L'homme à battre

Dans la litanie des records établis par Schumi, retenons 82 victoires, 6 titres, 12 succès en 13 courses cette année. Son avance au championnat peut lui permettre de coiffer sa septième couronne ce week-end. Comme toujours, le Baron Rouge n'a qu'un objectif, gagner : " D'aucuns pensent que chez Ferrari, on voudrait que j'attende Monza pour être sacré à la maison, lors du 700e GP disputé par la marque. Pour moi, le plus tôt sera le mieux ! "
...

Dans la litanie des records établis par Schumi, retenons 82 victoires, 6 titres, 12 succès en 13 courses cette année. Son avance au championnat peut lui permettre de coiffer sa septième couronne ce week-end. Comme toujours, le Baron Rouge n'a qu'un objectif, gagner : " D'aucuns pensent que chez Ferrari, on voudrait que j'attende Monza pour être sacré à la maison, lors du 700e GP disputé par la marque. Pour moi, le plus tôt sera le mieux ! " Spa lui réussit : il y a débuté en F1 (il remplaçait Bertrand Gachot chez Jordan en 1991), a gagné son premier GP un an plus tard et y a triomphé six fois. Seul à disposer d'un matériel identique à celui du maître, Rubens Barrichello n'est pas parvenu à le battre cette année. Il faut se faire à l'idée que le Brésilien, n°2 idéal, ne doit pas viser trop haut. Cela dit, il va toujours vite à Spa, sous la pluie notamment. Kimi Raikkonen peut menacer les pilotes Ferrari, il l'a montré à Hockenheim avant la défaillance de son aileron arrière. Sa McLaren trouvera sur l'anneau ardennais des conditions favorables pour exploiter son potentiel ; reste à espérer que le V10 Mercedes ne se transforme pas en barbecue. Autre homme à suivre, Jenson Button se débat dans la tourmente juridico-sportive née de son divorce avec BAR-Honda pour filer chez Williams-BMW ; l'ambiance en a pris un coup. Le jeune Anglais n'en demeure pas moins un redoutable client et le bloc Honda, très puissant, devrait faire merveille sur le tracé belge. Dernier challenger, Fernando Alonso profitera des exceptionnelles qualités routières de sa Renault mais risque d'être moins bien rayon moteur. L'Espagnol demeure un battant hors pair, teigneux, tenace et très brillant. Avec Juan-Pablo Montoya, tout est possible. Dans un bon jour, le pilote Williams-BMW peut se hisser près de Schumacher. Mais sa motivation est en déclin, il songe déjà à McLaren qu'il rejoindra en 2005. Jarno Trulli a gagné l'unique GP 2004 ayant échappé à Schumacher. Mais la guigne le poursuit, il n'est plus en odeur de sainteté chez Renault et se tourne aussi vers la saison prochaine. A l'instar de son chef de file Button, Takuma Sato a suivi une spirale positive qui l'a amené aux premières loges. Courageux voire téméraire, le Nippon présente le profil type du client Raidillon. On le voit bien tester l'efficacité du dispositif de sécurité installé dans ce virage pour grands garçons... Enfin, David Coulthard reste une valeur sûre, même si sa pointe de vitesse s'est émoussée. Comme Raikkonen, ses chances dépendent de la santé de sa McLaren-Mercedes. Ils rêvent d'une course à rebondissements qui éliminerait les favoris et leur ouvrirait la route du podium. Dans ce groupe, on range Giancarlo Fisichella, n°1 de Sauber qu'il va quitter pour Renault, et Mark Webber qui tire ses dernières cartouches avec Jaguar avant de rejoindre Williams-BMW. On songe aussi à Antonio Pizzonia, remplaçant chez Williams de Ralf Schumacher pas remis de son crash à Indianapolis, voire à Olivier Panis dont la situation chez Toyota semble inconfortable. Avec une bonne dose de chance, Felipe Massa, Riccardo Zonta et Nick Heidfeld peuvent rentrer dans les points. Ils sont là pour meubler le plateau : Giorgio Pantano peu en vue chez Jordan, Christian Klien très discret sur la Jaguar et le duo Gianmaria Bruni - Zsolt Baumgartner voué aux dernières places sur les Minardi. A côté de ces titulaires, quelques autres pilotes prennent la piste vendredi. Lors des essais libres, les teams moins puissants peuvent en effet aligner une troisième voiture pour des essayeurs chargés de tester des solutions techniques que pourront adopter leurs équipiers en qualifications et en course. C'est dans ce groupe qu'on trouve l'unique Belge convié à la fête, Bas Leinders, n°3 chez Minardi.