ArielJacobs a été tout étonné d'apprendre, par voie de presse, qu' HermanVanHolsbeeck voyait en lui le futur directeur technique d'Anderlecht. En réalité, lui-même n'a pas encore envisagé son avenir et, avec la modestie qui le caractérise, préférerait qu'on se focalise sur les joueurs.
...

ArielJacobs a été tout étonné d'apprendre, par voie de presse, qu' HermanVanHolsbeeck voyait en lui le futur directeur technique d'Anderlecht. En réalité, lui-même n'a pas encore envisagé son avenir et, avec la modestie qui le caractérise, préférerait qu'on se focalise sur les joueurs. Le fond de l'histoire, c'est que Van Holsbeeck est tombé sous le charme de Jacobs et a peur de le perdre. Il se demande donc quelle fonction on pourrait lui proposer pour qu'il reste... longtemps au Sporting. La fonction de T1, qu'il occupe aujourd'hui, est trop risquée, car il arrivera un jour où l'équipe ne gagnera plus et où on sera obligé de le sacrifier sur l'autel des résultats, comme ce fut le cas avec FrankieVercauteren à qui l'on avait aussi promis le poste de DT. Dans l'esprit de Van Holsbeeck, le scénario idéal serait de faire resigner Jacobs pour un an (afin d'éviter la fameuse troisième saison, souvent fatale), puis de le resituer dans un autre rôle, mais lequel ? T2 ? Cela équivaudrait à lui faire faire un pas en arrière, ce qui n'est nullement l'intention de Van Holsbeeck. Reste donc le poste de directeur technique, plus prestigieux. Le tout est de savoir si ce poste plairait à Jacobs. A l'ombre de Saint-Guidon, on semble oublier qu'il avait déjà occupé cette fonction à Genk et qu'il l'avait quittée après un an parce que le terrain lui manquait. En outre, s'il avait choisi de quitter Mouscron pour le Parc Astrid, c'était parce qu'en tant qu'adjoint de Vercauteren, il avait encore l'opportunité d'enfiler un survêtement plutôt qu'un costume-cravate dans un bureau. En marge à la situation de Jacobs, Van Holsbeek s'est expliqué sur le prix des billets face au Bayern que beaucoup de supporters jugent bien trop élevé. " Nous sommes obligés de majorer nos prix parce que nous manquons de places. A cause de la capacité réduite de notre stade, nous avons le 200e budget européen. Si en plus nous devons diminuer les rentrées en billetterie, je me demande comment gagner de l'argent. C'est aussi pour cela que nous jouons à 19 h contre le Bayern. Cela nous prive de spectateurs mais cela nous rapporte des droits de retransmission qui vont nous permettre de compenser partiellement la perte essuyée suite à notre élimination de la Ligue des Champions. En Coupe d'Europe, notre capacité passe de 26 à 20.000 places. Le jour où nous aurons un stade de 50.000 sièges, nous diminuerons immédiatement nos tarifs ". DANIEL DEVOS ET GEERT FOUTRÉ