgique aurait dû marquer le 0-2 à Bakou et les carottes étaient cuites. Quand on ne fait pas 0-2, on garde le 0-1, merci, au revoir et bon week-end. Je veux une vraie défense et ce sont les quelques talonnades inutiles qui expliquent la cata. On ne peut pas avoir 11 Hazard mais, ici, c'est le système qui a flanché devant et derrière. Oui, il a les clés pour cette maison comme vous dites : il a construit un groupe, l'a requinqué après le 0 sur 6 de départ. Après le succès en Autriche, on s'est cru trop beaux. Puis, Leekens est retombé dans ses travers : Hazard-Scifo, les paramètres sont différents mais la situation est la même. Quand un artiste se distingue, il doit lui pousser la tête sous l'eau, c'est plus fort que lui. Les joueurs ont changé : ils s'expriment plus et les coaches doivent s'adapter. Moi, les casquettes et les sacs Vuitton ne me dérangent pas s'il y a de la discipline sur le terrain. On ne peut pas être exigeant loin du terrain et pas assez à propos de ce qu'on propose sur la pelouse. L'affaire Hazard était une tempête dans un verre d'eau que Leekens a maladroitement agité. Je savais que cela ne durerait pas longtemps car il allait se mettre toute la Belgique à dos. C'est fait, et je préfère garder Leekens que de tenter une autre aventure. Le staff et le groupe se connaissent et sont au pied du mur. Il y a des qualités individuelles qui doivent se transformer en qualités collectives. Si on va au Brésil en 2014, ce sera ça le secret de la qualification. Il faut être plus malin ensemble, certainement en défense. Un Wilmots qui réveille tout le monde sur le terrain ? Oui... On ne sera probablement pas en Ukraine et en Pologne et cela fait 10 ans de disette mais le ciel s'éclaircit quand même : Leekens et les joueurs analyseront ce qui n'a pas fonctionné. Par qui pourrait-on remplacer Leekens ? Par Dury ? J'aime bien, excellent coach. Mais Leekens qui a redonné un élan aux Diables Rouges doit continuer. Pour moi, c'est la meilleure solution à condition qu'il revoie sa défense et le problème de Lukaku. D'accord mais si ce n'est pas pour le réinvestir dans le sportif, cette fortune va nous appauvrir. Quand Koller, Radzinski et Goor sont partis, Anderlecht a bouché des trous sans acheter du lourd et n'a plus existé sur la scène européenne. Dix ans plus tard, il faut encore vendre dare-dare son jeune talent pour survivre. C'est préoccupant. Les joueurs ne sont pas à la hauteur : Anderlecht en a 40 sous contrat dont 25 ne courent pas avec. Et on voudrait que les coaches fassent la différence. Quand ils se cassent tous le nez, c'est que le problème se situe ailleurs. Que ceux qui amènent les joueurs inutiles les placent ailleurs. Lukaku et Jonathan Legear ont fait rentrer du blé ; maintenant ça va : il faut investir. Jovanovic a coûté cher mais on voit la différence avec un super joueur ; il a payé son transfert en étant important en Europa League. Les Mauves ont compris, il y a le centre de Neerpede, Mbokani, Vargas, c'est bien, mais après 10 ans de taule, il faut se réhabituer à l'air pur, à la vie en société. Ouais... AEK, Lokomotiv, Graz. Mouais, je me souviens de la fin de match difficile contre Bursaspor à Bruxelles. Anderlecht est passé par le chas de l'aiguille et la défense ne me rassure pas avec des arrières désastreux. Je ne dois pas faire de dessin. Deschacht doit jouer et Wasilewski, excellent en équipe de Pologne, retrouve petit à petit son niveau : qu'on lui foute la paix et ça ira. En championnat, il y a eu une défaite à Louvain, un nul chanceux contre Mons et une belle réaction au Club Bruges. Le rodage n'est pas terminé mais, bon, la saison se joue plus tard. La Belgique a encore quatre clubs européens, ça c'est remarquable et on peut bâtir là-dessus, progresser. Il n'y a pas que des mauvaises nouvelles. Oui, pour tout le monde. Evidemment. Avec le Standard, il a attiré le regard des grands sur son club et toute la D1. On vient chercher d'autres Fellaini ou Witsel et les prix de vente montent partout... Un paquet d'argent irrigue le Standard et Anderlecht. Notre D1 est une vitrine intéressante. Il y a cinq ans, le Standard n'aurait jamais vendu autant de joueurs, c'est fantastique, énorme. Il était un relais entre les grands d'Europe et la petite Belgique. C'est peut-être ce qu'il a de mieux à faire. On a voulu sa peau, peut-être plus que celle d'un autre. Quel manager ou dirigeant de D1 n'a rien à se reprocher, n'a pas trempé dans une affaire un peu louche ? Aucun, aucun... Peut-être Roland Duchâtelet, un homme intègre. Il est étranger à certaines man£uvres pas catholiques du monde du football. Pour Luciano, on a visé l'homme ; c'est mon avis. Je le connais, il a été mon manager. Mais un type comme lui ne meurt jamais car il est trop fort dans son domaine. Il a besoin de temps mais Riga et de Sart sont compétents. Ils doivent ramasser les débris et construire. A quoi cela sert de dresser le bilan en septembre. Il y a un an, le Standard était à la rue. On connaît la suite. Ce sont des gens sérieux. Il y a un beau programme européen : FC Copenhague, Hanovre, Poltava. Hanovre est favori mais tout est ouvert pour la deuxième place. Si le public est gourmand, il doit aussi être patient. Il faut que le Standard digère ce changement de culture. Tout est différent. Braga, Birmingham, Maribor : à part les Portugais, c'est abordable. Je redoute quand même leurs black-out car en Coupe d'Europe, cela se paye cash. Je ne sais pas. Les Limbourgeois vont d'abord aborder la Ligue des Champions : Chelsea, Valence, Leverkusen. Même si c'est terrible, il faut tout donner, apprendre, progresser, faire fructifier ce que Vercauteren leur a apporté en championnat. Mario Been assure une succession difficile mais Genk sera dans les PO1... Peut-être Gand car Trond Sollied a vite et bien travaillé. Si les Buffalos encaissent moins de buts (Marko Suler est une énigme que je ne comprends pas : ses erreurs ne se comptent plus), cela peut être intéressant avec un El Ghanassy qui confirme, une attaque puissante. Je suis fan... Toutefois, pour le titre, Anderlecht devrait émerger et le Club Bruges sera coriace. C'est bien et bravo à van Wijk avec qui les joueurs ne s'endorment pas. A Mons, on gagne trois fois et c'est le Doudou : barbecue à la queue leu leu au Club 44. Avec van Wijk, on rigolera en fin de saison. Il est sérieux. Loin de là, à Saint-Trond, la valse des coaches a commencé trop tôt avec Guido Brepoels mais c'est bien de retrouver Franky Van der Elst en D1. J'ai rencontré Neko Petrovic, que je ne connaissais pas, par hasard dans la librairie de notre quartier à Uccle au Fort Jaco. C'est ça ! Nous avons échangé nos idées. Plus tard, au moment où je m'apprêtais à lui téléphoner pour envisager une collaboration, il est entré dans mon magasin de vêtements pour me parler de foot, de collaboration. Et c'est parti ! Pour le moment, on travaille au Qatar où l'Académie Aspire (financée par le Qatar et le FC Barcelone) forme des jeunes dans des conditions de travail exceptionnelles. C'est du grand talent qu'on essaye de placer dans de bons clubs européens. Cela m'intéresse plus que transférer Dekelver du Cercle à Westerlo. Nous partirons bientôt en Argentine à la recherche de jeunes talents. J'aurais ma licence FIFA en mars et nous nous associerons.PAR PIERRE BILIC-PHOTOS : MICHEL GOUVERNEUR" Anderlecht a 40 joueurs sous contrat dont 25 ne courent pas avec. "