Dès la sortie du calendrier, Yannick Ferrera avait coché la date du match entre Saint-Trond et Charleroi. Il a fait la paix avec la direction du Sporting depuis son départ sur un claquement de portes, il a reparlé récemment à Mehdi Bayat quand ils se sont croisés lors d'une émission télé, mais ça reste un club particulier pour lui. Comme il a quitté Saint-Trond juste avant ce match, c'est donc dimanche avec le Standard qu'il est retourné au Pays Noir.
...

Dès la sortie du calendrier, Yannick Ferrera avait coché la date du match entre Saint-Trond et Charleroi. Il a fait la paix avec la direction du Sporting depuis son départ sur un claquement de portes, il a reparlé récemment à Mehdi Bayat quand ils se sont croisés lors d'une émission télé, mais ça reste un club particulier pour lui. Comme il a quitté Saint-Trond juste avant ce match, c'est donc dimanche avec le Standard qu'il est retourné au Pays Noir. Et maintenant, il prépare les retrouvailles avec Saint-Trond, programmées le week-end prochain sur le synthé du Limbourg. Grabuge en vue ? Là-bas, tout le monde ne lui a pas encore pardonné son départ en pleine saison, pas plus que le débauchage de son analyste vidéo, William Still. Un parcours étonnant pour cet homme de 23 ans, qui a des parents anglais mais a grandi chez nous. Il n'exclut pas des réactions dans les tribunes, pour leur retour. " Yannick Ferrera n'est pas fan des réseaux sociaux, moi j'y suis parfois et j'ai donc lu pas mal de commentaires... On s'est quand même fait un peu incendier tous les deux par des supporters de Saint-Trond. Certains nous ont traités de traîtres, de Judas. On comprend la déception des gens, maintenant on sait qu'on a fait un bon choix en venant au Standard. C'est quand même le plus grand club de Belgique ! Saint-Trond est mieux au classement pour le moment, mais sur le long terme, on a pris une bonne décision, elle a même été très facile à prendre. Pour Yannick et moi, ce ne sera pas un match comme un autre, c'est inévitable. " Ce William Still rêvait de devenir footballeur professionnel, son rêve s'est arrêté au niveau de la D5 anglaise. Il a aussi passé des tests à Mons et à Malines, sans succès. " Le jour où j'ai compris que je n'avais pas d'avenir pro comme joueur, je me suis dit : -Je m'en fous à la limite du rôle qu'on voudra bien me donner mais je veux faire partie du staff d'un club professionnel. " Il est allé dans une université anglaise où il a étudié divers aspects du monde du sport comme la psychologie, le coaching, le marketing. C'est là, aussi, qu'il a appris à analyser des matches de foot et qu'il a construit son avenir de spécialiste vidéo. Il se concentre sur les équipes que le Standard se prépare à rencontrer. " Je vois trois matches de chaque adversaire, un au stade, deux à la télé. Je fais ensuite un rapport détaillé à Yannick Ferrera, une analyse de l'équipe et un compte rendu sur chaque joueur. Je compile des images, je rédige un powerpoint,... Je lui soumets le tout, ensuite il relaie aux joueurs. "