Le suspense des World Series avait compensé beaucoup de choses mais les observateurs étaient unanimes : la Major League Baseball restait sur une saison médiocre. La victoire des Washington Nationals, pour la première fois depuis 1903 et la mise sur pied des World Series, a constitué une surprise de format. C'est que les Houston Astros, lauréats en 2017, avaient gagné plus de cent matches en championnat régulier, pour la troisième année d'affilée, et ils étaient les grands favoris. En outre, jamais encore tous les matches ne s'étaient achevés par la victoire de l...

Le suspense des World Series avait compensé beaucoup de choses mais les observateurs étaient unanimes : la Major League Baseball restait sur une saison médiocre. La victoire des Washington Nationals, pour la première fois depuis 1903 et la mise sur pied des World Series, a constitué une surprise de format. C'est que les Houston Astros, lauréats en 2017, avaient gagné plus de cent matches en championnat régulier, pour la troisième année d'affilée, et ils étaient les grands favoris. En outre, jamais encore tous les matches ne s'étaient achevés par la victoire de l'équipe visiteuse, dans aucun grand sport nord-américain. Les World Series avaient tout pour séduire mais on s'en souviendra pour les mauvaises raisons. Les cinq premiers matches ont été prévisibles et monotones, avec en fil rouge trop de longs moments sans action. Conséquence directe : Fox a atteint un audimat plancher de 11,5 millions de téléspectateurs. Pendant le match cinq, suivi par seulement 11,4 millions de personnes sur Fox, NBC se frottait les mains : 18,3 millions de spectateurs suivaient le match de NFL entre les Green Bay Packers et les Kansas City Chiefs. Du jamais vu. Fox a dû se contenter d'une moyenne de 14 millions de téléspectateurs par match, son plus mauvais résultat depuis 2014 quand il avait déjà fallu sept matchs pour désigner un vainqueur. Le match décisif à Houston a été suivi par 23 millions de personnes mais ça n'a pas fait passer la pilule. Par-dessus le marché, les World Series ont été assombries par une déclaration intempestive de Brandon Taubman, l'assistant général manager des Houston Astros, qui a crié, en présence de trois journalistes féminines, que son pitcher Robert Osuna était extrêmement important pour l'équipe : " I'm so fucking glad we got Osuna ! " Déplacé, a jugé Sports Illustrated : en 2018, Osuna a été suspendu pour 75 matches pour avoir molesté la mère de son enfant... Taubman et le club ont d'abord dit que l'histoire n'était qu'inventions mais ils ont dû faire marche arrière, d'autres ayant confirmé les propos tenus. Le manager a été limogé. La cinquième journée a été dominée par les huées des tribunes quand Donald Trump a pris place au Nationals Park de Washington. " Lock him up ", ont scandé des milliers de gorges. Le président et Melania n'ont pas bronché et ont invité les nouveaux champions à la Maison Blanche, une semaine plus tard. Là encore, ça a divisé les gens. Le catcher Kurt Suzuki portait une casquette ornée du slogan de campagne de Trump, Make America Great Again, tandis que Ryan Zimmerman - le joueur aux plus longs états de service, depuis 2005, a remercié le président de " faire des États-Unis un endroit sûr ". Mais dix joueurs ont refusé l'invitation, les Latinos et les Afro-Américains, à l'exception de Sean Doolittle. Comment une équipe et un pays peuvent être divisés...