Aujourd'hui, si un journaliste télé veut filmer l'intimité d'un acteur du foot, les contraintes seront nombreuses : son autorisation et celle du club (voire de son manager) seront nécessaires. Il faudra ensuite déterminer un créneau horaire qui sera forcément limité et qui impliquera le déplacement d'un caméraman, d'un preneur de son, etc...

Proximus a trouvé le moyen de contourner ces difficultés de manière très simple : en fournissant une caméra à la personnalité ! Libre à elle de filmer ce qu'elle veut et quand elle veut.

" Les footballeurs le font facilement car ils sont friands de contenus multimédias sur Snapshat ou Instagram ", explique Vincenzo Ciuro. Encore faut-il trouver des personnalités intéressantes. L'an dernier, le public avait pu découvrir Cristian Benavente au coeur de la sélection péruvienne, le retour de Kara au Sénégal et même le jardinier de Lokeren (qui a reçu le prix de la meilleure pelouse du pays).

" Voir Mbaye Leye débarquer dans le bureau de Francky Dury ou Kara qui prie dans la maison familiale, c'est chouette. Quand on a lancé cette idée, nous avons d'abord sollicité les joueurs avec qui nous avions un bon contact et les clubs avec qui c'était facile de travailler. Par après, nous avons élargi notre panel, toujours en privilégiant les bons clients ".

La personne choisie reçoit peu de consignes de la part des journalistes. Quand ils récupèrent le matériel, ils trouvent une ou deux heures de film. Avec parfois des surprises..." Les joueurs aiment se mettre en avant. Certains filment non-stop et d'autres le font de manière plus réfléchie. On rentre dans leur intimité, en découvrant leur maison, leur chien, les relations qu'ils ont avec les autres footballeurs...

C'est une façon de les humaniser. Après, il nous reste à sélectionner les bonnes images pour monter le reportage. Tout n'est pas parfait non plus. Genk ne voulait pas qu'on filme le vestiaire. Il y a parfois des couacs, comme quand les joueurs oublient de recharger la caméra. "

Aujourd'hui, si un journaliste télé veut filmer l'intimité d'un acteur du foot, les contraintes seront nombreuses : son autorisation et celle du club (voire de son manager) seront nécessaires. Il faudra ensuite déterminer un créneau horaire qui sera forcément limité et qui impliquera le déplacement d'un caméraman, d'un preneur de son, etc... Proximus a trouvé le moyen de contourner ces difficultés de manière très simple : en fournissant une caméra à la personnalité ! Libre à elle de filmer ce qu'elle veut et quand elle veut. " Les footballeurs le font facilement car ils sont friands de contenus multimédias sur Snapshat ou Instagram ", explique Vincenzo Ciuro. Encore faut-il trouver des personnalités intéressantes. L'an dernier, le public avait pu découvrir Cristian Benavente au coeur de la sélection péruvienne, le retour de Kara au Sénégal et même le jardinier de Lokeren (qui a reçu le prix de la meilleure pelouse du pays). " Voir Mbaye Leye débarquer dans le bureau de Francky Dury ou Kara qui prie dans la maison familiale, c'est chouette. Quand on a lancé cette idée, nous avons d'abord sollicité les joueurs avec qui nous avions un bon contact et les clubs avec qui c'était facile de travailler. Par après, nous avons élargi notre panel, toujours en privilégiant les bons clients ". La personne choisie reçoit peu de consignes de la part des journalistes. Quand ils récupèrent le matériel, ils trouvent une ou deux heures de film. Avec parfois des surprises..." Les joueurs aiment se mettre en avant. Certains filment non-stop et d'autres le font de manière plus réfléchie. On rentre dans leur intimité, en découvrant leur maison, leur chien, les relations qu'ils ont avec les autres footballeurs... C'est une façon de les humaniser. Après, il nous reste à sélectionner les bonnes images pour monter le reportage. Tout n'est pas parfait non plus. Genk ne voulait pas qu'on filme le vestiaire. Il y a parfois des couacs, comme quand les joueurs oublient de recharger la caméra. "