Eric Deflandre est au centre d'un problème d'équilibre tactique. L'équipe nationale penche à gauche comme c'est le cas d'Anderlecht. C'est dû, bien sûr, à l'impact du duo Goor- Dheedene. La gauche est au pouvoir et a gagné les dernières élections contre St-Marin (10-1) avec, notamment, deux buts et six assits de Goor. Robert Waseige peut...

Eric Deflandre est au centre d'un problème d'équilibre tactique. L'équipe nationale penche à gauche comme c'est le cas d'Anderlecht. C'est dû, bien sûr, à l'impact du duo Goor- Dheedene. La gauche est au pouvoir et a gagné les dernières élections contre St-Marin (10-1) avec, notamment, deux buts et six assits de Goor. Robert Waseige peut compter sur de bonnes et multiples solutions à gauche mais Vankerckhoven (plus défensif que Dheedene) ne sera probablement pas remis de sa blessure aux adducteurs pour le voyage au pays des porteurs de kilts. Au centre, un autre axe tout mauve, Baseggio- Vanderhaeghe a marqué des points. Le tout, pour la division offensive, sera de savoir si Wilmots retrouvera ses galons de titulaire à Bordeaux pour bien préparer cette expédition. Si ce n'est pas le cas, Robert Waseige devra innover car personne n'a un aussi gros impact moral sur le groupe que le taureau de Dongelberg. Emile Mpenza (hésitant à la conclusion) et Bob Peeters (beau coup du chapeau contre St-Marin) ont visiblement besoin de lui. Et Bob-the-coach suit toujours Strupar dont il n'a pas oublié l'apport lors de ses débuts en équipe nationale. Derrière, Van Meir et Van Buyten ont vécu une soirée tranquille. A Glasgow, cependant, le Mage de Rocourt optera vraisemblablement pour Valgaeren, qui connaît le foot écossais sur le bout des crampons. "Big Dan" devrait poursuivre tranquillement son intégration dans le groupe en débutant sur le banc en Ecosse. A droite, il y a eu moins de mouvements que de l'autre côté du terrain. Englebert a été sage et actif, comme il l'est à Bruges, mais c'est bien plus un élément d'axe. Verheyen devrait retrouver ses habitudes à droite lors du prochain défi des Diables Rouges. "Je me suis senti très à l'aise avec Gaëtan qui a bien travaillé", dit Deflandre. "Tactiquement, il devait rentrer dans l'axe, et il l'a fait quand Goor s'évadait de l'autre côté du terrain. Je connais Gaëtan et, d'autre part, j'ai sûrement conservé tous mes automatismes avec Gert Verheyen et il n'y aura pas de problème sur le flanc droit en Ecosse".