Annonce quelque peu banale : le Sporting Charleroi a changé de société de communication. Pas question de déception dans cette décision. MWP avait lancé le slogan " Carolos are back ", très porteur et largement véhiculé par les médias, mais cette société basée à Fleurus s'est tournée vers d'autres projets chronophages. Un mal pour un bien, Charleroi cherchant justement un nouvel élan marketing, deux ans après la reprise qui avait généré pas mal d'attention.
...

Annonce quelque peu banale : le Sporting Charleroi a changé de société de communication. Pas question de déception dans cette décision. MWP avait lancé le slogan " Carolos are back ", très porteur et largement véhiculé par les médias, mais cette société basée à Fleurus s'est tournée vers d'autres projets chronophages. Un mal pour un bien, Charleroi cherchant justement un nouvel élan marketing, deux ans après la reprise qui avait généré pas mal d'attention. Passé ce délai, alors que Charleroi lutte chaque saison contre la relégation, et qu'un gros travail de sponsoring a été effectué, il était donc temps de remobiliser le public carolo. " On continue d'être en phase avec notre premier slogan mais c'est évident qu'on avait besoin d'un nouvel élan. On est une société de marketing et de communication. On doit sans cesse renouveler l'intérêt ", explique Mehdi Bayat. Un comble pour un club autrefois sous les projecteurs médiatiques à cause de son instabilité. " Est-ce que notre politique de stabilité joue contre nous au niveau médiatique ? Peut-être. On parle moins de nous mais cela nous permet de travailler dans le calme. Plus question de précipitation à Charleroi ! " Derrière le slogan gigogne de la société MegaraM (Ambition, passion, émotion), débute la phase II du projet de Mehdi Bayat qui espère faire de son club une force vive de la D1. " On travaille avec les communes du grand Charleroi, qui, pour moi, va de Binche à Sambreville, de manière à viser une politique de recrutement de jeunes supporters. A chaque match, nous invitons 300 jeunes en espérant que certains y prennent goût et demandent pour revenir. Pourquoi viser des jeunes ? Pour éviter que les tribunes se désertent au fur et à mesure que les gens meurent. " Selon Mehdi Bayat, il est temps que le Sporting soit en adéquation avec la grandeur de la ville, " la première ville de Wallonie ", d'autant plus que le premier club de D1 se situe à 65 kilomètres (Anderlecht). Cependant, cette ambition ne doit pas se faire au détriment du terreau local. " Depuis combien de temps n'avions-nous pas aligné deux joueurs issus du centre de formation (Kenneth Houdret et Jessy Galvez) dans le onze de base ? Pour moi, c'est le summum de notre projet. Cela doit servir d'exemples à d'autres, d'identification. " Tout est donc mis en oeuvre pour se trouver un public, en axant à la fois sur une politique régionale mais également sur une ambition sportive afin que le Sporting dépasse le cadre de Charleroi. " Nous sommes en période de crise économique et le foot coûte cher. On a beau avoir les meilleurs projets du monde, seuls les résultats attireront les gens au stade. " Même si depuis le reprise le Sporting a appris à manier le buzz, la reconquête passera donc par le sportif ! PAR STÉPHANE VANDE VELDEMehdi Bayat " On continue d'être en phase avec notre premier slogan mais c'est évident qu'on avait besoin d'un nouvel élan. "