Pour moi, et sans oser le moindre pressing sur le sélectionneur, c'est oui sans hésitation, qu'Anderlecht rafle le titre ou pas grâce aux prouesses de son gardien. C'est tout simplement oui parce que Silvio Proto n'a pas de concurrent en tant que keeper n°3 belge, je serais même bien en peine de choisir le n°4. C'est oui même si, en octobre 2011 lors du second règne de Georges Leekens, Proto fut décevant en déclinant une convocation chez les Diables parce que, déjà, celle-ci ne le plaçait que derrière Simon Mignolet et Thibaut Courtois. Mais c'est le genre d'ego-couillonnade qu'il faut absoudre quand commencent les choses sérieuses pour la patrie : l'erreur est humaine, et Silvio aussi !
...

Pour moi, et sans oser le moindre pressing sur le sélectionneur, c'est oui sans hésitation, qu'Anderlecht rafle le titre ou pas grâce aux prouesses de son gardien. C'est tout simplement oui parce que Silvio Proto n'a pas de concurrent en tant que keeper n°3 belge, je serais même bien en peine de choisir le n°4. C'est oui même si, en octobre 2011 lors du second règne de Georges Leekens, Proto fut décevant en déclinant une convocation chez les Diables parce que, déjà, celle-ci ne le plaçait que derrière Simon Mignolet et Thibaut Courtois. Mais c'est le genre d'ego-couillonnade qu'il faut absoudre quand commencent les choses sérieuses pour la patrie : l'erreur est humaine, et Silvio aussi ! D'une part, ce n'est pas Marc Wilmots qui dira le contraire, lui qui déclina aussi en 1994 sous le règne de Paul Van Himst, avant de réintégrer les troupes belges sous Georges Ier. Et d'autre part, les concurrents du Louviérois ne sont plus le gars qui n'avait derrière lui qu'une saison à Sunderland, et le gamin qui débarquait à Madrid : la hiérarchie s'est solidifiée, Silvio 2014 n'est pas con, il digère mieux son troisième rang... car c'est derrière de possibles champions d'Espagne et d'Angleterre, excusez du peu ! En Flandre, le journaliste Peter Vandenbempt est d'un autre avis. Selon lui, Silvio vivra mal son statut et pourrait perturber Thibaut ou Simon. En clair, il y aurait risque de foutage de merde dans le groupe des Diables : mieux vaudrait donc adjoindre un jeune troisième gardien - genre Colin Coosemans ou Thomas Kaminski - qui ne jouera de toute façon pas, mais qui sera réellement au service des deux premiers. Ce n'est pas mon avis. D'abord, c'est un procès d'intention osé vis-à-vis de Proto. Ensuite, c'est minimiser les capacités de Wilmots à gérer les susceptibilités au sein d'un groupe alors que, sous cet angle aussi, Willie sort avec brio des qualifications. Puis, un peu d'histoire : jusqu'au Mondial 1998, on ne sélectionnait que 22 joueurs, et les participants n'étaient pas obligés d'y inclure trois gardiens, ce qu'ils faisaient cependant quasi tous : en France, seuls 3 des 32 qualifiés s'étaient contentés de deux gardiens, pour mieux doubler tous les postes de champ. Si bien qu'en 2002 vint la règle actuelle : un noyau de 23 joueurs, dont 3 gardiens obligatoirement. C'est dire que l'utilité à tripler ce poste particulier fut alors officiellement décrétée, même si les troisièmes gardiens au Mondial jouent rarissimement... et plutôt quand les carottes de l'équipe sont cuites et quand ils ont été gentils ! Mais le résultat, en foot plus que partout ailleurs, se joue vraiment sur des détails, et le trio de keepers peut en être un fameux ! Même si, avec des si, on mettrait Rio en bouteille : mais si Courtois était suspendu pour la finale, si Mignolet s'y blessait, et si Coosemans ou un autre bleu y commettait la grosse gaffe fatale, je crois bien que le spectre de Silvio, yeux fixes inondés de larmes, hanterait ensuite jusqu'à son trépas le sommeil de Willie, qui se réveillerait chaque nuit en chialant lui aussi. Faut éviter ça. Ceci dit, s'il faut disposer d'un gardien qui soit un sparring-partner serviable, zen, appliqué, dépourvu d'ambition, obéissant, rieur, bon camarade, rien n'empêche qu'Erwin Lemmens utilise Coosemans ou Machintruc hors des 23, dans le staff technique, pour mieux faire bosser les trois autres : on n'est plus à un bonhomme près, vu qu'ils seront plus de 50 à faire le voyage aux frais de la fédé ! Ce n'est pas comme en 1970 quand, pour minimiser les frais, on laissa sur le tarmac de Zaventem deux des 22 sélectionnés officiels : il fut en effet décidé que Swat Janssens du Lierse et Fons Peeters d'Anderlecht, qui avaient peu de chances de devoir jouer, ne rejoindraient le Mexique que s'il le fallait vraiment ! Ah ben tiens, la voilà, la solution pour disposer de Proto à la satisfaction générale ! Non, Silvio, je rigole, c'est pour rire, C'EST POUR RIRE !Rien n'empêche qu'on utilise Coosemans ou Machintruc hors des 23, dans le staff technique, pour mieux faire bosser les trois autres.