On pourrait craindre qu'il s'agisse d'une énième reprise par un homme d'affaires sans aucune attache avec le club qu'il rachète. A Charleroi, cette rengaine, on connaît. Avec tous les dangers de perte d'âme... Mais à l'Olympic, on a décidé de joindre l'utile à l'agréable. L'utile car cela faisait des mois que l'homme d'affaires Aziz Alibhai cherchait des fonds au risque de devoir mettre la clé sous le paillasson, l'année même où les Dogues caracolent en tête de la D3B. L'agréable car les négociations ont finalement abouti avec Diamond International, groupe d'investisseurs derrière lesq...

On pourrait craindre qu'il s'agisse d'une énième reprise par un homme d'affaires sans aucune attache avec le club qu'il rachète. A Charleroi, cette rengaine, on connaît. Avec tous les dangers de perte d'âme... Mais à l'Olympic, on a décidé de joindre l'utile à l'agréable. L'utile car cela faisait des mois que l'homme d'affaires Aziz Alibhai cherchait des fonds au risque de devoir mettre la clé sous le paillasson, l'année même où les Dogues caracolent en tête de la D3B. L'agréable car les négociations ont finalement abouti avec Diamond International, groupe d'investisseurs derrière lesquels on trouve l'ancien joueur anglais du Sporting, Peter Harrison. Il a finalement décidé d'investir à Charleroi, après de longues négociations et une première tentative avortée au Sporting il y a quelques années. Celle-ci avait été mise en lumière lors d'un reportage de la BBC TV où on le voyait en pleine discussion sur ce thème avec le manager des Zèbres, Mogi Bayat. Ensuite, Harrison avait secrètement investi dans un club belge de division inférieure du nord du pays qu'on n'a pas pu identifier. Et un jour il a été averti par son ancien coéquipier au Sporting Freddy Delanghe (aujourd'hui entraîneur en Provinciales 4 à Thy-le-Château) de la situation de l'Olympic. Pourtant, longtemps, la reprise du club par Harrison constitua un mirage. Il négocia pendant des mois avec Delanghe et Jean-Pierre Murari, manager des Dauphines en volley et rabatteur d'investisseurs désigné par Alibhai. On a abouti à la reprise de 90 % des parts du club par le consortium anglais Diamond International, Alibhai conservant 10 %. Le prix de l'acquisition serait compris entre 3 et 6 millions d'euros. Le nouvel organigramme des Dogues sera révélé le 31 mars après une assemblée générale. Dante Brogno devrait continuer à gérer sportivement l'équipe. Mais la structure générale sera revue, avec Delanghe dans un poste en vue (président ou directeur général ?) : " Je serai les yeux et les oreilles d'Harrison ". En attendant, l'équipe en place continue à gérer les affaires courantes. Mais quel sera le projet ? Delanghe a annoncé qu'il voulait s'inspirer de ce que le tandem Gaston Colson et Jean-Pol Spaute avaient réalisé en matière de jeunes, tout en encadrant les talents régionaux par quelques étrangers. Ces derniers amenés par un Harrison, toujours agent de joueurs (raison pour laquelle il n'apparaîtra jamais officiellement dans la structure du club car la FIFA interdit à un agent de reprendre un club). Delanghe : " Spaute avait amené trois Anglais, quelques Limbourgeois et des joueurs régionaux. C'est cet amalgame qui avait permis au Sporting de monter en D1. Comme Peter est un agent de joueurs, quelques éléments expérimentés vont débarquer à l'Olympic et serviront de guide aux jeunes régionaux. " Avec à terme, des vues sur la D1 ? Delanghe : " Vous ne nous entendrez pas dire qu'on veut rejoindre la D1 dans les cinq ans. Cela prendra le temps que cela doit prendre. Dans un premier temps, il faut professionnaliser le club. " par stéphane vande velde"Le noyau sera constitué de joueurs locaux et étrangers... amenés par Peter Harrison."