Ancien commentateur de l'Europa League sur AB3 (et donc d'Anderlecht), Baudouin Peeters travaille maintenant sur VOO, où il suit le hockey. Il est aussi le patron d'une entreprise de communication, Dynamedia. C'est en rencontrant David Steegen lorsqu'il officiait pour AB3 qu'il s'est lié avec lui. Ils se sont ensuite revus via le hockey, chacun ayant un enfant pratiquant la discipline. Peeters lui a expliq...

Ancien commentateur de l'Europa League sur AB3 (et donc d'Anderlecht), Baudouin Peeters travaille maintenant sur VOO, où il suit le hockey. Il est aussi le patron d'une entreprise de communication, Dynamedia. C'est en rencontrant David Steegen lorsqu'il officiait pour AB3 qu'il s'est lié avec lui. Ils se sont ensuite revus via le hockey, chacun ayant un enfant pratiquant la discipline. Peeters lui a expliqué qu'il était fan du Sporting. Quand Steegen a publié son livre, il lui a proposé de le traduire et de l'éditer. A chaque jour son miracle est découpé en chapitres qui peuvent se lire de manière isolée. Steegen y évoque son quotidien au Sporting, avec quelques anecdotes. Comme la fois où un fan lui a demandé un autographe, pensant qu'il était un ancien attaquant du club ! En 2010, quand Anderlecht est champion, le responsable de la com explique à Roger Vanden Stock qu'il doit se rendre sur les plateaux de télé le lendemain soir. Le président accepte puis refuse : il a envie de fêter le titre et il a peur d'être " zat " (bourré) ! La rencontre sera décalée d'une semaine... Steegen raconte aussi que, lors de sa première rencontre avec José Mourinho, au stade de Zulte-Waregem, l'entraîneur lui a demandé combien gagnait le coach du RSCA. Ignorant la réponse, Steegen lui a donné une somme approximative. Ce à quoi Mourinho a répondu : " C'est ce que mon 3e assistant touche à Chelsea ! " Enfin, le Bruxellois commente ses relations avec la presse et le terme impitoyable revient fréquemment pour décrire le traitement du RSCA. Les journalistes apprécieront... Il explique devoir parfois ruser pour se mettre la presse dans le poche. Ainsi, il lance Romelu Lukaku en conférence de presse, à 16 ans alors qu'Anderlecht est en crise. La stratégie est claire : " J'espérais obtenir la bienveillance de la presse, plus de respect, en laissant parler le joueur le plus convoité du moment. Et cela fonctionne. " Bref, pas de grande révélation mais l'ouvrage est suffisamment riche pour ceux qui s'intéressent aux coulisses d'Anderlecht.