26 août 2014. Sous les yeux ébahis d'AdnanJanuzaj et MarnickVermijl, le petit poucet Milton Keynes Dons - à l'époque en League One - explose Manchester United 4-0 en 1/32e de finale de la League Cup. Si WillGrigg et BenikAfobe se chargent des buts, inscrivant du même coup leurs noms dans le Hall of Fame de la compétition, c'est un autre patronyme que les nombreux scouts présents ce jour-là vont noter sur leur calepin : celui de DeleAlli.
...

26 août 2014. Sous les yeux ébahis d'AdnanJanuzaj et MarnickVermijl, le petit poucet Milton Keynes Dons - à l'époque en League One - explose Manchester United 4-0 en 1/32e de finale de la League Cup. Si WillGrigg et BenikAfobe se chargent des buts, inscrivant du même coup leurs noms dans le Hall of Fame de la compétition, c'est un autre patronyme que les nombreux scouts présents ce jour-là vont noter sur leur calepin : celui de DeleAlli. Le n°14 est partout : à la récupération pour casser toute tentative d'attaque mancunienne, à la construction pour participer au festival offensif de son équipe, le gamin de 18 ans n'arrête pas une seconde. Et pourtant, Alli aurait pu ne jamais se retrouver sur un terrain de foot tant son talent le destinait à n'importe quel sport. " C'est surtout en tant qu'ailier, au rugby, qu'il excellait, témoigne TimHudson, son prof de gym à la Radcliffe School de Milton Keynes dans le SunonSunday. Il était très rapide et agile, ce qui lui permettait de se défaire des défenseurs très facilement. " Milton Keynes, c'est le point central de la vie de Dele Alli : " Veni, vidi, vici ", c'est à peu près les mots qu'on pourrait utiliser pour qualifier son passage dans cette " ville nouvelle " caractérisée pour ses hautes capacités énergétiques et située au nord de Londres. Pourtant, le premier contact d'Alli avec un club pro se fait à l'âge de 11 ans quand il passe des tests à Chelsea... où il se fait recaler. De retour dans son petit club de City Colts, il profite des entrées de son coach à Dons pour connaître son premier transfert. Le gosse a du talent, tout le monde le sait, et il ne tarde pas à venir bousculer les habitudes en faisant sa première entrée en équipe première à seulement 16 ans. Un peu à la manière d'un YouriTielemans, Alli ne s'encombre pas des convenances et claque une talonnade dès sa première touche de balle en FA Cup contre Cambridge City (0-0). Non content d'avoir marqué les esprits, il en remet une couche quelques jours plus tard lors du replay en balançant un missile des 30 mètres pour assurer la qualification (6-1). Une star est née. Lors de la même saison 2012-2013, Dele participe encore à trois rencontres dont une en championnat contre le Coventry de notre compatriote FranckMoussa, qui lui fait mordre la poussière (2-3). À peine âgé de 17 ans, le grand médian enchaîne l'exercice suivant en tant que titulaire dans le milieu de terrain de Dons. Sept buts et quatre passes décisives plus tard, il devient le pion majeur de l'effectif de KarlRobinson et attire les grosses écuries par son jeu direct, son endurance et son énorme confiance en soi. Le Bayern Munich, l'Inter, Arsenal, Man U et Liverpool se montrent ainsi intéressés, mais c'est Newcastle qui semble tirer le gros lot en janvier 2015 avec une offre d'environ 6 millions d'euros. Il faut dire qu'Alli carbure alors à 10 buts en championnat et est considéré comme le meilleur jeune talent d'Angleterre. Finalement, l'international espoir rejoint Tottenham pour la même somme que celle proposée par les Magpies. Deux raisons expliquent ce revirement de situation : le coach des Spurs, MauricioPochettino le voulait absolument depuis qu'il l'avait vu à l'oeuvre contre ManU. Et, surtout, le Miltonien réalise " son rêve " en rejoignant les Lilywhites, qui le prêtent néanmoins à Dons jusqu'au terme de la saison. Alli termine l'exercice 2014-2015 en tant que meilleur jeune de League One et assure la promotion du club en Championship lors d'un match face à Yeovil Town. Pour lui, la rupture va être nette, car trois petits mois seulement après cette rencontre, le néo-Spur se retrouve en amical face au grand Real Madrid. Mais pas de problème pour l'ado : il musèle LukaModric et lui balance un petit pont sans aucune gêne. Profitant des blessures de RyanMason et de NabilBentaleb, Alli s'installe ensuite dans le 11 de Pochettino et marque son premier but lors de la troisième journée de Premier League face à Leicester City. Pour les fans de Tottenham, frustrés d'avoir vu SaidoBerahino (West Bromwich Albion) leur filer sous les doigts en fin de mercato, c'est l'euphorie générale. Avec l'espoir, cependant, que leur nouvelle pépite ne soit pas du même acabit qu'EtienneCapoue, excellent durant l'été 2014 face à des formations de MLS, et qui avait disparu de la circulation par la suite. Pour le moment, Alli marche en tout cas sur l'eau : excellent lors du succès contre Manchester City, homme du match du récent derby face à Arsenal, le médian parcourt en moyenne 13,5 kilomètres par match... et toujours avec le sourire : " Je souris sur le terrain, beaucoup trop d'ailleurs ! Parfois, ça embête les adversaires qui me disent des trucs, mais je rigole ", glisse dans le DailyTelegraph un mec qui concède être fan de StevenGerrard depuis l'enfance. Et cela tombe bien puisque l'Angleterre cherche justement à renouveler son entrejeu. Approché dans un premier temps par le Nigeria - Dele est une abréviation de Bamidele, prénom nigérian - le médian des Spurs a finalement opté pour l'Angleterre en octobre dernier... même pas deux mois après ses débuts en Premier League. Avec ses coéquipiers HarryKane, EricDier, le déjà cité Mason et KyleWalker, Alli marque le renouveau d'une Angleterre qui s'intéresse désormais un peu plus à son vivier national. Contre la France, à Wembley, Alli a même inscrit son premier but d'une frappe sublime, trompant son pote HugoLloris. PAR ÉMILIEN HOFMAN - PHOTO BELGAIMAGE