Le débat fait fureur en France depuis deux semaines : peut-on diriger un club à deux têtes ? Les chroniqueurs de l'émission dominicale France 2 Foot sont persuadés du contraire.
...

Le débat fait fureur en France depuis deux semaines : peut-on diriger un club à deux têtes ? Les chroniqueurs de l'émission dominicale France 2 Foot sont persuadés du contraire. " Dans un club, il ne faut qu'un décideur, pas deux ", disaient-ils en ch£ur. Car la mode n'est plus au limogeage mais au reclassement. A Rennes, après une série de mauvais résultats, Pierre Dréossi n'a pas été licencié mais il s'est retiré au poste de directeur technique. A Lens, Jean-Pierre Papin est toujours l'entraîneur mais personne n'est dupe. Daniel Leclercq est arrivé comme directeur technique mais c'est lui qui décide. Canal + l'a clairement démontré en affichant une image de Leclercq, présent en tribune et qui téléphonait aux adjoints de Papin, sur le banc, pour lui faire passer un message, lors de la lourde défaite face au PSG. Pourtant, tout le monde n'est pas prêt à se plier à cette nouvelle mode. En délicatesse de résultats (quatre défaites d'affilée), Laurent Roussey, l'entraîneur de Saint-Etienne, a clairement affirmé qu'il n'accepterait pas de se retrouver dans la situation de Papin. Pourtant, le problème bicéphale est au centre de la crise sportive stéphanoise. " Il ne faut qu'un seul maître à bord. On l'a bien vu à Saint-Etienne. On a voulu avoir deux entraîneurs avec Ivan Hasek et Roussey. Cela a foiré et c'est Hasek qui est parti. On a maintenant deux présidents qui donnent deux sons de cloche différents ", concluaient les chroniqueurs de France 2 Foot. Saint-Etienne est en effet dirigé par deux co-présidents : Bernard Caïazzo et Roland Romeyer. Le premier n'a jamais soutenu Roussey. Il ne faisait pas partie de ses candidats lors du départ d'Hasek. Aujourd'hui, il n'hésite pas à déclarer : " On ne peut pas continuer comme cela. Il faut faire quelque chose ". Romeyer a, par contre, toujours défendu Roussey, l'ancien adjoint de Claude Puel à Lille. Pourtant, depuis une semaine, Romeyer réfléchit à une nouvelle solution. Ainsi, les deux présidents pourraient décider de recruter un adjoint de poids pour épauler Roussey. Mais si cette solution est prônée, Roussey plierait bagage, ne voulant pas de belle-mère. En attendant, un ultimatum (le 10 février) a été lancé à Roussey. Cette date correspond à la fin de la CAN et le nom d' Henry Kasperczak, l'entraîneur du Sénégal, circule déjà. MARSEILLE a lancé un nouveau débat : le club peut-il se passer du Sénégalais Mamadou Niang, parti à la CAN ? Cette discussion a été ouverte après avoir subi deux défaites de rang sans leur attaquant. Réponse samedi : victoire 3-1 et deux buts de Djibril Cissé. BERNARD DIOMÈDE, sans club, a annoncé sa retraite. L'ancien attaquant auxerrois avait été champion du monde avec la France en 1998. LE PSG reprend des couleurs après avoir connu un bon mois de janvier. Les Parisiens se sont qualifiés pour les demi-finales de la Coupe de la Ligue où ils rencontreront Auxerre. L'autre demi-finale opposera Le Mans, tombeur de Lyon, à Lens, en crise mais qui a sorti Nancy (3-0). STRASBOURG va rendre hommage à Johan Radet en lui offrant un maillot. Le joueur n'avait pas pu signer en Alsace suite aux examens médicaux qui avaient décelé une anomalie cardiaque. Il avait alors mis fin à sa carrière. JUNINHO, le médian et capitaine de Lyon, s'est cassé le petit orteil. Autre blessure : le défenseur brésilien Cleber Anderson souffre d'une rupture du ligament croisé antérieur du genou droit. GUILLAUME HOARAU, meilleur buteur de Ligue 2 avec Le Havre, a annoncé qu'il porterait le maillot du PSG la saison prochaine. KEVIN MIRALLAS est monté au jeu à la 46e minute avant d'être remplacé à la 84e par Eden Hazard. FRED, l'attaquant lyonnais, au centre de toutes les attentions durant ce mercato, a annoncé qu'il voulait rester à OL. STéPHANE VANDE VELDE