Alors que Karim Benzema brille de mille feux au Real (avec 51 buts, il est devenu le 5e meilleur buteur de la C1 et le 1er Français devant Thierry Henry), la vie de la sélection se poursuit sans lui. Comme rien n'est jamais simple pour lui, Olivier Giroud, Kevin Gameiro et bientôt Alexandre Lacazette se font une place au soleil.
...

Alors que Karim Benzema brille de mille feux au Real (avec 51 buts, il est devenu le 5e meilleur buteur de la C1 et le 1er Français devant Thierry Henry), la vie de la sélection se poursuit sans lui. Comme rien n'est jamais simple pour lui, Olivier Giroud, Kevin Gameiro et bientôt Alexandre Lacazette se font une place au soleil. " Ça ne peut pas être une question de niveau ", analyse Jérémie Bréchet. " Rayon football, c'est un des meilleurs joueurs du monde, qui s'est fait une place incontestée dans la meilleure équipe du monde. Hors du terrain, il est réservé et n'a jamais fait de vagues nulle part. Son absence est un non-sens. " Son avocat, Éric Dupond-Moretti, se place, lui, sur un autre terrain : " Je ne comprends toujours pas pourquoi il n'est pas en équipe de France. En tout cas, c'est pour de mauvaises raisons. Il paie un prix très, très lourd. " Au début de cette année, Antoine Griezmann et Laurent Koscielny ont grillé la loi du silence qui règne chez les Bleus pour dire qu'ils aimeraient revoir le merengue dans l'équipe nationale. Avant sa réélection à la tête de l'institution fédérale, Noël Le Graët a même glissé fin février que " s'il continue à bien jouer (sic), il reviendra en équipe de France ", mais rien fait. Il y a quelques jours, Didier Deschamps a communiqué une liste de 26 joueurs pour les trois matchs de juin. Pas de Benzema. " J'ai un groupe où il y a un équilibre, une harmonie. Une vraie dynamique s'est créée dans cette équipe. Je suis l'unique décideur et j'ai toujours considéré que le collectif était au-dessus de tout ", a t-il déclaré au moment de l'annonce. Bien conseillé, le Madrilène a donné deux interviews cette année, l'une à RMC - lors de la trêve internationale de mars, et l'autre à L'Equipe, la veille de la conférence de presse de Deschamps. Dans la première, il signalait avec justesse qu'" il y a un manque de cohérence dans ses propos. Il ne peut pas dire il y a un an " tous les pays nous envient Benzema " et, quelques semaines plus tard, changer de discours et d'option. " Dans la seconde, il demandait juste quelques explications : " Si c'est pour le foot, c'est pour le foot. Si c'est pour autre chose, c'est pour autre chose. Mais qu'on me le dise en face, dans les yeux. Parce qu'on dit aussi que je suis toujours sélectionnable. " Le T1 français a beau dire, à raison, que l'avenir appartient aux Kilian Mbappé (18 ans) et autres OusmaneDembélé (20 ans), une Coupe du monde se gagne avec des joueurs d'expérience. Fort de ses sept demi-finales de C1 consécutives (plus trois finales), Karim Benzema appartient définitivement à cette catégorie-là. Il sait aussi que la postérité d'un joueur vient, à quelque Alfredo Di Stefano près, d'une reconnaissance avec la sélection. " L'équipe de France, il y viendrait à pied, plaide le membre de son entourage. Et franchement, une attaque Griezmann- Mbappé-Benzema, ça aurait de la gueule en Russie, non ? "