La Premier League continue à exiger son tribut en managers. Après José Mourinho, Martin Jol et Sammy Lee, c'est ChrisHutchings qui a été démis de ses fonctions à Wigan Athletic, suite aux mauvais résultats de son équipe.
...

La Premier League continue à exiger son tribut en managers. Après José Mourinho, Martin Jol et Sammy Lee, c'est ChrisHutchings qui a été démis de ses fonctions à Wigan Athletic, suite aux mauvais résultats de son équipe. Les observateurs ne sont pas surpris par le renvoi d'Hutchings. La saison dernière, Wigan a lutté pour le maintien jusqu'à la dernière minute de l'ultime match. Ce combat a requis tellement d'énergie que le manager, PaulJewell, a jeté l'éponge après six ans. Jewell, qui a grandi dans un quartier ouvrier de Liverpool, a un fils considéré comme un grand talent en golf. Il se plaisait à Wigan mais ne voulait plus vivre sous pression. Il avait mué l'équipe des alentours de Manchester en pensionnaire convenable de l'élite, grâce à l'argent d'un président qui a fait fortune dans une chaîne d'articles de sport. En mai, il a estimé avoir besoin d'un break. Jewell se trouvait à Dubaï la semaine passée quand il a appris qu'on associait à nouveau son nom au club. Son successeur n'a pas eu de succès. Jewell a marqué sa surprise, sans fermer immédiatement la porte, avouant que le virus du football recommençait quand même à le démanger. Son successeur a été embauché dans la précipitation : à peine deux heures après la retraite surprise de Jewell, le président Dave Whelan présentait le nouvel entraîneur : Hutchings. Pendant six ans, il avait été le fidèle lieutenant de Jewell. C'était donc un choix en faveur de la continuité. Hutchings avait déjà connu l'échec à Bradford en 2000 : il avait là aussi succédé à Jewell, son patron, et avait été limogé cinq mois plus tard, n'ayant gagné qu'un seul match en douze journées. Wigan l'a oublié. Jusqu'à la semaine dernière : en douze matches, le club n'a pris que huit unités, aucune lors des six dernières rencontres. Il s'est retrouvé à une des trois places reléguables. Whelan, un ancien joueur des Blackburn Rovers, laisse la bride sur le cou de ses managers mais il conserve suffisamment de feeling et de contacts avec le groupe des joueurs pour comprendre quand le temps d'un changement de cap est venu. L'ÉQUIPE NATIONALE est privée de John Terry, blessé au genou, pour le match amical de ce vendredi en Autriche et pour la joute de qualification contre la Croatie. L'homme en forme, Wayne Rooney, est également forfait, à cause d'une atteinte à la cheville. David Beckham, que Steve McClaren a visité en Californie, a été jugé bon pour le service. L'Angleterre peut trembler à l'approche du week-end : si la Croatie n'est pas battue par la Macédoine et que la Russie s'impose en Israël, le dernier match sera dépourvu d'enjeu et l'Angleterre éliminée. NEMANJA VIDIC (26 ans), le Serbe transféré en janvier 2006 du Spartak Moscou à Manchester United, est particulièrement brillant. L'arrière s'est récompensé par un contrat prolongé jusqu'en 2012. DIMITAR BERBATOV (26 ans, Tottenham) est las des spéculations dont il est l'objet. L'avant bulgare, en conflit avec Martin Jol et convoité par Manchester United l'été dernier, a annoncé qu'il resterait à Londres. LIVERPOOL a vu ses projets de construction à Stanley Park approuvés par les pouvoirs publics. Le stade comptera 60.000 places, soit 15.000 de plus qu'Anfield Road, et peut être agrandi jusqu'à 75.000 places. L'arène doit être prête en 2011. Elle coûte 600 millions d'euros. ANDY JOHNSON (26 ans), un avant, a reconduit son contrat à Everton de cinq ans. ANDREW MACKENZIE, l'ancien directeur financier de Derby County, est soupçonné de fraude lors de la reprise du club il y a quatre ans. L'affaire arrive devant le tribunal ce mois-ci. PETER T'KINT