Trois semaines en Italie l'an passé, 17 jours à Spa cette année. Pour son accession à la D1, l'AS Eupen a choisi de ne pas partir à l'étranger alors qu'un stage en Autriche avait été envisagé. Mais le club a néanmoins gardé les méthodes italiennes, avec une longue mise au vert et un travail intensif.
...

Trois semaines en Italie l'an passé, 17 jours à Spa cette année. Pour son accession à la D1, l'AS Eupen a choisi de ne pas partir à l'étranger alors qu'un stage en Autriche avait été envisagé. Mais le club a néanmoins gardé les méthodes italiennes, avec une longue mise au vert et un travail intensif. " Les conditions de travail à La Fraineuse sont idéales ", reconnaît DannyOst. " On a été les derniers à se remettre au boulot, mais cela ne m'effraie pas : cela avait déjà été le cas l'an passé et cela nous a plutôt réussi. On ne sera probablement pas encore à 100 % pour le premier match, mais on va monter en puissance. La saison dernière, on avait débuté par un nul. Je serais très heureux d'engranger le même résultat cette saison... " Les germanophones, qui débutent contre le champion, comptent encore sur l'aide annoncée par leurs partenaires italiens. Même si on s'interroge parfois à propos d' AntoninoImborgia. Chaque rendez-vous reporté par lui engendre mille interrogations, tant il est vrai que sa carrière a été marquée par l'instabilité. En cours de saison passée, on s'était demandé si le poste de directeur sportif qu'il avait accepté à Piacenza n'allait pas l'éloigner d'Eupen. Il avait répondu que, s'il serait peut-être moins présent dans les Cantons de l'Est, il continuerait à s'impliquer. Au terme de la saison, on avait craint qu'il ne vende bon nombre de joueurs qui avaient subitement pris de la valeur. Des craintes qu'il balaya d'un revers de la main : " Un joueur titulaire, tout au plus, quittera le club. " Ce joueur s'avère être le capitaine MijatMaric, parti à Lokeren. Imborgia a donc tenu parole, car les autres joueurs-clefs sont toujours là. Lui-même devait revenir en Belgique la semaine dernière, mais sa venue a été reportée de quelques jours. Entre-temps, il aurait demandé au club de s'autogérer. Aurait-il l'intention de se retirer ? Certaines choses lui auraient-elles déplu, comme les retards dans l'aménagement du stade à cause des permis d'urbanisme qui se font attendre ? " Il n'y a pas d'inquiétudes à avoir ", rassure DavidLasaracina, l'homme de confiance d'Imborgia. " Il continuera à s'impliquer. D'ailleurs, il a contribué à l'augmentation de budget de deux millions, avec la Ville d'Eupen et la Communauté germanophone. Il a accepté les nouveaux plans du stade, dont les coûts seront plus élevés que prévu. S'il a demandé au club de commencer à s'autogérer, c'est parce qu'il refuse que l'AS Eupen dépende exclusivement d'un mécène extérieur et se retrouve sous perfusion le jour où cet apport sera coupé, comme cela a été le cas de Mouscron. Avec la montée en D1, le club aura de nouvelles rentrées d'argent : les droits TV, par exemple. Imborgia veut simplement que le club apprenne à confectionner un budget conforme à ces rentrées, pour prévenir toute mauvaise surprise. "l par daniel devosImborgia ne veut pas qu'Eupen se retrouve un jour sous perfusion, comme l'a été Mouscron.