Il faudra probablement attendre la dernière journée pour connaître le nom du quatrième club italien qualifié pour la Ligue des Champions. Le duel que se livrent la Fiorentina et l'AS Rome est passionnant à souhait. Au terme de la 34e journée, le club toscan a pris un point d'avance grâce à sa facile victoire à Trévise tandis que son adversaire s'est fait rejoindre par Palerme alors qu'il menait 0-3 après une demi-heure de jeu. Ceci étant, sur le plan physique, la ...

Il faudra probablement attendre la dernière journée pour connaître le nom du quatrième club italien qualifié pour la Ligue des Champions. Le duel que se livrent la Fiorentina et l'AS Rome est passionnant à souhait. Au terme de la 34e journée, le club toscan a pris un point d'avance grâce à sa facile victoire à Trévise tandis que son adversaire s'est fait rejoindre par Palerme alors qu'il menait 0-3 après une demi-heure de jeu. Ceci étant, sur le plan physique, la Roma semble plus en verve. Elle a prouvé ces dernières semaines que c'était une équipe bien organisée, qui pouvait se baser sur une excellente condition athlétique. La déconvenue du dernier week-end ne risque pas de laisser des traces dans les esprits. " Nous sommes conscients que nous sommes sur la bonne voie ", explique ChristianPanucci. " Après les désillusions de la saison dernière, notre objectif était de nous rapprocher du public et je crois que nous y sommes parvenus. Je tiens à souligner que je fais partie d'un groupe très motivé et qui est en train de jouer à des niveaux très élevés. De nombreux observateurs prétendent que nous montrons le meilleur football en Italie. Nous devons les croire mais si notre football divertit, il faut qu'il soit aussi productif car il n'y a que les résultats qui comptent J'ai fêté mon anniversaire la semaine dernière mais, à 33 ans, je ne tire pas mes dernières cartouches. Je veux remporter la Coupe d'Italie ". Pour le moment, Panucci est le meilleur latéral droit du championnat et, sauf surprise, il n'ira pas au Mondial. 48 fois international, le défenseur a tout gagné à Madrid et à Milan mais n'a pas décroché le moindre trophée avec Rome en cinq saisons. Dans le passé, on lui avait collé l'étiquette de joueur peu commode que seul FabioCapello était parvenu à dompter. Désormais, il est devenu un exemple pour tous les jeunes et dans une équipe sans centre-avant, il parvient à être précieux dans la zone de but. A tel point, que Spalletti lui a donné le brassard de capitaine. " J'en suis fier. J'ai apporté un démenti à tous ceux qui insinuaient que j'avais prolongé mon contrat avec l'intention de ne pas trop en faire. Je suis très content de ma saison même si, entre janvier et février, j'ai souffert de la cheville. La Ligue des Champions, j'y crois, même si c'est l'équipe la plus forte dans sa tête qui va l'emporter ". N. RIBAUDO F. VANHEULE