Même si le président Ramon Calderon ne cesse de répéter que la prolongation du contrat de David Beckham n'est qu'une question de jours, et si le joueur lui-même continue d'affirmer à qui veut l'entendre qu'il est parfaitement heureux à Madrid, les négociations ne débouchent sur aucun accord et il devient de plus en plus improbable que la star britannique fasse de vieux os au stade Santiago Bernabeu.
...

Même si le président Ramon Calderon ne cesse de répéter que la prolongation du contrat de David Beckham n'est qu'une question de jours, et si le joueur lui-même continue d'affirmer à qui veut l'entendre qu'il est parfaitement heureux à Madrid, les négociations ne débouchent sur aucun accord et il devient de plus en plus improbable que la star britannique fasse de vieux os au stade Santiago Bernabeu. Cette saison, il n'a été titulaire que trois fois, alors qu'il l'avait été 32 fois en 2003-04, 30 en 2004-05 et 29 en 2005-06. Il se rend compte qu'il n'est plus que le troisième choix pour le poste d'ailier droit et sait déjà qu'il n'entrera pas dans les plans de FabioCapello pour les saisons à venir. " Capello préfère un autre style de joueur. Au club, nous serions tous soulagés d'un lourd fardeau si Beckham décidait de sa propre initiative de partir aux Etats-Unis ou ailleurs. Ainsi, personne ne pourrait reprocher à Calderon de s'être lui-même séparé d'une telle icône ", a déclaré un haut dirigeant madrilène à l'hebdomadaire Don Balon, sous le couvert de l'anonymat. " Entre ce que déclarait Calderon il y a deux mois et ce qu'il souhaite aujourd'hui, il y a une sacrée différence ", poursuit-il. " On ne peut pas le reconnaître ouvertement, mais ce serait mieux pour les deux parties que Beckham s'en aille. Capello ne compte pas sur lui et cela me paraît difficile pour le joueur de continuer dans ces conditions, en usant ses fonds de culotte sur le banc. Son déclin sportif entraînerait irrémédiablement la perte d'une partie de ses très juteux contrats publicitaires. Le club, de son côté, n'a rien à gagner en conservant une bombe à retardement dans son vestiaire ". La prolongation du contrat de Beckham coûterait 12 millions d'euros par an au Real Madrid. En contrepartie, le club continuerait à percevoir 50 % des droits d'image d'une bonne partie des contrats publicitaires de l'ancien capitaine de l'équipe d'Angleterre : Adidas, Pepsi, Vodafone, BP, Marks and Spencer, Rage Software, TBC Cosmetics et Meiji Seika entre autres. Les dirigeants savent aussi que Beckham est un véritable phénomène sociologique (plus de 60.000 sites internet parlent de lui à travers le monde), mais même s'il demeure le footballeur le plus populaire en Asie, il ne vendrait plus autant de maillots en étant réserviste. LUIS CESARSAMPEDRO n'est plus l'entraîneur du Gimnastic Tarragone. Il a été remercié la semaine dernière, après une défaite à domicile des £uvres de Majorque, qui laissait les néo-promus à la dernière place du classement, à égalité de points avec la Real Sociedad. FELIX SARRIUGARTE, l'entraîneur de l'Athletic Bilbao, a lui aussi été démis de ses fonctions. Il était arrivé en début de saison, en remplacement de JavierClemente destitué avant l'entame du championnat, et avait essentiellement entraîné les jeunes du club jusque-là. JAVIERIRURETA est le doyen des entraîneurs en activité dans la Liga. Mais, pour celui qui fut à la base des grands succès du Deportivo, cela ne se passe pas trop bien en Andalousie : le Betis Séville a encore été battu 0-1 par l'Atletico Madrid, samedi soir, et se débat dans les tréfonds du classement. " Je comprends que l'on mette mon nom en question ", a-t-il déclaré. Sera-t-il le prochain sur la liste des entraîneurs licenciés ? MARCELO, le jeune arrière gauche brésilien récemment transféré, s'est déjà entraîné avec le Real Madrid. Les dirigeants se demandent toutefois s'il terminera la saison avec Castilla, le club filial, ou s'ils le prêteront à un autre club jusqu'en juin 2007. SYLVINHO, l'arrière gauche brésilien du FC Barcelone, a prolongé son contrat jusqu'en juin 2008. ENRIQUE CEREZO, le président de l'Atletico Madrid, a été menacé de mort par des tags peints sur la façade de sa maison. Deux suspects ont été interpellés. D. DEVOS