Willy Reynders, le directeur sportif de Lokeren, rigole un bon coup quand on lui pose la question. " Je pense que c'est une décision que Hans Vanaken et sa famille prendront après mûre réflexion, mais que la raison finira par prendra le dessus et qu'il optera de rester. Et ce, en dépit des commentaires de ceux qui le voient déjà dans l'un ou l'autre club plus huppé. Reste que, comme Vital, son papa, je connais le monde du football. De nombreux agents vont se réveiller et harceler chaque jour le joueur. Et qui sait si, en définitive, il n'y aura pas une offre intéressante tant pour le club que pour le joueur ?
...

Willy Reynders, le directeur sportif de Lokeren, rigole un bon coup quand on lui pose la question. " Je pense que c'est une décision que Hans Vanaken et sa famille prendront après mûre réflexion, mais que la raison finira par prendra le dessus et qu'il optera de rester. Et ce, en dépit des commentaires de ceux qui le voient déjà dans l'un ou l'autre club plus huppé. Reste que, comme Vital, son papa, je connais le monde du football. De nombreux agents vont se réveiller et harceler chaque jour le joueur. Et qui sait si, en définitive, il n'y aura pas une offre intéressante tant pour le club que pour le joueur ? Dans ce cas, tout ce que nous disons actuellement pourrait toujours être remis en question et le discours pourrait changer. Je ne fais pas une fixation sur l'argent rapidement gagné mais d'autres le font certainement. Et c'est là que je me dis que le fait que Vital connaît bien le monde du football peut jouer un rôle intéressant. Hamdi Harbaoui sait de quoi je parle. Je pense avoir eu entre 20 et 25 agents au téléphone pour lui. Tous promettaient des tas de choses. Mais quand je demandais des chiffres et des propositions concrètes, je ne les entendais plus. Le prochain club de Hans doit être un grand club. Pas nécessairement belge, d'ailleurs, ça peut être à l'étranger. Mais il doit être prêt, s'être montré en Coupe d'Europe, avoir progressé sur le plan physique et avoir atteint, espérons-le pour nous, la phase des poules. Car la prochaine saison sera plus difficile. Les journalistes vont aussi le regarder différemment, je sais tout cela. Ils seront plus critiques, ne lui donneront plus qu'un 6/10 au lieu d'un 7/10 pour la même prestation. La barre sera placée plus haut. Certains joueurs commencent à pratiquer un marquage individuel sur lui et ce sera encore pire, Hans sera encore plus visé. " Pour le club, sa première saison est de toute façon une réussite. " Je pense que Hans est bien encadré et saura prendre la bonne décision ", dit Reynders. " Tout va très vite, il peut confirmer au cours de sa deuxième saison et cela lui sera utile. Il sera plus costaud, prendra davantage sur lui. Il est toujours plus simple de confirmer au sein d'une équipe dans laquelle on a déjà fait son trou et avec laquelle on a déjà connu des moments difficiles sans être écarté pour autant. Dans un grand club, il devra répondre présent tout de suite parce qu'on fera attention à ce qu'il a coûté. Tout cela fait partie du jeu. Mais évidemment, il est clair que Lokeren n'est pas un aboutissement pour lui. " Hans a déjà beaucoup progressé " observe Harm van Veldhoven, l'ancien entraîneur du Kavé. " L'an dernier, je suis allé voir trois fois Lommel pour le compte du FC Malins. La première fois, j'ai noté qu'il avait des qualités mais qu'il était difficile de savoir à quelle place il devait évoluer car il est un peu raide. La deuxième fois, c'était déjà beaucoup mieux et la troisième, je l'ai trouvé très fort. Un peu plus tard, Lokeren l'a engagé. Hans y a presque tout de suite trouvé sa place, il a directement inscrit un but à Anderlecht et il a directement fait forte impression. J'ai été responsable des jeunes à Lommel, autrefois, et j'ai eu les deux fils de Hans sous mes ordres. Sam, son frère aîné, avait sept ans. Hans en avait cinq et on ne pouvait même pas l'affilier. Ils avaient tout le temps un ballon aux pieds. J'ai même vu Hans mettre un tir des 20 mètres en pleine lucarne. A cinq ans ! J'ai également suivi Sam, un défenseur qui a joué au PSV et qui revenait un peu plus vite que Hans. Ce sont deux joueurs courageux qui ont souvent fait les bons choix. Le plus difficile, bien entendu, c'est de confirmer. S'il y arrive, je ne sais pas où il finira. Je pense au Club Bruges ou à Anderlecht mais il faut voir quel rôle ces clubs peuvent lui proposer. Il pourrait également partir directement à l'étranger mais ce n'est pas aussi simple. Mieux vaut progresser pas à pas. J'entends parler de l'équipe nationale. Pour moi, c'est beaucoup trop tôt. Surtout avec la levée actuelle. Je ne pense pas qu'on s'y fasse une place aussi facilement. " Franky Van der Elst, son ancien entraîneur, est très clair : " Je pense qu'il ferait mieux de rester. Même si, selon moi, il pourrait déjà aller au Club Bruges ou à Anderlecht. Peu de joueurs ont sa technique et sa vision du jeu. L'entrejeu du Club, avec Odjidja, Jörgensen et Simons n'est plus le même qu'avec Vazquez mais Hans peut en faire autant que l'Espagnol. Mieux même car il peut tenir plus de 60 minutes et ne sera pas aussi souvent blessé. Hans a sa place dans le noyau d'un grand club belge, même s'il ne jouera peut-être pas tous les matches. La saison prochaine sera différente pour lui. L'effet de surprise aura disparu, les adversaires lui laisseront moins d'espace, on le marquera peut-être même de près. En finale de la coupe, on a vu que SvenKums le laissait aller au ballon pour bondir directement sur lui par la suite. Mais il est intelligent, bien briefé et suffisamment rusé pour se créer des espaces autrement. Pas en partant du flanc, comme Marc Degryse le faisait par le passé, mais en s'écartant tout de même un peu. Je préfère Hans en numéro dix, le plus près possible de l'attaquant de pointe. Un peu à gauche ou un peu à droite, qu'importe. Mais suffisamment haut ! Avec Filip Haagdoren, on s'est souvent demandé s'il ne faudrait pas le faire redescendre. Peter Maes l'a essayé en huit et pense qu'il peut évoluer à ce poste mais je ne suis pas fan de la formule car c'est trop bas pour être décisif. Je ne pense pas que le fait qu'on lui colle un prix sur le dos va influencer ses prestations. Il y a déjà un bout de temps que je ne l'entraîne plus mais Hans n'était pas du genre à se soucier de cela. Il est fort physiquement : à Lommel, il figurait déjà parmi les meilleurs dans ce domaine. Et il utilise bien son corps. Pourtant, je peux comprendre que celui qui venait le voir en D2 se posait des questions quant à sa souplesse. Hein Vanhaezebrouck a un jour déclaré qu'en une demi-heure de match, on devait avoir vu tout ce qu'un joueur était capable de faire. Je ne suis pas tout à fait d'accord. On voit ses qualités mais on voit aussi d'autres choses. Hans compense par exemple par le fait qu'il est toujours en mouvement. Difficile, dès lors, d'exercer un marquage individuel sur lui. Sur les plans mental et physique, il peut facilement prendre le dessus sur son adversaire. Filip Joos (journaliste de la VRT, ndt) dit que Hans a besoin d'être entouré de joueurs qui couvrent beaucoup de terrain pour être efficace. C'est tout à fait faux. Bien sûr, ça lui facilite la tâche car il peut alors donner plus facilement son ballon mais s'il faut le garder, il en est tout aussi capable. " PAR PETER T'KINT" Peu de joueurs ont sa technique et sa vision du jeu. " Franky Van der Elst