Le porte-parole du Cercle, Pol Van Den Driessche, est prompt à réagir. Prié d'évaluer ses premiers mois à ce poste, il a tenu à répondre aux propos de Peter Vandenbempt, un journaliste radio qui s'était demandé pourquoi le Cercle avait subitement besoin d'un porte-parole et pourquoi il devait être... sexy.
...

Le porte-parole du Cercle, Pol Van Den Driessche, est prompt à réagir. Prié d'évaluer ses premiers mois à ce poste, il a tenu à répondre aux propos de Peter Vandenbempt, un journaliste radio qui s'était demandé pourquoi le Cercle avait subitement besoin d'un porte-parole et pourquoi il devait être... sexy. Van Den Driessche ne souhaite pas se défendre. Il préfère plutôt égratigner le journaliste flamand. " J'étais furieux en apprenant ça. C'est tellement déplacé, dénigrant et intellectuellement malhonnête. Au début de la saison, tout le monde disait : - Rendre le Cercle plus sexy ? Oh, on a déjà essayé si souvent. Six mois plus tard, nous avons réussi. On parle de nous bien au-delà des frontières de la région brugeoise. Et voilà qu'un journaliste radio décrète que le petit Cercle doit rester à sa place. C'est complètement idiot ". Sa colère passée, Van Den Driessche entame son évaluation : " Nous sommes parvenus à créer une meilleure ambiance autour du Cercle. Jamais il n'avait autant fait l'objet des infos. Je pense que le volume de reportages qui lui sont consacrés a plus que triplé. C'est positif, comme le fait que les joueurs qui signent maintenant une prolongation de contrat s'engagent du même coup dans des projets sociaux. Et puis, le derby a déchaîné les passions. Nous avons fait parler de nous et nous continuerons ". Van Den Driessche estime que le revirement a été spectaculaire. Avant, on ne parlait guère du Cercle mais son porte-parole inonde dorénavant les journalistes d'e-mails : " Certains trouvent que j'exagère mais ils n'ont qu'à sélectionner : c'est leur travail. Moi, je veux avancer. C'est un peu rapide mais ça marche. Je suis heureux que la direction embraie sur mes idées et remarque que mon approche est couronnée de succès. Les gens du club réagissent différemment : ils sont plus actifs, voire offensifs. Quand vous appelez le président Frans Schotte, il vous offre des explications différentes par rapport au passé ". Pour défendre la tactique de Van Den Driessche, le président a effectivement opéré un revirement à 180 degrés car, la saison passée, Schotte déclarait encore : " Ne vous attendez pas à des déclarations fracassantes ni à des sensations de notre part " ou encore " Ce n'est pas parce qu'on parle de nous qu'on a du succès ". KRISTOF DE RYCK