Après la défaite au Celta Vigo (2-0) le 26 janvier, Louis van Gaal a été mis à la porte. C'est le troisième entraîneur, Antonio De la Cruz, qui était chargé d'assurer l'intérim pour une semaine. Il n'aurait dû diriger l'équipe que lors d'un match amical du mercredi 29 janvier à Lisbonne contre Benfica (défaite 1-0) puisque le vendredi 31 janvier, Radomir Antic signait son contrat avec Barcelone. Mais le Serbe décida d...

Après la défaite au Celta Vigo (2-0) le 26 janvier, Louis van Gaal a été mis à la porte. C'est le troisième entraîneur, Antonio De la Cruz, qui était chargé d'assurer l'intérim pour une semaine. Il n'aurait dû diriger l'équipe que lors d'un match amical du mercredi 29 janvier à Lisbonne contre Benfica (défaite 1-0) puisque le vendredi 31 janvier, Radomir Antic signait son contrat avec Barcelone. Mais le Serbe décida de ne pas coacher l'équipe le dimanche à Madrid. Il préférait la suivre de la tribune. Bilan une sévère défaite (3-0) contre l'Atletico. Depuis lors, le nouvel entraîneur a pris place sur le banc avec des résultats nettement plus reluisants: un partage à domicile contre Bilbao (2-2, des victoires à l'Espanyol (0-2) et à Bétis (1-4) en championnat et contre l'Inter en Ligue des Champions (3-0). Là où Louis van Gaal avait longtemps erré, modifiant fréquemment son système de jeu (trois, puis quatre défenseurs), Radomir Antic a directement opté pour un système en 4-4-2 où les joueurs connaissent parfaitement leur rôle. Quelques joueurs ont aussi changé de position. Overmars, par exemple, a été déplacé sur le flanc droit. Puyol joue désormais dans l'axe de la défense, avec DeBoer. Quant à l'arrière gauche, Sorin, il est arrivé durant le mercato d'hiver, en même temps qu'Antic, et constitue déjà un renfort. On constate qu'un joueur comme Saviola rayonne dans ce système. La plupart des joueurs ont rapidement retrouvé confiance, les résultats aidants. Antic a aussi mis l'accent sur les phases arrêtées. Leur efficacité a déjà été prouvée. Il a l'avantage de connaître le championnat d'Espagne comme sa poche pour y avoir passé de nombreuses années. Certains le considèrent comme trop autoritaire et trop passionné. RadomirAntic est aussi un homme ouvert au dialogue et qui a ses petites croyances. "Avant chaque match, je prononce trois fois la maxime: Chuvabog, Radasvog. Ce qui, en serbo-croate, signifie: QueDieuprotègeRadomir". Son éducation fut athée. "Je ne pratique aucune religion et je n'ai jamais été croyant".Son refuge, il le cherche parfois dans la musique. "Lorsque j'ai besoin de retrouver la tranquillité et un équilibre mental, j'aime écouter des oeuvres de RichardWagner". L'élégance fait partie de ses attributs. "J'aime être bien habillé les jours de match, car c'est pour moi le point culminant du travail de toute la semaine".