Une semaine après l'enterrement de Wouter Weylandt, tragiquement décédé au Giro, la crème du cyclisme belge s'est retrouvée à Buggenhout pour le prologue du Tour de Belgique. Pour de nombreux coureurs, cette compétition était la prochaine étape de leur processus de deuil. " Nous retrouver parmi nos collègues nous fera du bien ", explique Stijn Devolder, le dernier vainqueur de ce tour en cinq étapes.
...

Une semaine après l'enterrement de Wouter Weylandt, tragiquement décédé au Giro, la crème du cyclisme belge s'est retrouvée à Buggenhout pour le prologue du Tour de Belgique. Pour de nombreux coureurs, cette compétition était la prochaine étape de leur processus de deuil. " Nous retrouver parmi nos collègues nous fera du bien ", explique Stijn Devolder, le dernier vainqueur de ce tour en cinq étapes. Il y a deux ans, le champion de Belgique a dû surmonter un choc analogue quand Frederiek Nolf est mort dans son sommeil, au Tour du Qatar. " Pour la deuxième fois en peu de temps, je perds un de mes meilleurs amis ", raconte Devolder, la voix plombée par le chagrin. " Le monde s'est arrêté l'espace de quelques semaines. Wouter m'accompagnera, en pensées, à chaque course. J'aimerais remporter un jour une grande victoire, que je lui dédierai, comme j'avais pensé à Frederiek quand j'ai gagné le Tour des Flandres. " Le Tour de Belgique arrive trop tôt pour Devolder, qui pousse plutôt Philippe Gilbert dans l'habit du candidat à la victoire. " Je préfère rouler au pays qu'à l'étranger et j'avais coché cette course à mon agenda mais je n'ai pas la tête à la course. Je suis toujours dans la phase de deuil. La perte de Wouter a eu un impact sur mon entraînement. Si Gorik Gardeyn ne m'avait pas téléphoné, certains jours, je serais resté à la maison. Je n'étais pas capable de m'entraîner seul. " Aussi relative soit une course à ses yeux, Devolder est leader de Vacansoleil-DCM et doit rapidement prouver qu'il le mérite. En juillet, il participera au Tour, sur lequel il a fait l'impasse la saison passée, après de cruelles déceptions en 2008 et en 2009. " En suivant le Tour de France à la télévision, je me suis remotivé. Me distinguer sur les routes de France constitue un des objectifs de la suite de ma carrière. "Le Flandrien a déjà déclaré viser un bon classement final en juillet mais il revient maintenant sur ses propos. " Les journalistes essaient toujours de susciter des déclarations percutantes mais en sport, seule la première place compte. J'ai donc plutôt intérêt à viser une victoire d'étape. "Devolder peaufinera sa préparation en courant le Tour de Suisse. " J'avais l'intention d'effectuer en plus un stage en altitude à la Sierra Nevada mais j'hésite. Je ne prendrai ma décision qu'après le Tour de Belgique. Je dois apprendre à moduler mes efforts car j'ai tendance à gaspiller mon énergie à l'entraînement. "Ce manque de mesure est la cause de son échec au printemps. " Un examen sanguin réalisé après les classiques a montré que j'avais trop puisé dans mes ressources durant mes stages en altitude. J'avais déjà roulé mes courses à l'entraînement. Je ne vais pas retomber dans ce travers. "BENEDICT VANCLOOSTER