Il paraît que Dick Advocaat a signé un contrat avec les Diables Rouges à partir du 1er janvier prochain. Mais a-t-il encore envie de venir après ce que notre pays lui a montré au cours de la semaine dernière ? D'abord, il y a eu le choc bestial entre Anderlecht et le Standard et puis le crash de La Corogne.
...

Il paraît que Dick Advocaat a signé un contrat avec les Diables Rouges à partir du 1er janvier prochain. Mais a-t-il encore envie de venir après ce que notre pays lui a montré au cours de la semaine dernière ? D'abord, il y a eu le choc bestial entre Anderlecht et le Standard et puis le crash de La Corogne. La jambe cassée de Wasyl a fait le tour du monde et Advocaat l'a vue. Ce qu'il a dû voir aussi, c'est que pour la troisième fois en quatre mois, le match entre les deux meilleurs clubs belges tourne en une parodie de football. Et que l'affaire Witsel est devenue le fait-divers de la semaine en Belgique. Advocaat doit nous prendre pour des fous. Qu'un Witsel écope de huit matches de suspension pour une semelle pareille, quoi de plus normal. L'entraîneur hollandais doit espérer que le Liégeois aura compris la leçon, lui qui avait déjà pris quatre matches de suspension avec les Diables pour une autre semelle contre la Bosnie au printemps. On espère, quand même, qu'Advocaat pense que Witsel n'a pas besoin de gestes pareils pour amener son talent à un niveau supérieur. Mais s'il a un peu sondé l'ambiance autour des clubs, il doit quand même se demander aussi s'il va atterrir (ou non ?) dans notre pays aux m£urs footballistiques si particulières... Première nouvelle encourageante de la semaine : LucianoD'Onofrio dit vouloir rencontrer Roger Vanden Stock en tête à tête. Mais ce dernier est échaudé et selon un de ses proches, " s'est tellement fait avoir par le Standard qu'il en est dégoûté ". On va être très clair : d'après ce qu'on sait, les deux clans en sont à se disputer pour savoir qui a commencé. Il ne faut pas en rire : c'est comme ça que toutes les guerres éternelles ont commencé. C'est à pleurer : personne dans les deux clubs ne prend de la hauteur depuis maintenant des semaines. Les Bruxellois n'arrêtent pas de dire que les Liégeois sont des sauvages sans principes et ces derniers que les premiers sont des snobs prétentieux. Ils sont en train de casser leur jouet. Le drame, c'est que ni la fédération, ni la Ligue pro n'ont assez d'autorité et de charisme pour dire -Stop ! Dès lors, ce seront les sponsors qui siffleront la fin de la récré. BASE a sonné la charge le premier et est (momentanément) rentré dans le rang. Mais on veut bien parier un abonnement de dix ans à Sport/Foot Magazine qu'il ressortira du bois en cas de nouveaux problèmes. Et les partenaires commerciaux d'Anderlecht veillent aussi au grain. Ils ne sont pas naïfs : personne n'est blanc dans cette histoire, ni les Mauves, ni les Rouches. Les autres groupes de pression qui agiront pour que le climat devienne plus respirable pourraient être les autres payeurs : les sponsors et les spectateurs. Et qu'a dû se dire Advocaat en voyant la non-performance des Diables à La Corogne ? Ses contacts avec la Belgique étaient basés sur la conviction que cette jeune équipe avait du talent et valait la peine d'être bien encadrée. Savait-il que ces Diables avaient aussi peu de culture tactique ? Samedi, on a vu tellement d'erreurs collectives qu'on se demande si Advocaat aura l'envie et la patience de leur inculquer l'ABC du foot. Les Diables ne donnaient même pas l'impression d'avoir envie de respecter les consignes de Frankie Vercauteren. Mais pour qui se prennent-ils ? S'ils sont si bons que ça, ils doivent au moins être capables de se coacher eux-mêmes. Mais aucune trace de prise en mains. Le chantier est immense et Advocaat doit se demander s'il est à la hauteur de la tâche... PAR JOHN BAETEEntre l'affaire Witsel et La Corogne, le Hollandais doit se demander s'il a encore envie de venir...